Instagram comme guide de voyage : Natacha de Mahieu se lance dans le surtourisme

Publié le

samedi 10 septembre 2022 à 17h54

Comment voyager sans dénaturer les lieux et vivre une expérience pleine de l’instant ? C’est la question que la photographe Natacha de Mahieu veut soulever avec sa série « Théâtre de l’authenticité ».

« Toute notre expérience de voyage est transformée, car parfois j’ai l’impression qu’on est plus là pour prendre la photo qui tue que pour vraiment vivre l’expérience, pour regarder avec nos yeux au lieu d’un écran ce que l’on voit », déplore le 26 ans ancien photographe belge. Dans une fresque qui réunit des destinations incontournables en Europe, il questionne le surtourisme, l’impact des réseaux sur notre expérience de voyage et sur l’environnement.

Selon le nombre de géolocalisations sur Instagram, le photographe a ciblé des lieux naturels populaires en Europe. Puis il a superposé plusieurs plans au cadrage identique en un seul plan pour rassembler toutes les personnes qui traversaient le terrain à un certain moment. Bref, l’inverse des plans d’évacuation des foules populaires, qui mettent en scène un sujet solitaire dans un décor apparemment sauvage.

“Un tourisme de masse invisible”

“Un tourisme de masse invisible”

Par exemple, il y a ce plan des Gorges du Verdon rassemblant près de 200 bateaux sur l’eau turquoise, tous traversant le cadre en 20 minutes de time lapse. Ou une autre en Provence, où les visiteurs renversent un champ de tournesols, laissant une file de voitures garées sur le bord de la route.

Natacha de Mahieu qualifie le problème du surtourisme de « tourisme de masse invisible » car diffus dans le temps. Exemple au Lac Blanc, près de Chamonix : « C’est généralement le genre d’endroit où l’on se sent seul. Vous ne sentez pas l’encombrement de l’endroit lorsque vous y êtes. Vous ne le sentez pas non plus lorsque vous regardez les médias sociaux. Tout le monde apparaît seul. »

Selon elle, l’attrait du semblable et l’influence des codes esthétiques d’Instagram jouent dans notre choix de destination, dans notre façon de visiter un lieu et de nous mettre en scène. Un exercice pour s’en rendre compte : en tapant dans l’application le nom d’un site touristique, on se rend compte que sa page de géolocalisation affiche souvent des photos uniformes. Ces images nous invitent à nous poser ces questions : que recherchons-nous lorsque nous voyageons ? Et qu’est-ce qui est le plus important dans une photo : le sujet ou le cadre ?

Venue elle-même à la photographie en raison de son goût pour les voyages, notamment lors d’un road trip en Amérique du Sud, Natacha de Mahieu entame alors des études de photographie documentaire, dont cette série de photographies fait partie.

Il y a aussi le paradoxe entre le photographe en veste et le sujet en petite tenue, qu’elle illustre à travers une photo prise en octobre en Turquie. Dans la région de Cappadoce en Turquie, ses célèbres montagnes rocheuses et ses montgolfières illuminent le ciel de couleurs chaque matin. « Il faisait, je crois, -2 degrés le matin, localise le photographe. Et pourtant les femmes portent des robes de soirée ou de mariée. Il y aura comme des micro-scènes de plateaux de tournage qui vont se concurrencer, où l’on voit le photographe qui, à chaque fois, va cadrer pour ne pas que le couple à côté de lui se fasse aussi photographier.

Des conséquences sur les milieux naturels

Des conséquences sur les milieux naturels

C’est la création d’un marché photo Instagram qui s’est créé sur place. Les touristes se voient proposer à la location des costumes, des chevaux ou des cabriolets vintage ; là encore, un détour par la page de géolocalisation du site montre une préférence pour les costumes rouges ou bleus.

Le contraste entre l’auberge et les coulisses permet aussi de mesurer les problèmes environnementaux du surtourisme : perturbation de la faune ou destruction des champs. Depuis l’été 2022, certains cours d’eau près de Marseille réglementent la fréquentation touristique pour lutter contre l’érosion des sols, et Venise a annoncé la mise en place en 2023 d’un droit d’entrée pour les visiteurs. Et si vous vous demandez comment limiter l’effet d’entraînement, l’ONG WWF, dédiée à la protection de l’environnement, a créé une géolocalisation fictive, « Je protège la nature », afin de ne pas dévoiler certains lieux paradisiaques et limiter l’attraction des autres personnes sur place

À Lire  La Cantine du Voyage rouvre ce vendredi à Nantes

Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Pourquoi les touristes ont besoin d’un guide touristique ?

