Depuis samedi, ils sont à l’isolement à l’hôtel, suite à la découverte de quatre cas positifs dans leur groupe.

Les vacances sont écourtées pour certains jeunes partis en séjour linguistique à l’étranger. Après Malte, des adolescents français se retrouvent isolés à New York et à Lisbonne.

C’est le cas de Lucie et Garance, deux collégiennes niçoises qui se sont rendues il y a 10 jours à Lisbonne au Portugal. A 12h et 13h ils pensaient qu’ils allaient profiter de leurs deux semaines de vacances au soleil au Portugal. Mais au final, leur quotidien consiste à « rester dans la chambre à ne rien faire, à regarder des films sur Netflix, à manger », suggère l’un d’eux.

>> LIRE AUSSI – « J’ai fait mes affaires en 10 minutes » : après l’épidémie de Covid-19, des adolescents français tentent à tout prix de quitter Malte

Quatre membres du groupe linguistique ont été testés positifs ce week-end. Du coup, les deux adolescents sont considérés comme des cas contacts par les autorités sanitaires locales et sont confinés à l’hôtel.

A 1 500 km de là, à Nice, la maman de Lucie est inquiète. « C’est très pénible, je ne peux plus dormir », dit-elle.

Pourtant, elle pensait avoir pris toutes les précautions avec la double vaccination. « C’était du sésame, donc elle n’est pas trop inquiète sur le coup, mais ce n’est pas le cas », appuie-t-elle.

D’autres cas aux Etats-Unis

Alors Sylvie, la mère de Garance, a activé tous ses réseaux pour tenter de les rapatrier.

Des efforts récompensés puisque les jeunes filles peuvent enfin rentrer samedi prochain, 3 jours plus tôt que prévu.

À Lire  Guerledano. Les parents de Saint-Joseph lancent la journée « Plaisirs ».

Ce n’est pas le seul voyage linguistique où cela se produit. La fille de Sandra Ottaviani est partie dimanche 18 juillet pour un séjour linguistique de 15 jours. Elle devait initialement être à Los Angeles pendant 3 semaines, mais le voyage a été annulé en raison des conditions sanitaires. Elle a été isolée avec 7 autres jeunes filles qui étaient du voyage. Sauf qu’après cette période une des filles a été testée positive au Covid. En conséquence, elle a dû subir une période d’isolement pendant encore 14 jours.

Sur le site de l’organisation, il est précisé qu' »il y a un arbitre sur place. Nous mettons tout en œuvre pour accompagner les étudiants », a déclaré Amaury Pelegrin, directeur marketing Education First.