Alors que les encours de crédit à la consommation progressent de +3,4% sur un an dans la zone euro à la fin du deuxième trimestre, la progression de la France reste contenue. Selon les chiffres de la Banque de France, la croissance annuelle était de +2,9% en juin dernier. Par rapport au chiffre enregistré en mars, celui-ci est resté stable.

Les crédits renouvelables représentaient deux tiers de l’encours total

ImportantSelon les statistiques officielles, les crédits renouvelables émis par les banques représentaient 60% du volume total des crédits à la consommation émis à la fin du deuxième trimestre.

De leur côté, les établissements spécialisés ont accordé environ 35% des crédits renouvelables au cours de la même période. En un an, ce type de crédit enregistre une croissance de +3,3%.

A noter que les encours de crédits à la consommation incluent également les encours de crédits titrisés. Cela comprend les prêts affectés (crédit auto, prêt travaux, etc.), les prêts personnels, les comptes ordinaires temporaires, les prêts sur carte de crédit et les prêts renouvelables.

La liste comprend également les baux et les ventes à tempérament, qui sont regroupés par crédits accordés au cours des 8 dernières années.

Le taux de croissance annuel des créances ordinaires était de +11,7% en juin dernier, tandis que celui du leasing reculait de -5,8%.

Évolution modeste des taux d’intérêt moyens en France

Par rapport à la hausse des taux d’intérêt moyens dans la zone euro, la pente de la courbe des taux est moins prononcée en France.

À Lire  20 tendances informatiques que les DSI doivent connaître pour se préparer au combat

En effet, ceux des découverts et crédits renouvelables ont augmenté de +4,6%, contre +5,8% pour la zone euro. Et la hausse des taux moyens des nouveaux crédits amortis a été de +3,7% (contre +5,6%).