[CONTENU PARTENAIRE] STUDI, pionnier de la formation en ligne et leader en France, continue de se développer, soutenu par la prise de conscience qui a émergé de la crise du Covid. Selon le co-fondateur et PDG Pierre Charvet, le fitness tout au long de la vie est une tendance qui répond aux évolutions du marché du travail ; il a répondu à certaines de nos questions.

La crise sanitaire a entraîné son lot de difficultés d’emploi dans divers secteurs et a surtout poussé à l’organisation de chantiers de reconversion professionnelle. Comment cette période a-t-elle affecté votre entreprise ? Les périodes de maternité ou de télétravail ont-elles favorisé des projets de reconversion ?

La question peut effectivement se poser, mais en fait notre croissance a commencé bien avant la crise. L’histoire commence en 1999, lors du lancement de notre première école de comptabilité en ligne. Cela semble évident aujourd’hui, mais à l’époque, croyez-moi, nous étions les seuls. Après avoir fait passer le chiffre d’affaires de 60 millions à 120 millions en 2020, nous prévoyons d’atteindre les 200 millions cette année et de devenir le leader du marché français de l’Edtech. Mais surtout, avec STUDI, nous portons le modèle de l’éducation de demain, un modèle inclusif et numérique qui rend accessible au plus grand nombre des formations diplômantes de qualité reconnues par l’État (cela concerne plus de 90% de nos catalogue).

Nous voulons permettre à chacun de trouver sa place et de changer de vie professionnelle où il veut, quand il veut, comme il veut, en lui apportant la meilleure formation et un réel accompagnement. Les limites de la crise sanitaire ont permis de renforcer la légitimité du modèle numérique de formation auprès d’un public plus large, mais nous étions déjà structurellement organisés et prêts à réagir. Aujourd’hui, le marché est plus mature et la prise de conscience de la valeur de l’apprentissage tout au long de la vie augmente.

C’est un changement assez complet, confirmant des recherches qui suggèrent que nous changeons d’emploi quatre ou cinq fois au cours de notre vie. Un premier diplôme ne suffit plus pour rester attractif sur le marché du travail, mais aussi pour assurer l’épanouissement personnel de chacun.

Dans un monde en constante évolution, il faut sans cesse se perfectionner, acquérir de nouvelles connaissances. Certains secteurs, comme la finance ou la santé, vous obligent même légalement à mettre à jour vos connaissances. C’est le cœur de l’offre de Health Events, organisme de formation DPC pour les professionnels de santé, que STUDI a racheté il y a quelques mois.

Notre métier est d’accompagner les personnes tout au long de leur carrière, aussi bien en cursus diplômant en 2 ans qu’en cursus court ou spécifique pour acquérir des soft skills ou du digital. Nous disposons de la plus large offre de formation en ligne du CAP au bac+5, avec 14 formations et plus de 200 formations dans notre catalogue.

Et bientôt certaines de ces formations seront également disponibles en anglais.

Quelles sont les spécificités de votre offre et ses dernières évolutions ?

Le numérique ne peut pas se passer de l’humain. C’est notre philosophie au Stud depuis 20 ans et c’est pourquoi nos 450 conseillers en formation, notre équipe de réussite étudiante et notre pôle carrières conseillent en permanence nos 70 000 apprenants. Ce qui nous distingue et nous définit, c’est cet accompagnement qui va au-delà de la formation.

Nous concevons nos propres programmes, contenus et outils pour dispenser ces formations 100% en ligne. Nous nous adressons à trois types de publics et nous nous adaptons au plus près de leurs besoins. D’abord, il y a un professionnel en poste qui souhaite soit évoluer, évoluer dans son secteur – c’est ce qu’on appelle la « montée en compétences » – soit se reconvertir, c’est ce qu’on appelle la « requalification ». « . Depuis qu’ils sont en poste, ils ont besoin de flexibilité, et le numérique, avec sa flexibilité, répond parfaitement à ce besoin, leur permettant d’obtenir un titre reconnu par l’État. Ensuite, il y a les demandeurs d’emploi qui ont un énorme besoin de formation, qui a ont été clairement identifiés auprès des acteurs du secteur public, notamment dans le cadre d’appels d’offres. Et bien sûr il y a des étudiants pour qui nous proposons une offre en alternance porteuse de sens. Aujourd’hui, Studi est également CFA (Centre de Formation d’Apprentis) et permet à de nombreux jeunes de trouver leur voie et de travailler dans les meilleures conditions.Nous formons et accompagnons les apprentis pour leur trouver une entreprise qui les accepte.

