Par

Manon C. Photos de

Manon C. Publié le 7 novembre 2022 15:02

Les résistants poursuivent leur combat pour les beaux produits, respectueux du monde et des hommes, au Comptoir des Résistants, leur nouveau bistrot qui se double d’un bar à vin.

Voilà bientôt 8 ans que Les Résistants ont engagé, dans les restaurants Les Résistants, L’Avant-Poste et Les Résistants Epicerie-Cave, leur combat pour le bon terroir, la protection de l’agriculture et de la terreur française et des producteurs et artisans. qui protègent une sorte d’art, mais aussi protègent l’environnement et les produits que le monde nous donne, légumes, fruits, poissons et viandes.

Il est main dans la main avec plus de 300 agriculteurs, vignerons, maraîchers et autres vignerons, véritables résistants de l’histoire qui s’engagent à respecter la charte de qualité limitée, que les résistants ont ouverte il y a peu de temps qu’ils sont passés. le meilleur de l’art et de l’agriculture française au milieu d’une plaque de métal et d’un écrin de verre : Le Comptoir des Résistants.

Parmi les grandes lignes directrices des conditions à respecter pour rejoindre cette grande famille responsable : le respect de la santé des animaux et des modes de production traditionnels, la préservation des produits agricoles et des produits alimentaires français ; promouvoir les produits bruts et frais, bio, durables, naturels et locaux ; comme la détection de viande et de poisson sans défaut.

A mi-chemin entre bistrot et bar à vin, Le Comptoir des Résistants est non seulement naturel, humain et respectueux de l’environnement, mais cette nouvelle adresse de Florent Piard a aussi le bon côté d’être abordable : comptez 19€ pour un menu entrée/plat ou plat/dessert, et 22 € le menu entrée/plat/dessert le midi. La troisième preuve qu’il est possible de manger local, français et bio sans se ruiner.

À Lire  À la Casa di Nonna. Souvenirs de Naples

Derrière la cheminée, Marie Conquet le midi et Marc-Hippolyte Jandrain le soir se soutiennent et s’associent pour proposer une bonne cuisine de bistrot, proposant de beaux produits. A la carte, au déjeuner, seulement 3 entrées, 3 plats et 3 desserts qui valsent selon les arrivages du jour ; au dîner, assiettes à partager entre 8 et 18 €.

Belle tête de porc Kintoa, Porcin Rolls du Pays Basque, et légumes intéressants, navet violet, carotte colorée, figue bourjassotte et menthe ananas ; veluté de poireaux de saison, crème de pétoncles géants, sarrasin et souci du Mexique ; tataki de thon blanc, émulsion marinière au chorizo ​​noir​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​ avant Soupe galique de poulet à la Patte Bleue, chutney de kaki et piment, gwell soja et estragon…

Dans l’assiette, rien n’est laissé au hasard, et si chacun d’eux contient une dizaine de ressources et de programmes eux-mêmes, rien ne semble trop, sans souci, quoi qu’il en soit égal à l’égalité. Même dessert, tarte aux pommes, cédrat corse, crème crue au single malt ; et compote Reine Claude, gwell labneh, crumble crumble, vin rouge, grenade et sauge ananas.