Selon des analyses comparatives de chercheurs canadiens, toutes les étapes de fabrication qui mènent à la préparation du café doivent être considérées pour juger quelle forme a le moins d’impact sur la planète. Et dans ce cas, le café instantané est la meilleure solution.

Dosettes, filtre, soluble : quel matériau d’emballage privilégier ?

Dosettes, filtre, soluble : quel conditionnement privilégier ?

A usage unique, de l’aluminium qui ne peut être recyclé que s’il est collecté efficacement et si le café est bien séparé de l’emballage… Les dosettes pour préparer les petits kawa se font remarquer depuis des années en raison de leur empreinte écologique désastreuse. Les marques tentent tant bien que mal de changer l’image de leurs produits, qui restent en tout cas la deuxième préparation de café préférée des Français puisqu’elle détient une part de marché de 31% selon les chiffres de l’ICO – International Coffee Institute.

Alors que Nespresso tente de redorer son blason en réaffirmant sans cesse la présence de points de collecte qui assurent le recyclage de l’aluminium de ses dosettes, d’autres marques, comme Café Royal, préfèrent miser sur une autre option en dévoilant une boule de café compressé sans emballage et entièrement compostable.

Sauf que cette liste d’exclusion serait en réalité trop grave quand on compare l’impact environnemental de diverses préparations de café en intégrant toutes les étapes de fabrication jusqu’aux consommateurs, de la production des fameux grains au conditionnement en passant par le transport. Dans une importante étude publiée dans un article de la Conversation, des chercheurs de l’Université du Québec ont rassemblé toutes les données scientifiques sur la préparation du café afin de démêler le vrai du faux.

Le café filtre a la facture environnementale la plus lourde

À Lire  Dés ouverts : la Caisse des Dépôts propose trois jeux de...

Le café filtre présente la facture écologique la plus lourde

Résultat : oui, le café en dosettes n’est pas écologiquement recommandé mais ce n’est pas la pire des préparations. Le café filtre serait en réalité beaucoup plus impactant pour la planète.

En fait, il faut tenir compte de la quantité de café utilisée. Tout simplement parce que l’étape de la production céréalière est la partie qui émet le plus de gaz à effet de serre. Selon ces scientifiques canadiens, elle représente 40 à 80 % des émissions totales en raison de l’utilisation massive de pesticides, d’engrais et du besoin important de systèmes d’irrigation.

Autrement dit, si vous mettez beaucoup de café dans une préparation, cela augmente la facture de la Terre.

Et c’est vrai pour le café filtre qui compte 25 grammes pour une tasse de 280 ml contre 14 grammes pour les dosettes. L’empreinte écologique de ces derniers est beaucoup plus faible si les utilisateurs utilisent des modèles réutilisables ou rapportent les dosettes aux points de collecte.

Mais ce n’est pas tout! La quantité d’eau est également ajustée lors de l’utilisation de machines à dosettes. Et si vous utilisez de l’expresso, vous pouvez revoir votre avis sur ce type de préparation. Cependant, ce constat ne fonctionne que si l’on n’enchaine pas les dosettes tout au long de la journée.

En plus de la quantité d’eau, le type d’énergie utilisée doit également être analysé pour obtenir une comparaison équitable. La consommation électrique d’une cafetière est supérieure à celle d’une bouilloire, ce qui alimente l’idée que le café instantané est la solution la plus écologique Non seulement le café en sachets de café instantané est très petit, mais si des emballages plus grands sont utilisés, il n’y a pas de fin de -déchets vivants à traiter, notent les chercheurs.