Pour 24 % (1) des salariés français, la crise est l’occasion de relativiser leur vie professionnelle. D’ailleurs, 30% (2) des cadres se disent « intéressés de travailler en freelance dans le futur », « 81,3% (3) des personnes veulent être freelance par choix » et non par défaut… En résumé, la santé crise provoque de véritables changements sur le marché du travail. Plutôt que de vivre ce nouveau paradigme, de nombreux managers et équipes RH profitent de cette évolution en misant sur le portage salarial.

Alors pourquoi choisir le portage salarial plutôt que le recrutement traditionnel ?

Constat #1 – Recruter, un long parcours de plus en plus complexifié

Avant la crise sanitaire, on estimait qu’en France, le processus complet de recrutement prenait en moyenne 32 jours (4). Pour les recrutements les plus stratégiques, ce délai peut aller jusqu’à 10 semaines.

Recruteurs et chefs d’entreprise formels : la crise sanitaire a rallongé le processus de recrutement, rappelant l’importance des profils experts dans l’équipe. Ce retard s’explique notamment par la remise au premier plan de la question du sens et de la Qualité de Vie au Travail (QVT). Les candidats actuels souhaitent exercer un métier motivant et continuer à bénéficier de la flexibilité du télétravail. La dimension humaine prend également plus d’importance : il est important de partager les valeurs de l’entreprise et de bénéficier d’interactions humaines de qualité avec ses collègues. Bref, le bon candidat est plus difficile à séduire !

Constat #2 – Maitriser son budget RH est difficile

En France, l’Ecole du Recrutement estime le coût du recrutement d’un salarié entre 5 000 € et 8 000 €. Si le salaire d’un recruteur (ou le coût d’un prestataire) est facile à mesurer, les coûts indirects du recrutement sont nombreux et moins visibles : l’immobilisation des salariés concernés par l’onboarding ou les tuiles candidats, les frais de formation, le matériel nécessaire aux nouveaux collaborateurs mais aussi la durée réelle de son fonctionnement… Lorsqu’un recrutement vient de se présenter à son poste, le coût est vite rentabilisé. Or, en cas d’échec, explose explose explose avec le coût administratif d’un départ, cumulé au coût d’une nouvelle embauche.

Le climat économique actuel incitant à la prudence, les entreprises ont tendance à privilégier la réorganisation interne plutôt que l’embauche. Cependant, pour bénéficier de solides compétences, les nouveaux arrivants semblent parfois indispensables. Les entreprises sont alors contraintes de proposer une rémunération en adéquation avec le marché actuellement favorable aux candidats. Cette hausse de la masse salariale risque également d’être remise en cause dans des circonstances incertaines comme celles liées à la crise sanitaire de ces dernières années.

Comment une société de portage salarial, par définition, propose une alternative d’avenir ?

Le portage salarial comme outil de flexibilité RH est une opportunité pour faire face efficacement à ces deux réalités.

La définition du portage salarial peut se résumer à une relation entreprise/indépendant riche en efficacité, flexibilité et sécurité.

L’entreprise de portage salarial (EPS) permet au « porté » de fournir des services aux entreprises clientes tout en bénéficiant du statut de salarié.

Une société de portage dont les consultants sont des salariés, facture des prestations et verse leurs salaires. Cela permet parfois d’optimiser sa rémunération.

Les clients peuvent alors bénéficier de l’expertise pointue des entrepreneurs indépendants qu’ils accompagnent. Un cadre juridique hautement sécurisé favorise une gestion simple et rapide. Elle limite également le risque d’emprunt de main-d’œuvre et de sous-traitance.

Les consultants sont exemptés des tâches administratives. Il bénéficie de tous les avantages de l’activité salariée : mutuelle, assurance chômage, prévoyance et complémentaire retraite des cadres… La société de portage salarial fait également bénéficier ses indépendants de leur Responsabilité Civile Professionnelle, leur faisant économiser cet argent d’assurance tout en leur offrant lui beaucoup de couverture rassurante. Par exemple, immoportage offre aux conseillers et agents immobiliers une couverture jusqu’à 3 millions d’euros de dommages !

Cette relation à trois permet aux entreprises clientes et aux indépendants de bénéficier de multiples opportunités.

Opportunité #1 – Bénéficier de la flexibilité qu’apporte une prestation en portage salarial

Le recrutement traditionnel étant de plus en plus complexe à réussir dans un délai raisonnable, les indépendants en portage salarial s’avèrent être une alternative intéressante pour les entreprises. Ces consultants mettront leur forte expertise au service de projets spécifiques à l’entreprise dans un cadre limité de prestation de services.

