Lorsqu’il a été embauché à l’internat The World, Lionel Catherine avait des aspirations qui changeaient sa vie. Il avait déjà fait ses armes dans divers restaurants à travers la France. Sa dernière étape fut six ans au prestigieux Étretat. Un ami d’enfance travaillait déjà sur un navire et lui a parlé de la situation puissante. « C’est peut-être l’endroit avec le plus de cartes noires », sourit Breton à propos des centenaires propriétaires d’appartements flottants. Dans l’immeuble, les résidents trouvent également piscines, spa, coiffeur, commerces, dix bars, casino, salles de sport…

« Près d’Hawaï, il y a toujours plus de monde qu’en Antarctique »

« J’ai réussi l’examen. C’était difficile parce que je n’avais que l’anglais scolaire. Mais au final, mon copain leur a demandé s’il aimait quelqu’un qui est enthousiaste ou quelqu’un qui parle anglais », se souvient celui qui a gravi tous les échelons pendant 17 ans. Il est aujourd’hui bilingue et s’occupe de quatre cuisines et d’une équipe de 70 personnes. .

Si l’anglais était très important, c’est parce que l’équipage du navire venait du monde entier et que les citoyens de différents pays voulaient un bon service. La Terre est le seul espace vivant sur terre. Les gens ont leur propre logement à bord. Ils viennent pour quelques semaines ou quelques jours, « chacun fait ce qu’il veut parce qu’il est chez lui. Les gens font selon la manière. Quand on va près d’Hawaii, il y a toujours plus de monde qu’en Antarctique. On peut monter jusqu’à 300 personnes à bord », précise le chef.

À Lire  Livre bien-être : les meilleurs livres pour s'améliorer

« On suit l’été pour avoir toujours du beau temps »

Liner suit un parcours défini trois ans à l’avance. « Il y a une équipe chargée de rechercher les remises. Trois offres sont faites par an. Les propriétaires choisissent de voter. La règle est qu’on suit l’été pour avoir toujours du beau temps. le personnel se charge de trouver les activités à faire sur place », explique ce dernier, qui a fait cinq fois le tour du monde.

Quand il a rejoint le navire, c’était quatre mois sans vacances. « Nous travaillons 12 heures par jour. » Le Moëlanais compte quatre restaurants, même si beaucoup préfèrent le room service, disponible 24h/24. « On essaie d’être le plus authentique possible dans nos plats. La carte italienne a été créée par un vrai chef italien, par exemple. On invente toujours des nouveautés même si ça nous fait mal de toujours avoir des idées », s’amuse-t-il.

Escale à Lorient les 14 et 15 juin 2022

Les produits utilisés sont frais. « Avec l’expérience, on sait gérer les approvisionnements. Je vais sur les marchés locaux pour m’acheter », explique le chef de cuisine en pointant une photo de lui à côté d’un espadon géant en Afrique du Sud. la chambre est toujours un hamburger. »Bien sûr, les propriétaires peuvent cuisiner dans leur logement. Il y a des boutiques sur le bateau. Ils peuvent aussi nous demander de cuisiner chez eux », précise Lionel Catherine.

Actuellement hébergé chez lui à Moëlan-sur-Mer, le chef reprendra ses activités en avril, après une pause de deux mois. Cette année, de façon particulière, le paquebot de luxe fera escale à Lorient pendant deux jours les 14 et 15 juin.