Installée en Haute-Garonne depuis 2021, une famille de Saint-Martin a été choisie par la commune de Saint-Amand-Montrond, dans le Cher, pour acquérir une maison à un euro. Cette vente est un moyen pour la ville de redynamiser son centre historique.

Arrivées en France métropolitaine en 2021, depuis l’île de Saint-Martin, Lisette Parotte et sa famille ne pensaient pas connaître cette destination dans quelques mois. Fin 2020, la ville de Saint-Amand-Montrond, alors propriétaire d’une maison en centre-ville, proposait de la vendre au prix symbolique d’un euro. Cette vente est réalisée dans le cadre de l’opération de revitalisation du territoire (ORT). Cette dernière vise une requalification globale d’un noyau urbain qui facilite le renouvellement du parc de logements, des locaux commerciaux et artisanaux, et plus généralement du tissu urbain, pour créer un cadre de vie attractif propice au développement à long terme. territoire

Lisette, agente administrative d’une entreprise basée à Saint-Martin, télétravaille depuis son domicile du Muret (Haute-Garonne) et trouve alors l’offre de la mairie. Au départ, la jeune maman de deux enfants trouve l’offre alléchante, mais pense qu’il s’agit d’une arnaque et décide d’enquêter en contactant la mairie de Saint-Amand-Montrond. « J’ai contacté la mairie, qui m’a transféré dans différents services, jusqu’à l’adjoint en charge de l’Urbanisme. En parallèle j’ai enquêté et réalisé qu’à chaque fois, tous les noms et fonctions de mes interlocuteurs étaient vrais. rentrer dans les détails.

La maison a été acquise par la mairie en 1960, qui l’a utilisée comme buanderie municipale. Après plusieurs années de service, la blanchisserie a décidé de déménager et la maison est restée à l’abandon pendant de nombreuses années. En attendant, la commune de Saint-Amand-Montrond souhaite renouveler son patrimoine bâti en centre-ville, réduire le nombre de logements vides et, surtout, limiter l’étalement urbain. Ainsi, il a décidé de s’inspirer de la ville de Roubaix, qui avait mené une opération similaire en vendant dix-sept logements aux premiers acquéreurs pour un euro.

À Lire  Alpes de Haute Provence. Manosque : 100 000 € pour les travaux de la maison de Gion

Rapidement, l’offre du conseil suscitera l’intérêt de nombreuses personnes. Plus de 90 candidatures ont été soumises, aucune de résidents de la ville. Mais compte tenu des multiples conditions imposées par la commune, seuls deux dossiers passeront par le processus. Les obligations de la mairie, pour acquérir ce bien : recourir à des artisans locaux, être le premier acquéreur, et habiter au moins six ans quotidiennement dans le logement. De plus, des rénovations majeures sont prévues pour la maison. Le coût estimé par la mairie, 150 000 euros. Une grande partie sera subventionnée par l’Etat et la mairie elle-même. « J’ai l’impression d’avoir gagné l’EuroMillions. J’ai droit à beaucoup d’aides, généralement quand mon dossier est terminé je serai près de 90 000 € de subventions à la construction et la toiture sera refaite par la Mairie. » dit-il Lisette.

Une fois l’acte de vente signé pour être notarié le 14 décembre, Lisette Parotte disposera d’un minimum de 6 mois pour commencer les travaux et d’un maximum de 24 mois pour les terminer. La Saint-Martinoise, qui vit désormais dans un logement social de la commune de Saint-Amand-Montrond, a déjà de nombreuses idées pour restaurer et équiper son futur nid douillet. « Je veux avoir une belle maison bien meublée, et j’espère que tous ceux qui ont refusé de venir vivre ici sont jaloux. » Sur le plan professionnel, Lisette espère trouver du travail en ville pour, dit-elle, « s’intégrer parfaitement dans la société locale » et, pourquoi pas, y ouvrir un restaurant.

Au vu du succès de l’opération, la mairie de Saint-Amand-Montrond pourrait très prochainement lancer la vente d’une autre maison, toujours à un euro.