Quels sont les nouveautés de votre congrès cette année ?

Nous avons eu deux congrès pendant la crise du Covid où nous nous sommes concentrés sur le bien-être des agents. Cette année, nous repartons avec des sujets porteurs de sens qui occupent notre quotidien. Nous aborderons la question de la coopération des acteurs dans trois thématiques issues du travail à l’Actas : l’aide alimentaire, le travail de terrain et l’admission inconditionnelle. Ce sont les bases de l’action sociale en

et conseils départementaux, mais nous ne nous sommes pas trompés, les candidatures au congrès sont nombreuses.

C’est aussi la première fois que nous sommes accueillis par la salle, Rona. Actas ne se focalise plus uniquement sur les agents CCAS et CIAS, nous avons une volonté de nous ouvrir aux chefs de conseils départementaux.

Avec l’inflation, l’aide alimentaire revient une nouvelle fois dans l’actualité…

Pendant la crise sanitaire, à Pau, il nous a fallu beaucoup de temps pour voir arriver de nouveaux publics, mais il a été possible d’absorber l’augmentation car elle a été progressive. Avec la crise ukrainienne et l’inflation, on assiste à un nouveau public. De nombreuses nouvelles familles ont besoin d’aide alimentaire et de soutien pour payer un centre d’été ou une cantine pour enfants. Ce n’est pas lié à l’emploi, car on est dans le domaine des pauvres salariés : les gens sont employés, mais avec des salaires bas ; avec l’inflation, ils ne sont plus gérables. La situation empire pour le public que nous avons déjà suivi…

À Lire  Boutons, points noirs, teint terne, taches brunes : comment les traiter...

Les questions seront certainement nombreuses lors du congrès, mais nos travaux se concentreront sur une partie plus théorique : faut-il instaurer le droit à l’aide alimentaire sur le modèle du droit au logement ? Nous reviendrons sur la question de la coopération sur le territoire. Comment cela peut-il être fait intelligemment ? Plusieurs institutions ont travaillé sur la structuration de cette aide, nous présenterons le travail qui a été fait durant l’année.

Cette thématique est lié à l’accueil inconditionnel…

Tout est connecté! Il faut « aller vers » la coopération en matière d’aide alimentaire, savoir où et comment la chercher pour accueillir tout le monde. Il est nécessaire de connaître l’offre locale afin d’accueillir et d’orienter les usagers vers les bons services. Cela concerne l’aide alimentaire, mais aussi le logement ou les démarches administratives. Ces questions sont mises en lumière par la fin de la crise du Covid et l’arrivée d’un nouveau public, qui ne nous a jamais traité.

Question phare du secteur social depuis plusieurs mois, la pénurie de personnel n’est pas au programme du congrès. Pourquoi ?

Chez Actas, nous avons lancé le projet « professions sanitaires et médico-sociales ». C’est un problème qui concerne toutes les communautés. Nous venons également de tenir un webinaire pour nos membres sur l’impact du Ségur de la Santé et de ses déclinaisons [la conférence mission et entreprise Laforcade en février 2022] sur les collectivités. C’est un problème sur lequel nous travaillons et sur lequel nous reviendrons.