Début décembre, le Grand Port Maritime de Marseille a lancé un appel à projets pour la filière J4, dont il est propriétaire. Un espace pour lequel il imagine une sorte de marina dédiée aux croisières de luxe et au yachting.

Une gare maritime « au vocabulaire architectural contemporain », une « ombrière ou pergola » qui longe la jetée, des accès pour les navettes et les limousines, un espace modulable pour les « événements VIP » et, enfin, une clôture, qui ne s’ouvre que lorsqu’il y a pas d’arrêt. Pour l’avenir du J4, l’esplanade face au Mucem, le port de Marseille a une idée bien précise : il veut une gare maritime de luxe. Le but? Accueillir et développer une activité « petites croisières et grands yachts ». Comprendre : croisière et yachting cinq étoiles.

« Le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) dispose d’un espace exceptionnel de 20 000 m² associé à 2 embarcadères prestigieux à proximité immédiate des bâtiments historiques et emblématiques de Marseille dans le secteur Major J4, écrit le port dans un concours publié début décembre. dans votre site internet et également relayé par nos confrères de TPBM. Un espace qui entend désormais rentabiliser au mieux les intérêts économiques et sociaux de la place portuaire de Marseille. Consulté par Marsactu, cet appel d’offres vise à trouver un opérateur pour cet emplacement d’ici 2026.

Sommaire

Cinq opérateurs “très intéressés”

Cet « utilisateur », envisage le GPMM, peut être un armateur spécialisé dans les croisières ou un groupement d’armateurs. Le fait est qu’il dispose d’une flotte d’au moins cinq navires et qu’il fait escale en Méditerranée occidentale. Cet armateur peut s’associer à un « expéditeur terminal ». Il s’agit, comme son nom l’indique, d’une société qui gère un terminal. C’est le cas par exemple du terminal croisière Marseille Provence (MPCT), au nord du port. Celui-ci est géré conjointement par MSC et Costa, qui ont créé une société pour l’occasion.

« Il y a une dizaine de candidats potentiels, internationaux et nationaux, que vous connaissez bien, mais cinq ou six sont vraiment intéressés », précise Jean-François Suhas, président du Club del Cruzeiro de Marseille. Actuellement, les deux jetées incluses dans le projet sont souvent occupées par des navires de Ponant, une compagnie de croisières de luxe battant pavillon français spécialisée dans la navigation. Contacté par Marsactu, il n’a pas répondu dans le délai fixé pour la publication de cet article.

Une centaine d’escales à l’horizon 2030

« Comme les bateaux Ponant, ceux de la société Silversea [filiale du groupe américain Royal Caribean qui se revendique « ultra luxe », ndlr] sont neutres en émissions d’échelle et ne dépassent pas la centaine de mètres. Pour ce projet, nous recherchons le meilleur écologiquement et en termes de clients », ajoute le représentant du Cruise Club. Jean-François Suhas cite également la société Seabourn, qui appartient au groupe Carnival et dont le siège est, comme Silversea, à Miami. En tout cas, le président du Marseille Cruise Club y voit une formidable opportunité économique pour la ville et le port.

Il ne s’agit pas seulement de marchandises, de vrac et de passagers. Le développement de ce type de croisière répond au plan stratégique 2025.

Philippe Maurizot, ancien élu de la région

Selon l’avis, 40 escales sont prévues pour la première et la deuxième année d’exploitation, 80 pour les troisième et quatrième années et « au moins 100 » pour les années suivantes. « On ne peut pas oublier que la vocation du port est de gagner de l’argent pour revenir à son principal actionnaire, l’État, analyse côte à côte Philippe Maurizot, représentant, jusqu’à récemment, de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur sur le port. Conseil de surveillance. Il ne s’agit pas seulement de marchandises, de vrac et de passagers. Le développement de ce type de croisière répond au plan stratégique 2025. Nous devons diversifier nos centres de profit. Quant à l’activité « super yachting », elle est également envisagée dans ce secteur, même si elle n’est pas envisagée comme prioritaire.

