Prenez un culte, jouez avec des cristaux, et vous obtenez un jeu d’horreur qui mêle action et énigmes !

Le Chant est le titre qui m’a chatouillé la tête dès que j’ai vu le premier communiqué de presse dans ma boîte aux lettres surchargée. J’avoue que j’ai un faible pour les films d’horreur, alors quand j’ai vu un titre qui semblait imiter le Resident Evil à l’ancienne ou Silent Hill avec des énigmes et de l’action, je me suis dit : pourquoi pas ? Et puis bon, le synopsis spirituel est un peu plus original que la moyenne des jeux du genre.

Dans The Chant, nous jouons le rôle de Jess, qui souffre toujours de la perte de sa sœur. Elle est invitée sur une île mystérieuse par son amie Kim, mais dès son arrivée, elle se rend compte que les choses ne vont pas bien dans la région. Pas besoin d’être né de la veille pour comprendre que le quartier sent bon la secte. D’une manière générale, lorsque vous atterrissez dans la pampa, on vous demande de mettre des vêtements blancs et les chaussures sont facultatives car elles permettent de rester en contact avec le sol… C’est que vous n’êtes pas là pour siroter des cocktails et nager dans la piscine. Ceci est rapidement confirmé par une rencontre avec le chef local, Tyler. A peine le temps de ranger ses affaires et de changer son avenir, Jess est invitée à une tisane. C’est suspect parce que ce n’est pas l’heure du thé. Comme vous pouvez l’imaginer, c’était un rituel qui se passe tellement mal qu’il évoque une dimension de terreur cosmique. Mais grâce à Skippy, j’ai découvert la totale liberté de la pensée cosmique vers un nouvel âge… Désolé de m’éloigner. Après tout, c’est un slip party et Stranger Things entre en scène : oui, vous allez découvrir l’existence de portails et de monstres étranges qui veulent notre peau. Parce que Jess est gentille, elle utilisera sa retraite spirituelle pour sauver certains membres de la secte et fermer la porte à cette dimension parallèle très pourrie.

Et quand on aura 5 pierres de l’infini, on claquera des doigts ?

Il faut savoir que l’histoire de la Chanson démarre en un éclair, on va tout droit en eau profonde, peut-être même un peu trop vite, au point qu’on n’a même pas le temps de comprendre ce qui se passe. . Enfin, quoi qu’il en soit, le joueur au bout de sa manette est un peu perdu car les personnages sont muets. Jess est rarement choquée par ce qui se passe, et les autres… Eh bien, ces derniers sont sous les ordres du barbu, complètement endoctrinés. Globalement, l’histoire est un peu tirée par les cheveux, les explications sont plutôt évasives, et finalement on ne peut pas vraiment dire que le scénario soit vraiment transcendant. Tout cela ressemble plus à une belle excuse pour se rassembler en petit groupe sur une île isolée pour relâcher les monstres dans la nature. Pourquoi pas en un clin d’oeil… Seulement ça manque de peur et on devient rarement fou en jouant The Chant.

À Lire  Ecotourisme en France : quelles sont les meilleures îles à visiter sans voiture ?

The Chant propose un mélange d’action et de puzzles avec un gameplay de type TPS. On a l’impression d’être dans un petit monde ouvert, mais finalement ce n’est pas le cas, il faut suivre majoritairement un couloir avec quelques détours pour l’histoire. Il y a beaucoup de lecture, notamment pour découvrir le bestiaire, qui vous permettra de trouver des points faibles dans les types d’ennemis que vous rencontrerez. Il y a beaucoup de choses qui sont soulignées dans The Chant. Par exemple, il faudra surveiller notre santé mentale tout en faisant attention à l’état de notre fatigue physique. Il y a aussi un bar à spiritueux qui nous permet de recharger notre énergie avec la méditation. Nous pouvons également fabriquer des objets tels qu’un bâton de sage pour effrayer les ennemis loin de l’ombre. Et vous devrez jouer avec des cristaux. Dommage que les combats soient plutôt répétitifs et du coup un peu endormis.

L’ambiance proposée dans la Chanson est réussie. Nous voulons plonger dans cette histoire et voir ce qu’elle a à offrir. Malheureusement, tout n’est pas parfait. Graphiquement, il souffle le chaud et le froid. Les films sont plutôt réussis, mais quand vous jouez, abusez du maïs pour en faire un « film des années 70 ». a quelque malheur. On voit que les modèles 3D sont limités, tout comme les animations. Dans l’ensemble, il tient toujours très bien pour un jeu de ce genre. Dommage que la bande son soit un peu en retrait. Par exemple, la musique manque parfois de mordant ou de verve. Les effets sonores tentent de nous faire sursauter de temps en temps, mais c’est à peu près tout. Enfin, même si c’est amusant de jouer à un jeu doublé en français, ça manque parfois de confiance dans le jeu des acteurs. La jouabilité est plutôt agréable, même si, comme je l’évoquais plus haut, la redondance d’action est un peu agaçante. Enfin, en termes de durée de vie, il faudra compter environ 6/7 heures de jeu en mode normal.

Quoi, devrais-je me raser la tête?

Le Chant est un titre propre dans son genre. Il n’a pas de grands défauts, mais pas non plus de grandes caractéristiques qui pourraient le faire ressortir. L’idée de base est bonne, le tout n’est pas mal à regarder, mais l’action inutile et le manque général de moments effrayants gâchent un peu l’expérience finale.

The Chant – Note XboxOrNot