l’important

Venant parfois de loin, des artistes du monde entier ont trouvé leur refuge : « La Muse », un gîte bien particulier situé au pied du Pic de Nore, dans le village de Labastide-Esparbairenque.

Une odeur d’épices dans la vaste cuisine commune

La journée passa, et le silence s’installa sur «  La Muse  », une bâtisse tentaculaire du village de Labastide-Esparbairenque, petite commune de la Montagne Noire perchée non loin du Pic de Nore, dans une vallée encore sauvage, en bordure d » Aude et Tarn. Pour y arriver, la route serpente, se rétrécit, suivant la direction de la Sambres, la rivière qui se jette plus loin dans le Rieutord. Ici, chaque village a son propre château, ou du moins quelques ruines. Labastide-Esparbairenque fait exception, mais la petite ville aux ruelles étroites, accrochée à la montagne, offre aux randonneurs un excellent point de départ pour une escapade pittoresque au Pic de Nore. Ils admireront la vallée, la chapelle du XIIème dédiée à Saint-André, perchée en hauteur, au milieu de la montagne… juste en face de la fenêtre de «  La Muse  », une auberge d’un genre particulier, dédiée exclusivement aux artistes du monde entier, venez pour une semaine de retraite , parfois plus.

« Un espace suspendu dans le temps »

«  Il n’y a ni religion ni spiritualité là-bas, précise le propriétaire des lieux, Alain Brichau, qui a acheté le gîte il y a trois ans. En fait, c’est une traduction du mot anglais retraite. Ce sont majoritairement des Anglo-Saxons, qui ont des ambitions littéraires, ou qui ont publié ». Dans ces clients venus de Grande-Bretagne, des USA, du Canada ou encore d’Australie, il y a aussi des musiciens, des peintres, des poètes…

À Lire  Guadalupe : un plan gouvernemental qui transcende