SÉJOUR LINGUISTIQUE (1/7). Cet été, notre journaliste François Reynaert s’intéresse à quelques faits intéressants sur la langue française. La figure de style a échoué cette semaine.

Vous savez tous ce qu’est une métaphore, cette élégante figure de style qui consiste à remplacer un mot par un autre pour le comprendre par analogie : la « faucille d’or » que Victor Hugo voit « dans le champ des étoiles » (dans « Boaz endormi « ) parler de la place de la lune.

Connaissez-vous les malafors ? Inventé par un journaliste américain dans les années 1970, le terme est utilisé pour désigner une métaphore ratée, qui est retravaillée pour éclater souvent en pure poésie. Cela vient à l’esprit, inventé par une star de télé-réalité : « Je suis têtu comme une palourde. Elle faisait beaucoup rire les gens. L’image est moins amère qu’on ne le pense. Ceux qui se casseront les poignets en cueillant cet été ne seront pas d’accord : ancrée dans son rocher, la palourde a sa petite personnalité.

D’autres exemples connus de ces canards lexicaux peuvent être trouvés dans la littérature. De Monsieur Prudhomme, le bourgeois de bon goût inventé par Henry Monnier : « Le char de l’État navigue sur un volcan. Une forêt « où la main de l’homme n’a pas encore mis le pied » est attribuée.

Cet article est réservé aux abonnés. Profitez de nos offres spéciales sans engagement.

Exclusivité Google : 6,99 €/mois 2 € par mois

En choisissant cette voie d’abonnement promotionnelle, vous acceptez le dépôt par Google du cookie d’analyse.

À Lire  Sports d'hiver en Occitanie : cette idée marche bien pour...