Elle vient de célébrer ses 50 ans avec un esprit pionnier préservé

Construire une station dans un vallon à 2 300 m d’altitude semblait une hérésie pour les habitants de la vallée des Belleville, qui avaient déjà suscité la naissance des Ménuires. Seule une poignée de pionniers aventuriers y a cru. 50 ans plus tard, leurs enfants ont pris la suite de l’aventure en gardant cette volonté d’être toujours des pionniers.

Val Thorens, à 2300 m, la plus haute station d’Europe (©OT Val Tho)

La Vallée des Belleville est l’une des communes les plus étendues de Savoie, regroupant une quarantaine de communes autour de Saint-Martin-de-Belleville, et deux bases de sports d’hiver, Les Ménuires et Val Thorens. L’histoire du second est l’histoire d’un projet qui n’a jamais pu démarrer.

& #xD;

Trop haut, trop complexe, trop hostile, le site accédait simplement à un domaine inexploré plein de possibilités. Une poignée d’obstinés, menés par Jean Béranger, l’ancien entraîneur de l’équipe de France féminine, et Pierre Josserand, qui est encore aujourd’hui à la tête de la société d’exploitation des remontées mécaniques, ont cru au projet. & #xD;

& #xD;

Si la plupart des familles de Saint-Martin-de-Belleville ne les suivirent pas, déjà heureuses du succès des Ménuires, d’autres « aventures » apportèrent leur aide et leur expertise… &xD;

Le nom des soeurs Goitschel reste associé à la station

& #xD;

A lire aussi : Val Thorens compte sur son nouveau Board pour booster la saison estivale

& #xD;

Des hommes politiques comme Joseph Fontanet, ministre de Gaulle, des ingénieurs comme Pierre Schnebelen, mais aussi les maires successifs de Saint-Martin : Georges Cumin, André Plaisance et aujourd’hui Claude Jay, se sont mobilisés pour que soient construits les aménagements et les premiers skis. la saison a commencé en 1972. Il y a donc 50 ans.

Un concept de solidarité « Live United » qui fonctionne étonnamment bien

Sœurs Christine et Marielle Goitschel lors de la célébration du 50e anniversaire (©BC)

​​​​​​Ce serait un peu long de raconter ce demi-siècle, d’autant plus qu’il n’y a pas eu de succès immédiat, ça pourrait même être un échec. & #xD;

& # xD;

La vie de la station est marquée par plusieurs points forts, qui font toujours partie de son ADN : la construction d’un téléphérique jusqu’à la Cime Caron à 3 200 m, point culminant d’Europe pour démarrer une piste de ski ; l’arrivée des sœurs Goitschel, Marielle et Christine, dont le nom est associé depuis longtemps ; la création de l’académie de tennis Pierre Barthès, remplacée depuis par un centre sportif entièrement reconstruit : le Bord.

À Lire  Cette semaine, les cadeaux de la Toussaint se gagnent en écoutant votre radio

& # xD;

Val Thorens accumule les premières mondiales

Il fut un temps où les orages répétés dans les plus hauts sommets semblaient mettre en danger à jamais les hautes stations. L’histoire de Val Thorens est celle d’un entêtement qui a payé.

Appel aux votes pour les prix (©OT)

Année après année, les pionniers ont donné un caractère particulier à Val Thorens, toujours à la recherche de la dernière innovation, imaginant leurs propres équipements, inventant des manières de gérer la station en symbiose et en étroite collaboration. & # xD;

& # xD;

La signature de Live United, que l’on pourrait traduire par « Nous serons unis », est un symbole de l’esprit que tout le monde partage : « Nous sommes au bout de la vallée. Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes et sur la solidarité qui s’instaure entre nous », expliquent chacun à leur manière tous les responsables qui s’occupent des services techniques des pistes, du fonctionnement des remontées mécaniques, de la gestion des installations. activités sportives et de loisirs, mais aussi dans la plupart des commerces, restaurants et hébergements et à l’office de tourisme.

« Continuez d’innover pour inventer la montagne de demain »

& #xD;

Vincent Lalanne, directeur général de l’OT, ancien salarié de Courchevel et des Trois Vallées, explique le fonctionnement de la station : « Nous sommes focalisés sur ce que le client, les clients, peuvent attendre ou avoir besoin. & #xD;

& #xD;

Parvenir à maintenir l’équilibre entre la montée en gamme et l’accessibilité au plus grand nombre

Lorsque l’un de nous a une idée, nous nous rencontrons dans la grande salle du bureau, en discutons et voyons comment chacun peut contribuer à sa concrétisation. J’ai rarement vu une organisation territoriale fonctionner aussi harmonieusement ».

& #xD;

Lorsque l’un de nous a une idée, nous nous rencontrons dans la grande salle du bureau, en discutons et voyons comment chacun peut contribuer à sa concrétisation. J’ai rarement vu une organisation territoriale fonctionner aussi harmonieusement

L’Altapura entièrement rénové, l’un des quatre hôtels 5* de la station (©DR)

Les nombreuses structures : Société d’Aménagement de la Savoie, Setam, Sogevab, Piste Services, les huit écoles de ski, dont le CSE, conduisent généralement à la concurrence ou à des décisions difficiles. & #xD;

& #xD;

Mais la difficulté de créer la station il y a 50 ans a profondément marqué le besoin de collaboration.

Le Club Val Tho, un outil unique de fidélisation

& #xD;

Depuis, Val Thorens a souvent été le premier ou le premier centre à mettre en place des innovations dans les remontées mécaniques, la préparation des pistes, l’offre sportive, les événements culturels et les festivals. & #xD;

& #xD;

Tous les grands hébergeurs sont désormais présents du Club Med à Pierre & Des vacances à travers MMV, Odalys ou UCPA, sans oublier les familles d’hôteliers multipliant les projets : Marielle, Fitzroy, Altapura, Pashmina ou Farenheit.