On est loin d’avoir des réponses à toutes les questions sur le jeûne intermittent, notamment ses conséquences à long terme, puisque la tendance est nouvelle. Cependant, certaines études récentes commencent à fournir des informations précieuses. Notre temps fait le point.

C’est quoi le jeûne intermittent?

Le jeûne consiste à se priver de nourriture pendant un certain temps. Si le jeûne prolongé sur plusieurs jours est très contraignant, le jeûne intermittent semble plus compatible avec la vie sociale et moins difficile à tenir que les autres régimes. Son principe ? Se priver régulièrement de nourriture : X fois vous n’avez droit qu’à de l’eau et de la tisane… sans sucre. Mais cela peut prendre différentes formes. Certains réduisent drastiquement leur consommation deux jours par semaine, d’autres jeûnent entre 14h et 16h tous les jours… Selon certains adeptes, ce jeûne intermittent permet de reposer son corps, de perdre du poids et de prévenir les maladies chroniques. Mais que dit la science ?

Est-ce efficace pour perdre du poids?

Plusieurs études ont été publiées ces derniers temps… décevant ceux qui espéraient avoir trouvé LA solution minceur. Veuillez toutefois noter que les études ne concernent qu’un petit nombre de personnes.

Un article de 2019 publié dans l’International Journal of Obesity qui a suivi des personnes obèses pendant 12 mois a montré que trois régimes (restriction des calories/restriction toutes les deux semaines/restriction deux jours sur cinq) produisaient le même résultat : une perte de poids modérée.

Une autre étude portant sur 116 adultes en surpoids, publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) en 2020, montre que l’alimentation chronométrée n’est pas plus efficace pour la perte de poids et la bonne santé que de manger tout au long de la journée lorsque vous n’êtes pas différent. . Fait intéressant, cette étude américaine a montré que 65 % de la perte de poids des participants ayant suivi ce régime de jeûne était de la masse maigre, c’est-à-dire de la masse musculaire et non de la graisse. Alors qu’avec d’autres régimes, cette perte musculaire n’excédait pas 30 %. Ceci n’est pas du tout recommandé pour les personnes âgées qui courent le risque de chuter si elles perdent trop de muscle, ont des difficultés à faire de l’exercice et développent plus facilement un relâchement cutané.

Une étude chinoise publiée en avril 2022 dans le New England Journal of Medicine en rajoute une couche. Le jeûne du soir n’a eu aucun effet sur la perte de poids. Plus précisément : Sur 139 personnes en surpoids, certaines suivaient un régime hypocalorique, d’autres de la même façon, mais ne pouvaient manger qu’entre 8 h et 16 h. Résultats? Aucun avantage pour le poids, la quantité de graisse ou les facteurs de risque de développer une maladie.

Le jeune intermittent, est-ce bon pour la santé?

Comme nous l’avons vu, certaines études récentes répondent par la négative. Cependant, d’autres travaux suggèrent le contraire. Un article de 2021 sur les rongeurs publié dans Nature Metabolism a fait sensation. Il a été constaté que les souris nourries une fois par jour vivaient légèrement plus longtemps pour la même quantité de calories ingérées que celles qui mangeaient leurs rations tout au long de la journée. De plus, les souris soumises à un jeûne de 21 heures étaient en meilleure santé.

Et pour l’homme ? « Des études observationnelles de travailleurs qui mangent la nuit ont montré un risque accru de diabète, de maladies cardiovasculaires et de cancers », explique David Jacobi, chercheur et nutritionniste à l’Institut du Thorax du CHU de Nantes. Une étude sur des hommes en surpoids atteints de prédiabète a révélé que la limitation de l’alimentation à une fenêtre de 10 heures [c’est-à-dire le jeûne intermittent de 14 heures] entraînait une amélioration des niveaux d’insuline, de la sensibilité à l’insuline, de la pression artérielle et d’autres biomarqueurs. Cela soutient l’idée que consommer plus de calories plus tôt et prolonger le jeûne de la nuit réduit le risque de maladie. » Cependant, seules 19 personnes qui recevaient également un traitement ont participé à cette étude.

À Lire  Votre conseil est de prendre une bonne douche froide (froide, mais bonne !)

Et pour le cancer ? Certains patients affirment que le jeûne intermittent pendant la chimiothérapie limite les effets secondaires. Une étude chez une souris obèse atteinte d’un cancer du sein a montré que le régime intermittent ralentissait la croissance tumorale et réduisait les métastases. Cependant, il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions pour l’homme. Selon un article de l’Inserm, « Alors que des études précliniques suggèrent que les régimes intermittents pourraient réduire la toxicité de la chimiothérapie, ses risques – notamment en ce qui concerne la malnutrition – sont beaucoup plus importants. »

« Nous n’avons pas d’étude sur la personne qui n’a pas d’anomalie métabolique », précise David Jacobi. D’autres études devraient être menées et vérifiées à plus long terme pour savoir si ce jeûne est bénéfique, pour qui, pendant combien de temps, à quel moment de la journée…

Notre Temps lance sa nouvelle newsletter dédiée à votre santé et votre bien-être. Tous les 15 jours vous retrouverez toutes les informations, les conseils des experts santé de la rédaction pour rester en forme.

Est-ce plus intéressant de sauter le petit-déjeuner ou le dîner?

Une étude publiée dans Cell Metabolism en septembre 2022 a étudié un groupe de 30 personnes obèses ou en surpoids pendant 4 semaines, certaines prenant un petit-déjeuner complet et un dîner frugal, d’autres l’inverse. Et aucune différence dans la perte de poids.

« Mais cette étude récente a également montré que ceux qui mangeaient un petit-déjeuner hypercalorique voyaient de meilleures augmentations des hormones responsables de la sensation de satiété et de satiété », explique le professeur de nutrition. En gros, ils avaient moins faim. « La science semble montrer que la consommation du matin a des effets plus positifs que le jeûne intermittent qui commence à midi et se termine plus tard », poursuit David Jacobi. Mais cela pose le problème des restrictions sociales. » En effet, si vous dites à vos proches que vous ne mangez plus, vous risquez de vous couper de la vie sociale…

Alors, que penser du jeûne intermittent?

David Jacobi craint « un enthousiasme parfois exagéré ». Jeûner pour maigrir ne sert à rien. En ce qui concerne le maintien de la santé, il n’y a actuellement aucun consensus. Par conséquent, il exhorte chacun à peser le pour et le contre. Car lorsque la privation se transforme en frustration, fringales et obsession alimentaire, l’intérêt est très limité… et vous risquez de prendre du poids, au contraire. « En tant que médecin, j’individualise les conseils », poursuit-il. A partir du moment où le patient demande, surtout s’il prend son petit-déjeuner à 6h et son dîner à 23h, il me semble intéressant de restructurer l’organisation des repas.

« C’est très à la mode ! », confirme Catherine Lacrosnière, nutritionniste. Aussi absurde que je trouve le jeûne seul, autant passer 16 heures sans manger, ça peut être intéressant. » Dans quelles conditions ? « Sauter le petit-déjeuner ou le dîner ne vous fera pas perdre de poids. Surtout si vous ne mangez pas le reste du temps ! Mais ça peut être un déclencheur pour vérifier si le reste de l’alimentation est équilibré. » Elle prévient toutefois : cette démarche doit être accompagnée par un professionnel. « Je pense que le jeûne intermittent devrait être recommandé par un médecin ou un nutritionniste. »