Pour 68% des Français, l’ouverture à la concurrence est une bonne nouvelle

Pour 68% des Français, l’ouverture à la concurrence est une bonne nouvelle

La plateforme européenne de vente de billets de train Trainline, premier agrégateur à avoir proposé les billets de tous les opérateurs ferroviaires en France, a réalisé une étude avec OpinionWay qui justifie l’introduction de la concurrence. Les acteurs concernés en ont débattu. Verbatim.

Christopher Michau, directeur des relations avec les opérateurs ferroviaires (©BC)

Trainline a organisé une table ronde le mercredi 14 septembre 2022 pour discuter du contexte et des implications de l’ouverture du transport ferroviaire à la concurrence en France. &#xD ;

&#xD ;

Pour alimenter le débat, Christopher Michau, Directeur Relations Opérateurs Europe chez Trainline, a présenté les résultats de l’enquête OpinionWay sur la perception française des premiers effets de la concurrence. &#xD ;

&#xD ;

En quelques chiffres évocateurs il ressort que :&#xD ;

&#xD ;

– Pour 68%, l’ouverture à la concurrence est une bonne nouvelle pour la lutte contre le changement climatique

&#xD ;

– 75% des Français citent spontanément un service SNCF et les 25% restant citent un autre service

&#xD ;

– Trenitalia est connue par 40% des Français, suivie de Transdev avec 38% et Railcoop avec 14%

Une ouverture à la concurrence qui écorne doucement le monopole de la SNCF

Une ouverture à la concurrence qui écorne doucement le monopole de la SNCF

&#xD ;

– Un peu plus d’un tiers des Français déclarent savoir exactement ce que signifie l’ouverture des trains de voyageurs à la concurrence sur le territoire (36%)

&#xD ;

– 51% des jeunes de 18 à 24 ans considèrent l’ouverture des trains à la concurrence comme un avantage. &#xD ;

&#xD ;

– 34% disent que la fin du monopole SNCF les incite à prendre le train

&#xD ;

De fortes attentes des voyageurs mais quelques appréhensions

De fortes attentes des voyageurs mais quelques appréhensions

– 44 % identifient au moins une source d’amélioration des trains au cours des deux dernières années

&#xD ;

– Plus de 50% déclarent être conscients de l’impact écologique de leur mode de transport lorsqu’ils le choisissent.

En plus de cette perception, Trainline, à travers ses propres données issues de sa plateforme de vente, a observé des effets positifs pour le client utilisant le mode de transport ferroviaire :

&#xD ;

– Depuis l’ouverture à la concurrence sur la ligne Paris-Lyon, les prix des billets ont baissé d’environ 7 %, passant de 45 € à 42 € en moyenne. ** &#xD ;

&#xD ;

– En août, certains jours, les voyageurs pouvaient économiser jusqu’à 43 euros sur leur trajet entre Paris et Lyon, ce qui n’aurait pas été le cas s’il n’y avait eu qu’un seul opérateur sur cette ligne. &#xD ;

La libéralisation du rail, est-ce une bonne nouvelle pour l’écologie ?

La libéralisation du rail, est-ce une bonne nouvelle pour l’écologie ?

&#xD ;

À Lire  Étapes à suivre pour choisir une croisière en Méditerranée

– Tous les opérateurs ont connu une augmentation des ventes de billets sur Trainline entre fin décembre et fin août : +18% pour les TGV, +57% pour OUIGO et surtout +176% pour Trenitalia, soit une augmentation globale moyenne de 58% sur la ligne Paris-Lyon***. &#xD ;

&#xD ;

Le monopole de la SNCF pendant des décennies en fait un opérateur important et incontestablement connu de la population française. Elle est évoquée spontanément par 99% des Français interrogés. &#xD ;

&#xD ;

Ce qu’il fallait retenir des échanges de la table ronde

Ce qu'il fallait retenir des échanges de la table ronde

Mieux encore, 75% des Français peuvent citer un service SNCF et seulement 25% peuvent citer un autre opérateur national ou étranger (Trenitalia arrive en tête des étrangers avec 8% des offres).

&#xD ;

Face à une liste, 54% des personnes interrogées connaissent au moins une des trois entreprises qui se sont positionnées comme prétendantes de la SNCF depuis l’ouverture à la concurrence en 2021 (Trenitalia, Transdev, Railcoop).

Les Français ont une assez bonne connaissance des enjeux et des conditions particulières de compétition dans le train. &#xD ;

&#xD ;

Un peu plus d’un tiers disent savoir exactement en quoi consiste l’ouverture à la concurrence (36%). Et les deux tiers connaissent les modalités (les trains en question, quel type de parcours, etc.). &#xD ;

&#xD ;

Parmi les bénéfices attendus, 44% pensent qu’il est assez synonyme de bénéfices et 36% de ni bénéfices ni inconvénients. Seuls 19% restent réfractaires. &#xD ;

&#xD ;

Ces chiffres montrent que les Français ont de fortes attentes, mais aussi des interrogations sur les effets positifs de l’ouverture du marché, notamment en termes de hausse des prix.

&#xD ;

Les jeunes de 18-24 ans perçoivent plus souvent l’ouverture des trains à la concurrence comme une source de bénéfices (51%), plus que les seniors (43%). Par ailleurs, 34% des Français et 64% des 18-24 ans estiment que la fin du monopole SNCF est une incitation à prendre le train.

&#xD ;

De plus, l’ouverture à la concurrence modifie directement le quotidien des voyageurs français : 44 % identifient au moins une source d’amélioration du train au cours des deux dernières années. &#xD ;

&#xD ;

En revanche, ils expriment clairement leur impatience face à l’évolution du prix des billets : 40 % des Français estiment que cet élément a subi la pire évolution depuis l’ouverture à la concurrence. &#xD ;

&#xD ;

Méthodologie

En effet, Trainline rappelle que le prix moyen d’un trajet entre Paris et Lyon, tous trains confondus (TGV, OUIGO, Frecciarossa/Trenitalia) est passé de 45 € en moyenne à 42 € depuis l’ouverture à la concurrence, soit une réduction de environ. sept%.

Le lancement de la ligne vers Lyon et Milan a permis d’augmenter le report modal vers le train, puisque tous les opérateurs ont connu une hausse des ventes de billets entre fin décembre et fin août : +18% pour les TGV, +57% % pour OUIGO et surtout +176% pour Trenitalia, soit une augmentation moyenne globale de 58% sur la ligne Paris-Lyon, démontrant que tout le monde y gagne dans un marché concurrentiel.

&#xD ;

Aujourd’hui, 59% des Français déclarent être conscients de l’impact écologique de leur mode de transport au moment de le choisir. &#xD ;