S01E07. Chiens autorisés dans le tram en 2023 • Sécurité du marché de Noël : on prend la même… • Heineken quitte Schilick : 220 étals coupés • Un ancien archevêque immobilisé pour « gestes déplacés ».

&# xd ;

Par –

&# xd ;

Hier à 12h00

&# xd ;

| mis à jour hier à 19h26

– Temps de lecture :

&# xd ;

&# xd ;

&# xd ;

&# xd ;

&# xd ;

&# xd ;

| &# xd ;

Les chalets du marché de Noël arrivent sur la place Kléber. Et les acteurs se regardent comme dans un tableau de la Renaissance. ADN/L. Poulie

Vous ne pensez qu’à vos projets de raclette pour échapper à une réalité aussi déprimante qu’hostile. Nous sommes les mêmes. Mais comme on préfère être déprimé ET informé que complètement dans le pick-up, on vous a préparé le résumé de l’actualité de la semaine.

L’histoire de la semaine Il y a trois choses interdites dans le tram : les vélos, les chiens, les gens qui sourient. Eh bien, cela va changer. Il n’y aura plus de sourires, mais des chiots. « Il y a un accord de principe de l’Eurométropole sur l’accès des chiens aux transports CTS », a assuré Alain Jund, vice-président chargé de la mobilité (EELV), à l’ADN. Avant le scandale des hurlements et l’odeur de chien mouillé, deux choses. Un, on ne va pas se mentir, ça sent déjà assez les chiens mouillés dans les rames les jours de pluie. Deux, il y a des villes qui ont franchi le pas et ça roule (haha). « J’ai rencontré mes homologues à Lyon, où l’accès est possible depuis environ un an et demi. Bruno Bernard (le président de l’agglomération lyonnaise) m’a confirmé qu’il n’y avait pas de problèmes à bord, ni de perturbations liées à la présence de chiens dans les transports en commun », assure Alain Jund.

À Lire  Heineken: Credit Suisse maintient sa recommandation d'achat

Vive la protestation des chats ! (Cliquez pour voir le meme complet)

Sad Cat est (vraiment) triste. ADN/MP

Avant de trop remuer la queue, attention, si vous suivez l’itinéraire lyonnais, il vous faudra payer un ticket WAF (oui, oui), à 1€ par jour ou 10€ par mois. Et l’association Terre de Chiens, en pointe sur la question, comme la conseillère municipale Céline Geissmann, demande « un accès libre, à toute heure, en laisse et avec une muselière si nécessaire », précise Florent Potier dans les DN.

Dès lors, on ne sait pas si la manifestation, organisée par l’association ce samedi à 11 heures sur la place de la République -dans un premier temps pour faire pression sur la Mairie- se poursuivra. La vérité est que si elle est réalisée, elle sera la première à réunir maîtres et chiens à Strasbourg.