Copinage, ego démesuré des cuisiniers, course aux stars, mafia… Valerio Massimo Visintin dénonce, dans un livre, les turbulences des restaurants transalpins.

Le titre dit tout. Et déjà dès la couverture de Dietro le stelle – Il lato oscuro della ristorazione italiana (derrière les étoiles : le côté obscur des restaurants italiens, éd. Mondadori, non traduit) le ton est donné. Si l’auteur, Valerio Massimo Visintin, s’occupe de l’art de la critique alimentaire depuis trois décennies, le journaliste sait aussi s’y prendre.

Et dans son dernier ouvrage, la plume du Corriere della sera n’a pas hésité à mettre un furieux coup de projecteur sur les arrières cuisines pas toujours brillantes de la gastronomie transalpine, sans épargner aucun de ses acteurs.

A commencer par ses confrères critiques, principale cible des cent cinquante pages de son caustique inventaire à la Prévert. Avoir un livre Visintin entre les mains « donne toujours…

je m’y abonne

Contenu de points illimité

Vous lisez actuellement : Le « critique masqué » qui coupe la gastronomie italienne

À Lire  17 restaurants incroyables à Paris pour le meilleur brunch