L’appel d’offres lancé par la SNCF pour trouver le partenaire idéal pour gérer le paiement des billets en plusieurs fois a attiré un grand nombre de candidats, tant nationaux qu’internationaux, parmi lesquels la Banque Postale, la néobanque Oney ou encore AfterPay et Klarna. Aux dernières nouvelles, la société a retenu trois fintechs : Alma, Floa Bank et Cofidis.

Il s’agit d’un marché très recherché car le prestataire de services choisi gérera un volume d’affaires important et aura donc droit à de lourdes commissions.

Une facilité de paiement destinée aux réservations de groupe

Le service de paiement fractionné de la compagnie ferroviaire est principalement destiné à l’achat de billets de groupe.

Important Les voyageurs réservant en groupe (ou en famille) peuvent régler leurs achats en 3 ou 4 fois.

Concrètement, ces derniers bénéficient d’une possibilité de paiement, mais il est encore trop tôt pour connaître les détails de cette solution : il pourrait s’agir d’un service payant, comme les offres sécurisées par une souscription de crédit à la consommation, et plus tard la solution pourrait être proposée devenir libre.

Le nom du futur lauréat devrait être annoncé dans les prochains jours. Les 3 concurrents sont tous des acteurs français spécialisés dans les paiements fractionnés.

Alma gère un portefeuille de plusieurs milliers d’entreprises, dont le service BNPL (Buy Now Pay Later) du géant de la technologie Apple en France.

De son côté, Floa Bank (anciennement Banque Casino) est la filiale de BNP Paribas, spécialisée dans le crédit à la consommation et les paiements fractionnés.

À Lire  10 astuces et fonctionnalités cachées pour maîtriser votre Mac

Enfin, Cofidis est reconnu comme un spécialiste du crédit en ligne, du crédit à la consommation et des remboursements de crédits.

Le service sera disponible dès l’été 2023

Le service de paiement fractionné pour les billets de train sera disponible à partir de l’été prochain, selon des sources médiatiques.

La SNCF prévoit de mettre en place une phase d’essai sur les lignes à grande vitesse d’ici la fin de cette année.

La solution serait alors généralisée à toutes les lignes ferroviaires. Les clients peuvent en profiter en achetant leurs billets en ligne.