A quelques jours du début des fêtes de fin d’année, la question d’une éventuelle neuvième vague de Covid est évoquée dans les médias. Face à l’augmentation des cas de contamination ces dernières semaines, les épidémiologistes ont tiré la sonnette d’alarme… ce qui a conduit la Première ministre Élisabeth Borne à en parler devant l’Assemblée nationale.

« L’épidémie de Covid-19 repart », a-t-il déclaré mardi 29 novembre 2022, avant de faire état d’une augmentation de près de 10% des hospitalisations en une semaine, « en réanimation » de 22%, et de 400 décès la semaine dernière. semaine « Cette nouvelle vague nous le rappelle : le virus n’a pas disparu, l’épidémie frappe à nouveau, tue à nouveau. Je lance un appel solennel : nous respectons les gestes barrières. On porte le masque dès qu’on est avec des personnes fragiles ou dans des lieux très fréquentés comme les transports en commun » a insisté Elisabeth Borne.

« L’épidémie a recommencé » Le célèbre épidémiologiste et directeur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève, Antoine Flahault a également fait part il y a deux semaines de ses inquiétudes : « Cette vague est anticipée par rapport à l’automne dernier. dans les prochaines semaines en France une nouvelle vague, la neuvième de cette pandémie, apportée par la sous-variante Omicron BQ.1.1 ».

Ce mardi 29 novembre 2022, Jamil Rahmani, anesthésiste, était présent sur le plateau de TPMP pour faire le point sur cette nouvelle alerte. « Dans le métro, même quand le masque était obligatoire, beaucoup ne le portaient pas, mais deux personnes qui ne le portent pas suffisent pour être contaminées. Il faut porter le masque FFP2 qui protège à 98 % de la contamination » affirmait-on.

À Lire  Implications de la condition post-COVID-19 connue sous le nom de "COVID long" chez les enfants

Face à la colère de Guillaume Genton qui soulignait que la question Covid avait disparu lors des élections, le médecin a déclaré : « Je ne pense pas que ce soit pour faire peur aux gens. Il y a des chiffres, le R0 qui est l’indicateur de progression de l’épidémie , il est repassé au-dessus de 1, c’est-à-dire qu’une personne en contamine plus d’une et que l’épidémie a recommencé… ».