“Aujourd’hui, les yachts ne viennent pas”

« C’est une activité complémentaire à la rénovation [entretien et réparation de yachts, ndlr] menée sur le port de Marseille, ajoute Jean-François Suhas. Aujourd’hui, les yachts ne viennent pas parce qu’ils ne trouvent pas l’accueil formidable. Il n’y a que quelques barèmes confidentiels, une dizaine par an. Contre pas plus d’une cinquantaine pour les petites croisières, estime-t-il, quand le terminal croisière MPCT en reçoit environ 450. « Mais une fois à la maison, le lien avec le territoire peut se faire. »

Deux versions de projet possibles

Les candidats potentiels pourront répondre à l’appel selon deux options : soit le GPMM se charge de la construction de la gare maritime, soit il confiera les travaux à l’opérateur retenu. Dans les deux cas, selon le port, la valeur de l’investissement pour la construction de cette gare maritime s’élève à 2,5 millions d’euros. Mais s’il est réalisé par le port, ce sera par le biais de marchés publics et donc, note le GPMM, « la livraison de cette installation ne peut être garantie avant le 31 décembre 2026 ». De plus, la surface de déploiement prévue ne peut excéder 20 000 m² contre 25 000 m² dans le cas de l’option constructeur privé. Donc si c’est le GPMM qui gère la construction, le contrat ne pourra excéder 18 ans, mais il peut aller jusqu’à 23 ans, sinon la redevance que paiera l’opérateur sera beaucoup plus élevée. Il est donc de l’intérêt de l’exploitant qui a les moyens de choisir de se retrousser les manches pour construire lui-même les installations.

Accès limousines, traiteurs et événements VIP

Dans cet espace pour lequel vous recherchez un locataire prestigieux, le GPMM a une idée très précise des aménagements que vous souhaitez voir installés. La gare maritime, au centre du projet, doit être « un pivot selon les enjeux patrimoniaux et paysagers urbains ». Le GPMM fait ainsi référence à la Major, dont les constructions ne doivent pas obstruer la vue sur la mer, au J4 et son esplanade, dont il entend « préserver la tranquillité et l’assumer comme un vaste espace public sans gêne » ainsi que sur le boulevard Jacques-Saadé, qui va en direction de La Joliette. Cette gare maritime, qui s’étendra sur 1000 m² et dont les éléments de façade devront « mettre en œuvre un nombre limité de matériaux et de couleurs », devrait pouvoir recevoir 200 passagers simultanément (1200 par jour). Il sera divisé en deux espaces, l’un pour la gestion et les services et l’autre dédié aux croisiéristes.

Sur plus de 900 m², l’espace croisière comprendra « un espace d’accueil, une bagagerie, un espace réservé à une activité de restauration ou de restauration ». Le tout pour un « espace entièrement modulable et évolutif (divisions mobiles, etc.) qui peut également être adapté pour des réceptions/événements VIP ». L’accès à cette station doit permettre la circulation des véhicules de secours, le ravitaillement en carburant, mais aussi, rappelle l’institution, « des bus d’excursion, des navettes et des limousines VIP ».

Une ouverture du port sur la ville ?

On peut imaginer qu’il est fermé d’avril à octobre, pendant la saison et ouvert le reste de l’année.

Jean-François Suhas, président du Cruise Club

Outre la gare maritime, le port envisage également une « limite ouverte-fermée » qui permette « une liaison légère mais sûre entre le Major, le J4 et le boulevard ». Pour ce faire, le port verrait une « pergola ou ombrière ». Mais celui-ci ne sera ouvert que lorsqu’aucun navire ne sera amarré, souligne l’appel à la concurrence. « En fait, il sera ouvert très souvent, veut croire Jean-François Suhas. On peut imaginer qu’il est fermé d’avril à octobre, pendant la saison et ouvert le reste de l’année. Enfin, sur la période automne 2023/automne 2024, l’opérateur retenu « aura également la possibilité de développer des activités éphémères d’accueil de navires et d’événements associés liés aux épreuves nautiques des Jeux Olympiques (JO) 2024 à Marseille ».

Depuis des années, l’ouverture du port à la ville, qualifiée d’État dans l’État notamment par l’ancienne majorité municipale, est une question récurrente. La charte Ville-Port, élaborée de longue date, mais dont les engagements ont été peu mis en œuvre, est toujours d’actualité. Le directeur du GPMM, Hervé Martel, rappelait récemment dans Marsactu son ambition d’ouverture.

Contacté, le port n’a toutefois pas souhaité donner de précisions sur ce dossier, ni évoquer la question de l’ouverture, estimant que l’appel d’offres était « plutôt complet ». Côté ville, l’élu en charge de l’économie et adjoint au maire de Marseille au conseil de surveillance du GPMM n’a plus la parole. « Nous étudions les modalités », a simplement répondu Laurent Lhardit à Marsactu. Egalement présente au conseil de surveillance du GPMM et présidente d’Euroméditerranée, Laure-Agnès Caradec souhaite « que le port associe l’Euroméditerranée, la métropole et la Ville dans le choix du projet, pour garantir une intégration urbaine cohérente avec les projets réalisés et l’environnement immédiat ». Comme prévu dans la notice.

