La mauvaise nouvelle est liée aux salariés du groupe Amazon. Le PDG de l’entreprise n’a plus le sourire et vient d’annoncer la poursuite des mesures budgétaires l’année prochaine. Une information communiquée dans une note interne adressée aux salariés et rendue publique quelques heures plus tard le jeudi 17 novembre.

Restructuration en cours

« J’occupe ce poste depuis un an et demi et c’est sans aucun doute la décision la plus difficile que nous ayons prise durant cette période », déclare Andy Jassy à propos des licenciements en cours. Selon CNBC, la société de messagerie prévoit de licencier environ 10 000 employés dans les mois à venir.

Actuellement, la société analyse et planifie sa prochaine restructuration. Les dirigeants de toutes les divisions d’Amazon sont invités à revoir « leurs effectifs » et « les investissements qu’ils souhaitent faire à l’avenir » afin de répondre à la demande des clients et de préserver la santé financière de l’entreprise. « L’examen de cette année est rendu plus difficile par le fait que l’économie est toujours dans une situation difficile et que nous embauchons rapidement ces dernières années », rappelle le directeur général.

Reclasser avant de licencier

L’entreprise basée à Seattle (Etats-Unis) avait beaucoup embauché pendant la pandémie de Covid-19 pour répondre à la forte croissance des commandes Internet. « Nous assistons à une augmentation significative de la demande, ce qui signifie que nos besoins en main-d’œuvre sont sans précédent en ce moment », expliquait le géant américain en mars 2020. Au cours de l’année, jusqu’à 100 000 employés ont été embauchés. Depuis la sortie de crise, la croissance de plusieurs de ses divisions s’est essoufflée. Un phénomène accentué par l’inflation galopante de ces derniers mois et la crise que traverse le secteur technologique aux Etats-Unis.

À Lire  Protection vélo : le système antivol de Sharecore gagne en popularité

Par conséquent, Amazon se dit obligé de poursuivre les réductions d’effectifs en 2023. Les employés concernés seront informés « avant de faire toute annonce publique ou interne importante ». Avant de licencier, l’entreprise entend reclasser ses salariés vers de nouveaux postes plus adaptés à la demande. « Dans les cas où ce n’est pas possible, nous proposons des packages qui incluent des indemnités de départ, des prestations temporaires d’assurance maladie et une aide extérieure », promet Andy Jassy.

Leader des commandes en ligne, l’entreprise n’est pas la seule touchée par la conjoncture économique actuelle. Meta, la maison mère de Facebook, a licencié près de 13 % de ses effectifs, tandis que Twitter est plongé dans un gros plan social. Face à cette situation, Andy Jassy tient à remercier les équipes qui contribuent au bon fonctionnement d’Amazon, à l’heure où l’entreprise attaque avec le rush de la période de Thanksgiving et des fêtes de fin d’année.