Faites-le savoir et partagez-le.

Le voyageur du XXIe siècle veut sortir des sentiers battus. Le contact avec un guide conférencier permet d’avoir le point de vue d’un habitant, d’apprendre les secrets de la ville et de poser des questions. Le guide en chair et en os, bien sûr, apporte une dimension humaine que la technologie ne peut remplacer.

Quels sont les besoins d’un touriste ?

Quels sont les avantages et les inconvénients d’être guide touristique ? Si être guide touristique présente de nombreux avantages, il faut savoir que ce métier n’est pas sans inconvénients. En effet, il nécessite une très grande disponibilité, notamment pendant les vacances scolaires d’été et de Noël. Certains guides touristiques peuvent même travailler sept jours sur sept.

Quelles sont les qualités attendues d’un guide touristique ?

Besoin de repos et de confort On voyage pour se détendre, se reposer. C’est pourquoi les touristes veulent nécessairement une vie facile pendant leur séjour. En effet, leur rythme de vie, et notamment celui des touristes de loisirs, est différent de celui des autres ou du vôtre, vous qui travaillez.

Quel bac pour devenir guide touristique ?

Quel bac pour devenir guide touristique ?

Un bon guide touristique doit donc être disponible, sympathique, chaleureux, dynamique, organisé et surtout passionné car il doit tout connaître des lieux qui l’entourent. Vous devez être capable de susciter l’intérêt et la curiosité de vos interlocuteurs.

Aucun diplôme n’est requis pour ce métier. Cependant, une connaissance approfondie de l’histoire et de la géographie est requise. Donc un BA en histoire de l’art est une possibilité. Aussi, parler plusieurs langues est un réel atout.

Quelles Etudes pour être guide touristique ?

Quel diplôme pour travailler dans un office de tourisme ? Pour exercer ce métier il faut être titulaire d’un diplôme en tourisme (BTS Animation et Gestion Touristiques Locales – AGTL-, …). Une bonne connaissance de votre zone géographique est requise ainsi que la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères.

Quel métier paye bien dans le tourisme ?

Au risque de vous surprendre, devenir guide touristique ne nécessite pas de formation spécifique. Aucun diplôme spécifique n’est requis pour exercer ce métier. Attention cependant : il faut tout de même avoir au moins une licence en histoire, géographie, arts, voire une langue étrangère.

  • Tour d’horizon de 10 métiers particulièrement attractifs dans le tourisme.
  • 1â Chef de produit touristique. …
  • 2â Conseiller en voyages. …
  • 3â Analyste de données. …
  • 4â Réceptionniste d’hôtel. …
  • 5â Gestionnaire de performance/revenu. …
  • 6â Guide de l’enseignant. …
  • Animateur 7â. …

Quel bac pro pour travailler dans le tourisme ?

8â Steward/hôtesse.

Comment faire un bon guidage ?

Dans le secteur, les BTS tourisme restent la référence. Il peut être préparé par un Bac pro Services aux personnes et aux territoires ou un Bac technologique « Sciences et technologies de gestion et de gestion » (STMG).

Un bon guide touristique doit donc être disponible, sympathique, chaleureux, dynamique, organisé et surtout passionné car il doit tout connaître des lieux qui l’entourent. Vous devez être capable de susciter l’intérêt et la curiosité de vos interlocuteurs.

Comment monter une visite guidée ?

Quelle est la fonction d’un guide ? Accompagner les visiteurs tout au long du circuit. Assurez-vous qu’il n’y a pas de retardataires. Plan de déplacement pour les personnes handicapées. Il raconte l’histoire du lieu et des objets.

Comment guider un touriste ?

Quelques conseils pour une visite guidée réussie Adressez-vous toujours au groupe et non à des individus spécifiques en son sein. Utilisez un langage que tout le monde peut comprendre. Établissez des points d’arrêt pour permettre aux visiteurs d’écouter attentivement les communications importantes. Respecter la durée définie pour le…

Quels sont les techniques de guidage ?

Pour cela, vous pouvez opter pour une licence en langues étrangères appliquées. Cependant, une formation plus spécifique, comme un BTS tourisme, est recommandée. Avec un BTS animation et gestion du tourisme local, vous obtiendrez la carte de guide régional du tourisme.

  • Les techniques du guide touristique au service de l’interaction
  • Mettez-vous au service de l’échange.
  • Appliquez des effets de style pour dynamiser la parole.