Mais le GPMM connaît aussi vos priorités. Dans le document en question, il rappelle l’importance de « la sécurité des quais lors des escales » et « la transparence visuelle, ainsi que l’amélioration de l’accueil et du confort face au vent et au soleil ». Et il précise : « Pas seulement les croisiéristes (et les équipages des mégayachts), mais aussi les usagers de l’esplanade du J4 et de l’avenue Jacques-Saadé ». Les croisiéristes fortunés et les propriétaires de yachts millionnaires devraient se reposer tranquillement. Les Marseillaises, elles, n’ont qu’à espérer que le vent souffle dans le bon sens.

Le paquebot C’est un très grand bateau dans lequel sont logés des passagers pour une croisière, un long voyage dans les mers et les océans Le bateau Petit bateau qui se déplace avec des rames ou un petit moteur.

Quels sont les plus gros bateau du monde ?

Harmony of the Seas, le deuxième plus grand navire de croisière au monde après Symphony of the Seas, tous deux de la classe Oasis of the Seas.

À Lire  L'été 2022, une attraction majeure pour la France : Expedia décrit la nature des voyages d'été - TendanceHotellerie

Quel est le plus gros navire de guerre au monde ? Long de 251 m et pesant pas moins de 26 000 tonnes, le Pierre Le Grand est le plus grand navire militaire du monde (hors porte-avions).

Où vont les eaux usees des paquebots ?

Exception, si le navire est équipé d’un système de broyage et de désinfection, il peut rejeter ses eaux usées – et donc traitées – directement à la mer, à plus de 3 milles nautiques des terres et à une vitesse modérée d’au moins 4 nœuds.

Où vont les toilettes d’un bateau ? La réglementation est très souple pour les bateaux, qui sont autorisés à vider leurs eaux usées tant qu’ils sont à plus de 5 kilomètres des ports, explique le site Domsweb. Certains sont équipés d’unités de traitement de coque, mais peu d’entreprises prennent la peine de les installer.

Où vont les déchets des bateaux de croisières ?

Les chefs séparent les restes de nourriture dans différents seaux, qui sont ensuite placés dans un grand tube. Ce tube conduit à l’hydroprocesseur du navire. Ici, les déchets alimentaires sont incinérés, ce qui réduit le volume total de déchets à bord.

Où sont les navires de croisière ?

Ces navires trouvent refuge principalement dans les Caraïbes et l’Atlantique. Comme le montre la flotte de satellites d’observation de la Terre de Planet dans les Caraïbes, quelques dizaines de ces navires de croisière sont amarrés pour un séjour indéfini avec bon nombre de leurs équipages bloqués à bord.

Comment Appelle-t-on les navires de croisière ?

Un paquebot ou paquebot de croisière est un navire (généralement un paquebot ou une embarcation de plaisance à usage commercial) spécialisé dans le transport de passagers, dont l’objet n’est pas, comme les paquebots, de transporter des passagers d’un port à un autre, mais de offrir un voyage…

Comment les paquebots sont mis à l’eau ?

Lancer un vaisseau, c’est le lancer en glissant sur un plan incliné. Le bâtiment, dont la coque et les ponts sont entièrement finis, est mis à l’eau depuis la poupe (stern). Son achèvement, superstructures et installations, est mis à flot. Cette phase précède donc sa mise en service.

Comment avoir de l’eau sur un bateau ?

L’utilisation d’eau sale pour produire de l’eau fraîche et potable peut coûter cher. L’installation d’un dessalinisateur de bateau est facile. Un dessalinisateur de bateau contient un filtre très fin (membrane semi-perméable) à travers lequel l’eau est purifiée en la faisant passer sous haute pression à l’aide d’une pompe électrique.

Où vont les eaux usees des paquebots ?

Sauf exception, si le navire est équipé d’un système de broyage et de désinfection, il peut rejeter ses eaux usées – et donc traitées – directement dans la mer, à plus de 3 milles nautiques des terres et à une vitesse modérée d’au moins 4 nœuds.

Pourquoi les bateaux rejettent de l’eau ?

Cette impulsion est connue sous le nom d’impulsion d’Archimède. Archimède nous dit que : « tout corps immergé dans un fluide subit une poussée verticale, de bas en haut, équivalente à la masse de ce fluide qui se déplace ».

Comment Appelle-t-on Quand un bateau coule ?

Du latin naufrage, casse d’un navire et, plus généralement, perte d’un navire par fortune en mer, un naufrage est la perte totale ou partielle d’un navire par accident. Un naufrage peut se produire non seulement en mer, mais aussi en navigation fluviale ou lacustre.

