La Commission saoudienne de l'éducation approuve le plan stratégique 2023-2027

RIYADH : Les cinquièmes Jeux de la solidarité islamique se sont terminés jeudi en Turquie et les athlètes saoudiens ont vécu un tournoi émouvant.

La délégation royale à l’édition reportée de Konya 2021 a remporté un total de 24 médailles : deux d’or, 12 d’argent et 10 de bronze.

Tarek Hamdi a remporté sans surprise une médaille d’argent olympique dans la compétition de karaté, tandis que les équipes d’athlétisme, d’haltérophilie et de tennis de table, entre autres, se sont comportées à un niveau élevé. Enfin, les footballeurs saoudiens des moins de 23 ans ont remporté la médaille d’argent après avoir battu de justesse les hôtes turcs en finale.

Mais l’histoire la plus poignante de toutes est peut-être celle du paralympien de 15 ans Ibrahim Al-Marzouki, qui a remporté la première médaille saoudienne des Jeux, remportant le bronze après avoir terminé troisième de la finale du 50 m papillon avec un temps de 49,12 secondes.

Sans surprise, sa jeune carrière a été marquée par sa capacité à se surpasser.

Malgré son handicap, l’adolescent a cru dès son plus jeune âge que l’impossible pouvait être réalisé avec suffisamment de persévérance et un esprit fort.

« Au début, mon expérience a été choquante pour moi, car j’ai dû faire face à beaucoup de pression et de difficultés avant de pouvoir participer à des tournois », a déclaré Al-Marzouki. « Mais après cette médaille, j’ai pris confiance et j’ai réalisé que je pouvais atteindre mes objectifs. Face aux difficultés, je n’abandonne jamais. »

Ce qui rend son exploit encore plus remarquable, c’est le fait qu’il s’est récemment lancé dans la natation de compétition.

« J’ai commencé il y a environ un an », a-t-il déclaré. « Je suis allé dans un club de Riyad pour rejoindre l’équipe de football. Ensuite, l’équipe saoudienne de natation a envoyé une lettre au club à la recherche de jeunes hommes sachant nager.

« Ma mère m’a alors dit que j’étais bon en natation. »

Al-Marzouki a rapidement gravi les échelons, se fixant des normes d’entraînement plus élevées.

« J’ai commencé à m’entraîner avec la natation légère à l’Association des personnes handicapées », explique Al-Marzouki. « Après cela, j’ai dû faire des sacrifices pour atteindre mes objectifs. »

Après avoir concouru pour l’Arabie saoudite au niveau continental l’année dernière, Al-Marzouki s’est rendu à Konya pour les Jeux de la solidarité islamique avec des attentes limitées. À la fin, il s’est surpris lui-même.

« J’avais l’impression que je n’allais pas faire grand-chose », a-t-il poursuivi. « Je ne m’attendais pas à pouvoir finir, comparé aux nageurs que j’affrontais. Ils étaient plus forts que moi et avaient de l’expérience. »

Al-Marzouki a fait face à de nombreux défis au cours des 12 derniers mois avant de remporter le titre en Turquie.

Ses temps de piscine étaient, selon ses propres mots, « mauvais » au début, mais il a persévéré et son travail acharné a fini par payer.

À Lire  Parcoursup. Il reste 5 300 cours

« Mes temps n’étaient pas assez bons pour me qualifier pour le championnat, mais Dieu merci, j’ai accepté le défi, je me suis entraîné davantage et je me suis mis la pression, puis je suis arrivé là où j’en suis aujourd’hui. »

Tout au long de la compétition, le soutien de sa mère et de son père l’a soutenu, a-t-il déclaré.

Il a officiellement participé pour la première fois à l’équipe paralympique saoudienne de natation il y a près de neuf mois, aux Jeux paralympiques asiatiques de la jeunesse de 2021 à Bahreïn, où il a concouru dans cinq catégories et remporté une médaille d’or, une d’or et une d’argent.

« J’étais très heureux », a-t-il déclaré. « Il est normal qu’une personne se réjouisse. Et maintenant je suis satisfait de cette première participation. C’est vrai que j’ai gagné en Turquie, mais la joie du premier championnat est indescriptible. »

Après avoir participé à Bahreïn, Al-Marzouki s’est immédiatement tourné vers la Turquie.

« Mon programme quotidien était de continuer à m’entraîner pour les Jeux de la solidarité islamique », a déclaré Al-Marzouki. « Je pense que (Konya 2021) est plus difficile que le Championnat d’Asie, et même après avoir terminé l’entraînement, les autres participants étaient toujours devant moi en termes de préparation et de niveau.

Mais, Dieu merci, j’ai fait face aux difficultés et j’ai remporté la médaille de bronze avec confiance.

Al-Marzouki est reconnaissant du soutien et de l’attention que les sports paralympiques ont reçus en Arabie saoudite ces dernières années, avec l’introduction de nouveaux programmes aux côtés de ceux pour les athlètes valides.

Selon le nageur, les médias saoudiens lui ont également apporté beaucoup de soutien.

« Les exercices que je fais sont très difficiles pour moi », a déclaré Al-Marzouki. « Je me suis entraîné avec des athlètes sans handicap et qui n’appartenaient pas à leur catégorie, donc les exercices étaient très difficiles, mais j’ai su m’adapter. »

Pour l’avenir, Al-Marzouki vise déjà les Jeux paralympiques de 2024 à Paris.

« Si Dieu le veut, avec détermination, travail acharné et travail acharné, j’obtiendrai la médaille d’or », a déclaré Al-Marzouki, qui n’avait que 17 ans à l’époque.

Il a salué le travail du Comité olympique et paralympique saoudien qui a contribué à son développement, et en particulier son président, le prince Abdelaziz bin Turki Al-Faisal, pour son soutien.

« Vous êtes un héros spécial et nous vous éclairerons parce que vous le méritez », a déclaré le prince Abdelaziz après la médaille de bronze d’Al-Marzouki en Turquie.

Un sentiment partagé par tous les Saoudiens.

Ce texte est une traduction d’un article publié sur Arabnews.com