À Lire  Impact de la complémentaire santé et du soutien socio-fiscal à la souscription sur les inégalités de niveau de vie | Département de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques

La prestation de ces services est négociée entre l’entreprise cliente et le consultant. La société de portage salarial intervient simplement pour prendre en charge l’administration et la gestion des ressources humaines avec réactivité. Grâce au service framework, la fin du contrat est également prédéfinie en amont. Il n’y a donc pas de retard ni de surprise lors de la fermeture de la mission.

Opportunité #2 – Envisager le portage comme une pré-embauche

Le candidat idéal peut être connu de son manager ou de son équipe. Cependant, un gel d’embauche ou une impossibilité d’accomplir des formalités administratives peut écarter immédiatement l’entreprise de cet expert et candidat à cette mission. L’entreprise portage salarial alors un

alliés réactifs. Elle peut embaucher des candidats dans les 24 heures en contrat CDD ou CDI. Sur le plan administratif, le candidat peut immédiatement devenir consultant pour l’entreprise.

Accélérer l’arrivée de ces experts permet à l’entreprise de suivre le projet. Autre atout, l’entreprise garantit au candidat un service professionnel de qualité avant d’affecter son salaire. La période de pré-embauche de ce consultant n’est pas limitée par une durée limitée. Dès lors, cette solution est surtout appréciée pour embaucher des profils peu confirmés avec un salaire élevé.

Opportunité #3 – Maitriser son budget RH et en limiter les risques

Le portage salarial s’est avéré être une solution très pertinente : en choisissant des freelances de portage, les entreprises bénéficient de compétences expertes, au bon moment, pour le prix d’un CDD… sans management. Et si le besoin persiste, rien n’empêche les entreprises de proposer d’embaucher des pigistes à temps plein ou à temps partiel !

Les dirigeants qui ont choisi le portage salarial le font rimer avec transparence et clarté. L’entreprise paie un ADR négocié avec un entrepreneur indépendant. Il n’a pas à payer ses congés, ni aucun congé intercontractuel et maladie encore moins ni prime de précarité. L’investissement se fait pour des compétences spécifiques et sans augmenter leur salaire.

En plus de ces avantages financiers, les salaires de portage promettent d’importants avantages juridiques.

Nous entendons par là le cadre légal du portage salarial, allié à la pratique rigoureuse de 2i Portage, membre du PEPS (syndicat majoritaire) et plus récemment de son label PEPS/AFNOR qui protège l’entreprise du risque de requalification en tant que sous-traitant, mais aussi de violer la négociation.

Un autre avantage est de ne pas impacter l’équipe RH avec une surcharge de travail liée à la gestion administrative des contrats des sous-traitants indépendants.

En résumé, le portage salarial garantit des coûts maîtrisés pour des niveaux de compétences élevés, sans générer de risques forts pour les managers et leurs entreprises.

Opportunité #4 – Répondre aux évolutions du marché de l’emploi, l’exemple du portage salarial immobilier

Les salaires du portage répondent à une double évolution : la flexibilisation du marché du travail ainsi que la maturité du secteur du portage.

En effet, si le portage salarial est pratiqué depuis 1988, il n’est inscrit dans le code du travail que depuis 2008. Il faudra attendre 2012 pour que le syndicat du portage salarial voie le jour, 2017 pour la convention collective. L’activité de portage salarial est désormais strictement réglementée. Cette structure permet désormais une parfaite maîtrise des enjeux juridiques et économiques du portage.

En ce qui concerne la flexibilité du marché du travail, un exemple clair est la profession immobilière. Lorsqu’une agence immobilière ou un réseau d’agents veut se développer, les crises successives freinent le risque financier. Comme ailleurs, la gestion des salaires et la nécessité de sécuriser l’activité, inquiète le leader de l’immobilier. Du côté des conseillers immobiliers et des négociateurs, le désir d’indépendance grandit sans nier le besoin de sécurité.

Dès lors, le portage salarial immobilier prend tout son sens aujourd’hui pour tester une activité sans s’engager dans le processus de création d’entreprise. Développer des activités indépendantes reste dans le milieu du quotidien tout en s’appuyant sur des sociétés de portage salarial pour assurer la facturation de leurs clients.

La flexibilité offerte par le portage salarial permet ainsi aux agences immobilières comme aux agents, conseillers ou négociateurs immobiliers de trouver le juste équilibre entre développement/croissance des équipes et gestion des risques.

(1) : https://www.cadresenmission.com/blog/etude-statut-independant-2021/

(2) : https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2021/03/CP-etude-IFOP-Vdef.pdf

(3) : https://www.cadresenmission.com/blog/etude-statut-independant-2021/

(4) : https://www.meteojob.com/emploi-actualites/actualite/131020201/quel-est-le-temps-moyen-dun-processus-de-recrutement

Ce texte est publié sous la responsabilité de l’auteur. Son contenu n’implique pas la rédaction des Echos Solutions.