Pourquoi un bateau ne chavire pas ?

Les marins surveillent un autre point très important, qui s’appelle le centre de la coque : c’est le point où s’applique la poussée d’Archimède. Il se trouve au centre de la partie sous-marine du navire. Cette position varie donc en fonction des mouvements du navire.

Comment Appelle-t-on une femme sur un bateau ?

Le mot Marinette peut être entendu sur les pontons, dans les ports et même dans certaines annonces d’emploi de yachts professionnels. Vous ne le trouverez jamais dans un dictionnaire et pourtant quand on parle d’une matelote on utilise souvent le terme Marinette.

Comment s’appellent les gens sur les bateaux ? A bord, chacun a son rôle, capitaine, capitaine, contremaître, contremaître… Autant de noms, qui varient selon les bateaux : de pêche, de commerce, d’état ou de plaisance. Autant de mots pour désigner aussi ceux qu’on appelle « marins » : pilotes, bateliers, quirataires…

C’est quoi un skipper sur un bateau ?

Parfois appelé « skipper » ou « capitaine de bateau de plaisance à voile », le capitaine assure le transport des passagers sur les bateaux de plaisance à voile. Il peut également piloter un voilier pour le compte d’un tiers (organisme ou particulier).

Quel est le salaire d’un skipper ?

Les meilleurs évoquent une fourchette comprise entre 8 000 et 12 000 euros nets par mois, deux à trois fois moins que dans les compétitions internationales comme la Volvo Ocean Race et l’America’s Cup.

Quel est le rôle d’un skipper ?

Capitaine d’un bateau de régate ou de croisière, aussi appelé capitaine, le capitaine contrôle le vent et la force de la nature pour diriger son bateau sur l’eau. Pour les croisières, il pilote et transporte ses passagers sur un voilier de plaisance, jusqu’à un lieu déterminé avant le départ.

Comment s’appelle la personne qui est en haut du bateau ?

R : C’est le topman. Ce marin est responsable des manœuvres supérieures du gréement et des voiles du navire. Le gabier s’occupe de son mât, visite régulièrement le gréement, le répare si nécessaire, s’occupe des haubans et fait les nœuds.

Comment Appelle-t-on le chef du bateau ?

Le capitaine est le chef de l’expédition maritime. Le représentant du propriétaire est responsable du navire, de sa cargaison et/ou de ses passagers.

Comment s’appelle le pirate qui regarde en haut du mât ?

R : Ce pirate chargé de surveiller la mer sur la plate-forme en haut du mât appelée le nid de pie s’appelle « le guetteur », il voit tout à l’horizon, bien mieux que les autres marins sur le pont du navire.

Comment Appelle-t-on les personnes qui travaillent sur un bateau ?

Équipage de navigation maritime.

Comment Appelle-t-on les gens qui travaillent sur les bateaux ?

Equipege, Equipage, compagnie maritime â Hommes à bord, marins immatriculés, chacun ayant une fonction à remplir. En plaisance, le terme s’applique à ceux qui participent à la manœuvre. Membre d’équipage, Homme d’équipage, matelot â Membre d’équipage d’un bateau de plaisance, capable de manœuvrer.

Comment Appelle-t-on les personnes sur un bateau ?

« Équipage » désigne à l’origine tout le personnel affecté au bon fonctionnement d’un navire, à l’exception de ses officiers.

Quel est le naufrage qui a fait le plus de mort ?

Le naufrage du RMS Titanic en 1912, et ses 1 517 morts, est probablement le naufrage le plus célèbre de l’histoire, mais pas le plus important en termes de vies perdues. Le 30 janvier 1945, Wilhelm Gustloff est torpillé en mer Baltique par un sous-marin soviétique.

Quelle est l’épave la plus célèbre ? C’est le Superfail auquel vous ne pouvez pas échapper : le fameux naufrage du Titanic. De nombreux experts, chercheurs et amateurs ont tenté de percer le mystère de cette tragédie.

Quel est le premier bateau qui a coulé ?

Histoire
Jeter7 juin 1906
mise en service7 septembre 1907
StatutNaufragé le 7 mai 1915
équipe technique

Quel bateau a coulé avant le Titanic ?

Lorsque le Titanic a coulé en 1912, Olympic a été immédiatement remis au chantier naval de Belfast. Objet : effectuer des travaux pour prévenir un accident similaire.

Quel bateau a coulé lors de son premier voyage ?

1628. Le Vasa serait le navire amiral de la flotte du royaume suédois. Le navire a coulé le jour de son voyage inaugural.

