Tanguy nous parle de son idole Sandrine Rousseau et de sa déclaration concernant les barbecues.

Mes deux stars préférées de val, pardon Franck Dubosc, font partie de la nouvelle génération de l’humour, elles sont deux : 1- Rachida Dati, sniper de l’axe Lacoste/Hermès. Si c’était un plat, ce serait de l’harissa, si c’était un chien, ce serait un pitbull honnête dont il a giflé le derrière un beagle en disant « le caniche est beau », elle n’a pas de limites, maintenant on dit le syndrome de Dati au lieu de celui de la Tourette. Samedi, elle s’est même adressée à l’Université d’été de France Insoumise, un parti de gauche pour qui Macron est déjà le fascisme, elle a fait un carton. Elle a pris des selfies, Eric Coquerel est resté à 30 mètres pour ne pas prolonger son MeToo cet été, puis elle est rentrée en train, et a rencontré, posté sur ses réseaux, le groupe Particulier Partner, c’est le seul qui a vécu ça, elle a dit « je viens de Valence », ils ont répondu « nous venons de 1986 ».

Et c’est toujours sympa de croiser des stars dans le train, je veux dire tous ces gens qui m’y croisent et qui se disent « moi aussi j’aurais pu rencontrer une star ». Il faut savoir qu’entre comédiens, du fait des tournées, on se croise souvent dans les trains, à part les Bodin qui conduisent un char à bœufs de ville en ville, j’ai déjà rencontré Sandrine Sarroche, Ary Abittan et Olivier de Benoist. Je me souviens, je lui ai dit « tu as raison, les femmes c’est radase », il m’a répondu « non, mais je plaisante », j’avais l’air un peu con, c’était le moment où je lui serrais les testicules pour créer une complicité entre les mecs .

Je suis un 1er degré, donc je n’ose pas imaginer que les comédiens puissent dire le contraire de ce qu’ils veulent dire, et en fait s’il est trouvé, Dieudonné aime les juifs, mange de la pastèque sur Gordon Beach à Tel Aviv l’été, on ne sait pas . Pour se faire discret, il met le masque de quelqu’un qui est considéré comme moins antisémite que lui, Louis-Ferdinand Céline ou le chef du parti Aube dorée en Grèce.

Tiens, je parlais de testicules, mon autre punchliner préféré c’est Sandrine Rousseau, ok, tu ne vois pas forcément le rapport, vu qu’on a rarement Sandrine Rousseau en culotte. D’autant plus qu’elle est assez bavarde, alors si elle est en slip, tu t’en aperçois, tu te dis « c’est impossible que mon pubis vienne parler de la déconstruction de l’homme ».

À Lire  Suisse : Le club libertin offre une friandise aux personnes fraîchement vaccinées

Je suis désolé, c’est trop de saisons, j’ai dit « je ne signe pas, je n’ai plus de limites, ça finira par une fatwa éco-féministe, je planterai des tuteurs pour des tomates bio », tu m’as supplié, je ‘Je suis là. Ah bah Sandrine Rousseau, j’adore sa régularité, c’est une polémique au quotidien, elle parle, Twitter s’allume. Si elle quitte le réseau social, c’est -200% du trafic quotidien, dans trois jours ça ferme, elle ne se retournera pas avec que de bonnes pensées sur l’époque d’Edgar Morin. Sandrine Rousseau, sa cible, ce sont les hommes, on ne peut pas lui en vouloir, on s’est rassasié de siècles de dominance, avec nos pénis comme drapeaux, je me souviens quand Daniel Morin a commencé à France Inter, les garçons pinçaient les secrétaires derrière, les appelant « mes petits » . Il y a un contrecoup inévitable.

Maintenant la relation s’est inversée, hier j’ai rencontré Laura Adler avec un gode-ceinture, transpirant, rotant, je cite « où est Daniel Morin ? ». Daniel s’est caché dans France Bleu, mais ils ont diffusé Patrick Fiori, alors il a fini par sortir. Il en a pris beaucoup, aujourd’hui il est handicapé aux 2/3 de son corps. Et hier, j’étais sur la page « Eric Woerth à la Fête de l’Huma », qui ne comporte aucune photo, quand une alerte info s’est posée sur mon ordinateur, je vous ai lu : « Sandrine Rousseau a appelé à un changement de mentalité pour que manger le steak grillé sur le gril n’est plus un symbole de masculinité ».

Alors on se dit « mais elle est bête, ben elle va se battre contre le gril », comme Jeanne d’Arc qui aurait prévu sa fin tragique. Losers de Twitter, Florian Philippot, Eric Ciotti, Robert Ménard, tous des losers qui passent leur vie sur Twitter à réagir aux gros titres des articles, ils sont moins utiles qu’une paire de Puma pieds nus. Sauf qu’à bien y réfléchir, bien sûr le barbecue est un symbole de masculinité, il n’y a que des mecs autour du feu qui regardent les merguez éclabousser en pensant à leur jeunesse. J’ai essayé une fois d’en allumer un, 27 brûleurs, 2 litres de fioul, du napalm, le feu était foiré, j’avais l’impression qu’on m’attribuait le Thermomix.

Écoutez la suite et retrouvez-la dans la vidéo !