La 11e édition des Rencontres des Voyages est l’occasion pour le groupe Marietton de repenser son pôle Groupes

Pour la 11e fois, le département Groupes de Marietton Développement, autour de ses marques Ailleurs Groupes, Havas Voyages Groupes et Celtea Voyages Groupes, a réuni près de 150 acheteurs, responsables de CSE et d’associations, autour d’une trentaine de partenaires réceptifs, prestataires et T-O maison. A cette occasion, Thibaut Aufort, le directeur général du pôle, précise à TourMaG la nouvelle organisation et l’orientation stratégique qui se mettent en place.

Une partie de l’équipe des Groupes Marietton, toujours aux couleurs d’Ailleurs Voyages (© C.Zbik)

Le concept des Rencontres des Voyages a été lancé il y a dix ans par Olivier Meynet, actuel directeur commercial du pôle Groupes de Marietton Développement. &#xD ;

&#xD ;

C’est fondamentalement simple, plus complexe à organiser, mais tellement efficace qu’il serait impensable aujourd’hui de s’en priver.

&#xD ;

Les agences du réseau et la vingtaine de commerciaux terrain des différentes unités du Groupe ont identifié les prescripteurs déjà clients ou potentiels nouveaux acheteurs qui organisent les déplacements de leur CSE ou de leur association pour les mois à venir.

Le business repart au-delà du plaisir de se retrouver

&#xD ;

Ils ont l’opportunité de rencontrer le temps d’un long week-end tous les DMC des destinations envisagées, qui développeront les détails du voyage envisagé et surtout les inviteront à préparer d’ores et déjà les suivants.

&#xD ;

Le principe du speed dating permet aux DMC moyenne et longue distance de présenter les circuits et séjours dans des brochures. Quant aux représentants des deux T-O internes, Voyamar et Héliades, ils mettent l’accent sur leur production dédiée au Groupe.

À Lire  A Concarneau, le paquebot de luxe Silver Cloud fait escale dans la baie

Séances de speed-dating d’information et d’étude sur deux matinées (©C.Zbik)

Pour la 11e édition, célébrant avant tout le retour du contact direct pour oublier les rencontres virtuelles, la Rencontre des Voyages s’est installée à Hammamet. &#xD ;

&#xD ;

Remonter la pente

Le séjour est aussi l’occasion d’entendre le discours des responsables tunisiens sur la reprise de l’activité et de (re)découvrir quelques lieux importants, de la Médina d’Hammamet au village de Sidi Bousaïd en passant par les vestiges romains de Carthage.&#xD ;

&#xD ;

Avec cette opération, l’équipe de Marietton Développement Groups entend relever la barre des performances, qui ont particulièrement baissé ces deux dernières années. &#xD ;

&#xD ;

Au gré des réactions des participants et de l’animation des discussions, l’envie de (re)partir est manifeste même si les événements récents suscitent encore des incertitudes sur certains destins. Le réceptif de Russie et des pays de l’Est est naturellement absent de cette édition jusqu’à des jours meilleurs. &#xD ;

&#xD ;

Le futur se dessine autour d’une marque et d’un engagement

Les destinations moyen-courriers se multiplient, Europe proche et bassin méditerranéen en tête, mais le long-courrier se redresse avec des destinations « naturelles » en Amérique centrale et au Canada. &#xD ;

&#xD ;

La France et ses différentes régions, dont la Corse, font une percée intéressante, même s’il est évident que la frustration des « grands voyages » fait naître une envie d’exotisme et d’évasion. Des résultats en quelques semaines, en quelques mois lorsque les intentions se sont concrétisées en bons de commande.

Olivier Meynet, directeur commercial, et Thibaut Aufort, directeur général de la division Groupes Marietton (©C.Zbik)

Des bons de commande seront nécessaires pour retrouver un niveau d’activité qui a particulièrement souffert en raison des restrictions sanitaires et de la réticence des groupes à partir. &#xD ;

&#xD ;

« En année de référence, notre volume Groupe est d’environ 45 millions d’euros », explique Thibaut Aufort, le PDG. &#xD ;

&#xD ;

« Nous sommes certainement le deuxième ou troisième « opérateur de groupe » français avec plus de 45 000 forfaits par an. Nous prévoyons, en 2022, de revenir à environ 70 % de notre activité normale avec plus de 1 000 groupes déjà prévus.