À Lire  LKQ rencontre les distributeurs à Equip Auto

Vous travaillez donc autant pour répondre à la demande des particuliers que des organisations ?

Absolument. Chez BtoC (Business to Consumer), nous formons des apprenants via des formations éligibles au CPF. En BtoB (« Business to Business »), ce sont des organisations qui utilisent nos services pour se transformer et accompagner le développement de leurs collaborateurs. Et enfin BtoG (« Business to Government »), les collectivités publiques, nationales et régionales font appel à nos services pour accompagner et mettre en œuvre une politique locale de formation très forte.

Vous êtes un pionnier de l’Ed Tech, comment voyez-vous l’avenir de l’éducation ?

L’avenir de l’éducation est une étude en deux étapes : avoir les premiers diplômes au début de ses études et le reste de sa vie, en continu. Et cette seconde étape se fait et se fait en ligne avec des formats innovants proches des besoins de chacun et de la société. Au Stud, nous construisons une éducation inclusive à la fois grâce à la flexibilité de ce modèle et à l’accessibilité des prix. C’est aussi une formation qui reflète les besoins du marché du travail et le souci d’excellence, puisque nous pouvons inviter les meilleurs formateurs et experts pédagogiques répartis sur tout le territoire et au-delà. L’idée que la formation s’arrête à la fin du premier niveau est dépassée. Studi se positionne comme une « seconde école », une école du parcours tout au long de la vie qui permet l’épanouissement de soi et débouche sur l’emploi.

On lit que le groupe continue de s’étendre hors de France, pouvez-vous nous en dire plus ?

Studi partage ses connaissances et son savoir-faire numérique dans Galileo Global Education, le deuxième plus grand enseignement supérieur au monde. L’intégration dans ce groupe nous permet d’organiser des annonces partout dans le monde et ainsi de rendre l’éducation accessible au plus grand nombre encore et encore. L’année prochaine, nous serons présents dans plusieurs pays européens. Dans le même temps, les premiers cours enseignés en anglais sont également disponibles, principalement pour les cours de premier cycle et de troisième cycle en administration des affaires et en marketing. Nous nous développons également en Afrique francophone et avons lancé cette année ISM ONLINE, une école de commerce en ligne à Dakar. Cette offre a déjà convaincu plus de 500 étudiants, 100% en ligne en licence et master accrédités.

Quelles sont les principales raisons de faire de l’exercice en ligne en général ?

30% de nos apprenants vivent dans des grandes villes, donc proches des écoles et des centres de formation, ils ont pourtant choisi le Haras. Parce qu’ils veulent choisir leur rythme, pouvoir s’entraîner presque sept jours sur sept et choisir les moments qu’ils consacrent à leur entraînement. L’éducation en ligne s’adresse également à une génération qui souhaite se déplacer et accéder à l’éducation sans être obligée de rester sur son territoire d’origine. Vous pouvez parcourir le monde, être un athlète de haut niveau, suivre vos passions et progresser dans vos études en toute simplicité tout en vous entraînant en ligne avec les meilleurs. Notre équipe travaille 7 jours sur 7 pour soutenir nos étudiants via nos plateformes d’apprentissage social. Une réponse concrète au réel besoin de flexibilité et de disponibilité. Cela aide à résoudre les conflits territoriaux. Et on le fait de mieux en mieux avec les régions.

Ce contenu est produit par SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n’a pas participé à la production de ce contenu.