La Commission européenne a approuvé un programme d’aide français d’un milliard d’euros pour soutenir les entreprises dans le contexte de la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Le régime a été approuvé en vertu de l’encadrement temporaire des aides d’État en cas de crise adopté par la Commission le 23 mars 2022 et modifié les 20 juillet 2022 et 28 octobre 2022 conformément à l’art. 107 s. 3 allumé. b) du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), reconnaissant que l’économie de l’UE connaît une grave perturbation.

La mesure française

La France a notifié à la Commission, au titre de l’encadrement temporaire de crise, un régime d’aides d’un milliard d’euros pour soutenir les entreprises dans le contexte de la guerre de la Russie contre « l’Ukraine ».

Dans le cadre de cette mesure, l’aide prendra la forme (i) de montants d’aide limités ; et (ii) des prêts bonifiés.

La mesure sera ouverte aux entreprises non financières, quelle que soit leur taille.

La Commission a constaté que le régime d’aide français remplissait les conditions énoncées dans l’encadrement temporaire de crise. En particulier, pour les prêts bonifiés : (i) les taux d’intérêt réduits sont conformes aux niveaux minimaux fixés dans le cadre temporaire de crise ; (ii) la maturité des prêts ne dépassera pas 6 ans ou, sous certaines conditions, 8 ans ; et iii) le montant du crédit par entreprise sera limité, sous certaines conditions, à 15% du chiffre d’affaires annuel, 50% des dépenses énergétiques ou des besoins de liquidités pour une durée de 6 à 12 mois (selon la taille de l’entreprise) après l’aide est accordée. Dans le cas de montants d’aide limités, l’aide ne dépassera pas 2 millions d’euros par bénéficiaire. En outre, l’assistance sous les deux formes sera fournie au plus tard le 31 décembre 2023.

En outre, l’aide publique sera soumise à des conditions visant à limiter les distorsions de concurrence indues, y compris des garanties assurant notamment que des montants d’aide limités sont accordés pour couvrir totalement ou partiellement les surcoûts supportés par les entreprises bénéficiaires. produits énergétiques et non énergétiques.

La Commission a conclu que le régime d’aides français est nécessaire, approprié et proportionné pour remédier à une perturbation grave de l’économie d’un État membre, conformément à l’art. 107 s. 3 allumé. b) TFUE et dans les conditions prévues par la structure temporaire de crise.

Sur cette base, la Commission a autorisé la mesure d’aide conformément aux règles de l’UE en matière d’aides d’État.

Contexte

L’encadrement temporaire des aides d’État en période de crise, adopté le 23 mars 2022, permet aux États membres d’utiliser la flexibilité offerte par les règles en matière d’aides d’État pour soutenir l’économie dans le contexte de la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

Le cadre de crise temporaire a été révisé le 20 juillet 2022 pour compléter le paquet de préparation à l’hiver, conformément aux objectifs du plan REPowerEU.

Le cadre temporaire de crise a été à nouveau révisé le 28 octobre 2022 conformément au récent règlement d’urgence sur les prix élevés de l’énergie (règlement (UE) 2022/1854) et à la proposition de la Commission d’un nouveau règlement d’urgence pour faire face aux prix élevés du gaz dans l’UE et garantir sécurité d’approvisionnement cet hiver.

À Lire  Exclusive-Grab n'anticipe pas de licenciements majeurs malgré la faiblesse du marché

Le cadre temporaire de crise prévoit que les États membres peuvent fournir les types d’assistance suivants:

Les types d’aides suivants sont également possibles au cas par cas, sous certaines conditions : i) soutien aux entreprises concernées par des réductions de gaz obligatoires ou volontaires, ii) soutien au remplissage des installations de stockage de gaz, iii) aides transitoires et temporelles -un soutien limité au passage à des combustibles fossiles plus polluants, sous réserve d’efforts d’efficacité énergétique et à condition qu’il n’y ait pas d’effet de verrouillage, iv) un soutien à l’assurance ou à la réassurance pour les entreprises transportant des marchandises vers et depuis l’Ukraine et (v ) un soutien aux mesures de recapitalisation lorsque ce soutien à la solvabilité est nécessaire, approprié et proportionné.

Les entités contrôlées par la Russie qui font l’objet de sanctions seront exclues du champ d’application de ces mesures.

Le cadre de crise temporaire comprend un certain nombre de garanties :

Le cadre temporaire de crise s’appliquera jusqu’au 31 décembre 2023 pour toutes les mesures. Afin de garantir la sécurité juridique, la Commission évaluera ensuite si une prorogation est nécessaire.

Le cadre temporaire de crise élargit le champ des possibilités dont disposent les États membres pour concevoir des mesures conformes aux règles de l’UE en matière d’aides d’État. Ces règles permettent aux États membres, par exemple, de fournir une assistance aux entreprises confrontées à des pénuries de liquidités et ayant besoin d’une aide au sauvetage urgente. De plus, l’art. 107 s. 2 allumés. b) du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne permet aux États membres d’indemniser les entreprises pour les dommages directement causés par un événement exceptionnel, tel que celui causé par la crise actuelle.

En outre, le 19 mars 2020, la Commission a adopté un cadre temporaire dans le contexte de la pandémie de coronavirus. Le COVID Interim Framework a été révisé les 3 avril, 8 mai, 29 juin et 13 octobre 2020, ainsi que les 28 janvier et 18 novembre 2021. Comme annoncé en mai 2022, il n’a pas été prolongé au-delà de sa date d’expiration, fixée au 30 juin. , 2022, à quelques exceptions près. En particulier, jusqu’au 31 décembre 2023, des mesures de soutien à l’investissement et à la solvabilité peuvent encore être introduites. En outre, le cadre temporaire COVID prévoit déjà une transition en douceur dans le cadre de garanties clairement définies, en particulier en ce qui concerne les options de conversion et de restructuration des instruments de dette en d’autres formes de soutien, telles que des subventions directes, jusqu’au 30 juin 2023.

La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro SA.103934 dans le registre des aides d’État sur le site Internet de la concurrence de la Commission une fois que les problèmes de confidentialité auront été résolus. Competition Weekly e-News répertorie les dernières décisions en matière d’aides d’État publiées au Journal officiel et sur Internet.

Pour plus d’information

De plus amples informations sur le cadre temporaire de crise et les autres mesures prises par la Commission pour contenir les retombées économiques de la guerre entre la Russie et l’Ukraine sont disponibles ici.