Les articles sont réservés aux abonnés 4 minutes à lire

« La spécificité de la société individualiste dans laquelle nous vivons est que, quel que soit notre âge ou notre condition, les solutions à nos problèmes sont déjà en nous », explique Nicolas Marquis.

Un documentaire éclairant diffusé ce soir se penche sur l’insolente santé du secteur du développement personnel en France. Le sociologue Nicolas Marquis y voit le reflet d’une société individualiste, où l’accès au bonheur serait devenu un nouveau marqueur social.

Le développement personnel est-il la clé du bonheur contemporain ? Après tout, cela représente un marché qui attire près de 3 milliards d’euros par an pour une série de formateurs qui vantent les bienfaits de la psychologie positive, de la résilience et d’une vie où notre bien-être sera la principale préoccupation. L’Affaire du bonheur, diffusée sur Arte, interroge ce monde où le malheur et la souffrance n’ont plus leur place. Rencontre avec le sociologue Nicolas Marquis, auteur du livre Du bien-être au marché du malaise. La société de développement personnel (Éd. PUF, col. Partage des savoirs, 2014) et l’intervention dans les documentaires.

Comment voyez-vous la notion de développement personnel ?Mes différents travaux traitent de la même question : « Comment vit-on dans une société individualiste ? Même si nous y sommes nés, nous réalisons que vivre dans une société comme celle-ci est une expérience humaine très spéciale. Et il faut dire que son développement personnel et sa réussite en sont un symptôme assez singulier. J’essaie de l’étudier comme un anthropologue avec des phénomènes de type magique. La question n’est pas de savoir si les gens ont raison ou tort, mais plutôt : comment est-il possible que dans certaines sociétés, face à un problème de notre vie, nous nous engouffrions dans le contentement en disant que la solution se trouve en nous-mêmes ? Il me semble que le développement personnel ne peut réussir que dans une société individualiste.

À Lire  Départ de Paris – C Mauritius, l'insouciance

Déjà inscrit? Je suis connecté

Pourquoi voyez-vous ce message ?

Vous avez choisi de ne pas accepter les « cookies » déposés sur votre navigateur, qui permettent l’affichage de publicités personnalisées. Nous respectons votre choix, et nous le garantirons.

Chaque jour, la rédaction de Télérama et tous les métiers se mobilisent pour vous proposer une offre critique complète sur notre site, suivis de l’actualité culturelle, sondages, interviews, reportages, vidéos, services, événements… Qualité, fiabilité et indépendance sont les maîtres mots mots-clés.

Pour ce faire, le soutien et la fidélité de nos clients sont très importants. Nous vous invitons à rejoindre cette communauté par rotation avec un abonnement Télérama.