Quel bateau est venu secourir le Titanic ?

Le Carpathia est devenu célèbre pour son rôle dans le naufrage du Titanic. C’est en fait le premier navire à se rendre sur le lieu de la catastrophe et c’est lui qui recueille les 705 rescapés (passagers et équipage).

C’est quoi imbu ?

Être profondément imprégné (d’un sentiment, d’une opinion), être empli de : Être imprégné de son propre savoir.

Qui est imprégné de votre personne ? Expression à connotation péjorative qui s’applique aux personnes prétentieuses, pleines d’estime de soi et d’autosatisfaction. Gonflé de fierté.

Qui se montre prétentieux ?

adj. qui est prétentieux.

Comment on écrit imbu de sa personne ?

â En partie. Être imbu de soi, de son caractère, de sa dignité, de sa supériorité. Être convaincu, avoir une conscience exagérée de sa valeur, de sa puissance.

Comment Appelle-t-on quelqu’un qui est imbu de Lui-même ?

NARCISSE : Définition de NARCISSE.

Quand on dit du bien de quelqu’un ?

Sens. Complimenter quelque chose ou quelqu’un que vous aimez.

Quel est le synonyme de narcissique ?

Synon. égoïsme, égoïsme, égoïsme. Il me parle de narcissisme, je lui réponds qu’il s’agit de ma vie (A.

Quels sont les synonymes de narcissique ?

synonyme de narcissique

  • égocentrique.
  • égoïste.
  • antisocial.
  • autistique.
  • glouton
  • exclusif.
  • exclusif.
  • indifférent.

Qu’est ce qu’est une personne narcissique ?

Le trouble de la personnalité narcissique se caractérise par une tendance générale au langage pompeux, un besoin d’adulation et un manque d’empathie. Le diagnostic repose sur des critères cliniques. Le traitement repose sur la psychothérapie psychodynamique.

Qui a inventé les paquebot ?

En 1807, l’ingénieur Robert Fulton a pu appliquer le principe de la machine à vapeur aux navires. Il a construit le premier bateau propulsé par cette technologie, le Clermont, qui a réussi à rejoindre New York depuis Albany en une trentaine d’heures, avant d’entamer une liaison régulière entre ces deux villes.

Quelle est la première doublure? Le paquebot France de 1864 fut le premier du nom. Il fut construit en fer, à Penhoët (Loire-Atlantique) pour la Compagnie Générale Transatlantique et mis à l’eau le 1er octobre 1864.

Quel est l’origine de paquebot ?

Étymologie de « paquebot » Issu du steamer anglais, ces navires étaient à l’origine destinés au transport du courrier.

Quelle est la différence entre un paquebot et un ferry ?

fera plus de neuf mille victimes. Il faut faire la différence entre le paquebot, utilisé pour les longues traversées, et le ferry, qui transporte lui aussi de nombreux passagers, mais sur de courtes distances et transporte à l’origine des trains puis des véhicules.

Comment s’appelle le plus grand paquebot au monde ?

Wonder of the Seas est le plus grand navire de croisière au monde. Exploité par Royal Caribbean, il mesure 362 mètres de long et peut accueillir environ 7 000 passagers. Cependant, il est loin d’être le seul paquebot géant à traverser les mers du globe.

Qui a inventé les bateaux de croisière ?

Si Thomas Cook est considéré par beaucoup comme l’investigateur de la première croisière lorsqu’il commercialisa la première petite balade fluviale organisée sur le Nil en 1869, les premières traversées avaient déjà eu lieu il y a quelque temps.

Qui a créé le bateaux ?

Depuis la préhistoire, l’homme a construit des embarcations fluviales : des canots taillés dans des troncs d’arbres, des canots en cuir ou encore des radeaux de roseaux. Ces fragiles esquifs sont les ancêtres des navires construits par les peuples de la Méditerranée à partir de 2500 av. J.-C.

Qui construit les paquebots ?

Le chantier naval STX France a lancé mercredi à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) la construction d’un nouveau paquebot géant pour le groupe italo-suisse MSC Croisières, le plus grand jamais construit pour un armateur européen de 331 mètres de long.

Où sont construit les paquebots ?

A Saint-Nazaire, des paquebots se construisent – ​​hier des paquebots « « transatlantiques », aujourd’hui des paquebots – depuis un siècle et demi. Plus de 120 paquebots y sont nés, et les records font partie de cette histoire !

Qui a construit le plus grand paquebot du monde ?

Le plus grand paquebot du monde, construit à Saint-Nazaire par STX, a coûté 1,2 milliard d’euros. Une île flottante de 8 000 habitants !