Alors que l’année est loin d’être terminée, les dirigeants de Béziers sécurisent déjà l’avenir de leur club. Ils parient toujours sur leurs futurs rugbymen et visent un recrutement très ciblé.

Alors que leur équipe gratte fort pour se faire une place sous le soleil de la Pro D2, les dirigeants de l’ASBH sont déjà à pied d’œuvre pour penser à demain. Pas de surprise dans un milieu de requins de la base où les agents de joueurs passent le plus clair de leur temps à appâter les clubs à la recherche de pépites.

Michaël Guedj, président du conseil de surveillance de l’ASBH, qui recevra Oyonnax ce vendredi (19 heures), est particulièrement impliqué dans le secteur du sport. Il travaille spécifiquement sur le recrutement, en collaboration avec le staff technique.

Une certaine stabilité

Un travail régulier avec l’entreprise fera partie d’une certaine stabilité. Avec fil conducteur : ne coupez pas la haie porcine.

Et pour le président, il ne fait aucun doute qu’il faut continuer à miser sur tous ces jeunes qui progressent sans cesse : « Beaucoup de clubs s’intéressent à nos jeunes bien sûr, il ne s’en cache pas. Des joueurs comme Maxime Pro D2 structures sont même venus à Espeut ou Gabin Lorre, mais ils ont choisi de rester. C’est une façon pour eux de remercier l’ASBH. On peut dire qu’on a de la chance, avec seulement le 11ème budget ProD2, de rivaliser avec des clubs comme Oyonnacs. »

Pourtant, ces jeunes ont encore besoin de gagner en confiance. Qui ne vient que par l’expérience.

Et surtout par l’apport des anciens combattants qui les encadrent, les canalisent et parviennent à les remettre sur le droit chemin lorsqu’ils se perdent.

Recrutement ciblé

Sachant toutefois que les anciens ne porteront pas éternellement leurs crampons, certains ont dépassé la trentaine, comme Josh Valentine, 39 ans, ou Francisco Fernandes, 37 ans. « Il est clair qu’à terme, ils mettront fin à leur carrière. ou aller jouer dans des divisions inférieures, note Pierre Caillet, l’entraîneur. Nous ne voulons bien sûr pas tous les perdre en même temps. Ce serait dangereux pour une équipe très homogène à laquelle ils apportent beaucoup.

Afin de renforcer le groupe, dont ils entendent conserver une grande partie de l’ossature, les dirigeants de l’ASBH misent déjà sur des recrutements spécialement ciblés.

Avec une enveloppe qui ne devrait pas beaucoup évoluer par rapport à cette année, le budget du club avoisine les 8 M€.

« On voit que l’équipe progresse, assure Michaël Guedj. C’est vraiment prenant. On va recruter trois à quatre joueurs qui vont évoluer à des postes bien précis. »

À Lire  Mutualité étudiante : comment choisir la plus adaptée ?

Un projet sur trois ans

Depuis sa prise en charge de l’équipe, Pierre Caillet a annoncé qu’il lui faudrait un minimum de temps pour mener le groupe au sommet. Il avait annoncé qu’il pariait sur une durée de trois saisons : « La première année a permis de poser les bases, de sécuriser l’ancien troisième ligne qui peut aussi s’appuyer sur un staff qui a évolué et qui a gagné en confiance au fil de ces mois. . Mais la deuxième année, c’est quand même un peu étrange car on a souvent l’impression qu’on n’est pas loin, mais le doute subsiste. C’est clair qu’il faut gagner en maturité quand il s’agit de gérer des matchs. On peut bien sûr être devant et on vise aussi le top 6 cette saison, c’est l’objectif et on peut l’atteindre, mais c’est bien souvent la troisième année qu’on a les meilleures chances d’atteindre les bons objectifs. « 

L’une des forces de ce groupe, où jeunes joueurs et joueurs confirmés avancent main dans la main, est sa capacité à rester unis dans l’adversité. C’est ce qui lui a donné, en partie, la force de rebondir à Massy. Et il sera un atout de taille face à Oyonnax, ce vendredi : « C’est vrai que l’unité est une de ses forces, s’enthousiasme Pierre Caillet. Mais maintenant les joueurs doivent prendre confiance en eux, en leurs qualités et qu’ils gagnent en maturité. »

La maturité surtout pour bien mieux gérer la fin de partie. Ce sera capital, ce vendredi, face à Oyo.

Romain Uruty persiste et… signe jusqu’en 2026

Romain Uruty a prolongé son contrat de trois ans. Il viendra donc du Biterrois pour les trois prochaines saisons, jusqu’en 2026. C’est avec détermination et avec beaucoup d’enthousiasme que le jeune demi d’ouverture de 23 ans a décidé de prolonger l’aventure avec l’ASBH : « Je cherchais la stabilité et Béziers confiance aux jeunes Ici, j’acquiers de l’expérience et je n’ai aucune raison de partir, d’assurer la première mi-temps Je suis encore jeune Les joueurs vont dans le Top 14 et n’ont pas beaucoup de temps de jeu. Si je décide de partir, c’est sera vous de viser la première place.Tous les jeunes qui montent, la stabilité qui règne avec le staff et les dirigeants, l’apport d’anciens joueurs comme Jean-Baptiste Barrère ou Chico Fernandes vous rassure et vous donne envie de continuer l’aventure. »

D’autres jeunes joueurs ont également prolongé leur contrat : Maxime Espeut (2024), Maxence Lemardelet (2024), Pierre Courtaud (2025), Paul Recor (2025), John Fincham (2025), Gabin Lorrre (2025), William Van Bost (2024 ). ), Steyl Bernard (2024), Paul Alquier (2023) et Yvann Lalevée (2024). « La quasi-totalité des joueurs qui montrent leur potentiel ont démissionné. Cela fait partie de notre stratégie de les garder », a déclaré Michaël Guedj.