La boutique Sandra Laurens a pris… du cachet ! JDI (NP)

Fermé pour travaux. Jusqu’au 12 décembre, la fonction traditionnellement dévolue à la poste change de mains. Cet automne, la Maison de la presse porte la casquette du facteur à la place du service public : « Comme nous sommes buraliste, nous avons déjà un accord avec eux. On n’allait pas les décevoir », explique Sandrine Laurens, qui tient le magasin de la Promenade des Lices avec son mari Jérôme.

Le métier assume donc certaines responsabilités durant la période des travaux. Les lettres et colis peuvent être affranchis, expédiés et reçus à la Maison de la Presse. « La casquette du facteur ? Nous l’attendons. Allez faire le tour, ma foi… », s’amuse le commerçant.

Souhaitant avant tout servir la population, Sandrine apprécie la tolérance de ses clients lorsque vient le temps d’enregistrer leur candidature. « Nous ne sommes pas des postiers. Après avoir été immergé, on se rend compte que c’est compliqué et que cela prend du temps. Sandrine Laurens estime toutefois qu’elle devrait s’inspirer de la poste, qui peut « déplacer si facilement son activité grâce aux smartphones ».

À Lire  Toulouse : la Ligue contre le cancer inaugure une "Maison" pour les malades