La formation des cadres est un élément essentiel de la pratique sportive, quel que soit le niveau de compétence. Dès les années 1970, l’Adeps a créé son école de moniteurs et d’entraîneurs pour apporter des soins de qualité au monde du sport. Cette école s’est très vite révélée être un outil indispensable pour les associations et clubs et l’Adeps s’est fait un nom dans ce domaine, devenant une référence tant en Fédération Wallonie-Bruxelles qu’à l’étranger.

Aujourd’hui donc, le besoin d’encadrement est une réalité et la Direction de la Formation des Cadres de l’Adeps a pour mission de développer une politique efficace en la matière. Une mission qu’elle partage avec les associations depuis la fin des années 1990. Par ses arrêtés, la Fédération Wallonie-Bruxelles a réglementé l’organisation de la formation managériale et formalisé la reconnaissance des brevets.

« La formation des managers sportifs comporte trois volets : pédagogie, management, sécurité. Passons rapidement au troisième qui, comme les deux autres, contient des spécifications. Il s’agit du BSSA (Certificat Supérieur de Sauvetage Aquatique), dont les trois opérateurs sont la Ligue de Sauvetage Belge Francophone et les asbl Act for Life et SeSa. Et concentrons-nous sur les domaines pédagogiques et administratifs. La pédagogie concerne les professeurs d’éducation physique et se divise en quatre niveaux : animateur, initiateur, éducateur, coach. Le managérial s’adresse aux responsables de clubs, d’associations ou d’opérateurs d’infrastructures. Pour ces domaines, il existe des formations générales et des formations spécifiques avant l’obtention d’un brevet… » explique Cédrik Colinet.

Et c’est là qu’il devient très intéressant de constater qu’en matière de formation, l’Adeps n’est plus seule.

« Depuis 1999, l’Adeps a continué à proposer des formations générales, mais laisse aux fédérations le soin de s’occuper des formations spécifiques, et à tous les niveaux du volet pédagogique, alors que pour le volet gestion elle est confiée à l’AISF et l’AISF à l’IFAPME pour la formation spécifique des gestionnaires d’infrastructures sportives. Toutes ces instances sont appelées « opérateurs de formation ». Vous créez un cahier des charges qui définit les compétences requises et les modalités d’évaluation, ainsi que les heures nécessaires à l’obtention du certificat validable à l’étranger.

Plus de 70.000 brevets

Dans le recensement de septembre 2022, il y a 70 232 brevets, c’est-à-dire H 56 089 brevets éducatifs, 1 447 brevets administratifs et 12 696 brevets de sécurité.

À Lire  Salaires digitaux et profils les plus recherchés pour 2023

« Le problème est que nous ne connaissons pas le nombre réel d’actifs. Une personne peut détenir plusieurs brevets, mais ne peut pas les exploiter. Pour cette raison, l’Adeps a demandé aux associations d’analyser leur environnement afin de créer une cartographie des brevets. Fin 2021, la ministre des Sports Valérie Glatigny a également approuvé un budget de 3,6 millions d’euros pour la labellisation des clubs par leurs entraîneurs diplômés. Nous devrions avoir une meilleure idée du potentiel de mieux cibler nos efforts pour aider les clubs qui investissent dans des entraîneurs licenciés et améliorer la qualité de l’entraînement de nos athlètes.

Outre l’Adeps, 57 associations reconnues par la Fédération Wallonie-Bruxelles proposent actuellement 105 formations.

« En athlétisme, il y a autant de formations que de disciplines comme les sprints, les longues distances, les sauts ou les lancers. Idem à la natation, à la salle de sport. D’où l’intérêt d’une implication associative dans certains cursus.

Il existe des exigences techniques pour certaines disciplines. Nous pensons à l’escalade, au ski et à la voile pour encadrer et entraîner les sportifs en toute sécurité. Avec la crise sanitaire due au Covid-19, la formation au leadership a ralenti. Mais l’Adeps s’est adaptée avec la digitalisation de ses formations générales.

« Deux étapes du volet pédagogique étaient déjà en ligne : initiateur depuis février 2021 et éducateur depuis octobre 2022. Le troisième, coach, est en ligne depuis quelques jours. Mais dans la partie spécifique, il y a des cours à tous les niveaux. Personne ne peut devenir entraîneur sans avoir un contact direct avec les athlètes. Cette digitalisation permet aux candidats d’optimiser leur temps et surtout de gagner du temps pour la pratique, sachant que le délai pour effectuer le parcours général du cours est de 90 jours. Je pense donc qu’il s’agit d’un pas en avant dans la formation au leadership, le prochain est de cartographier nos forces pour mieux répondre à la demande, à la fois en termes de candidats à la formation et de ceux qui en bénéficieront. , Athlète. «