Publié le 25/07/2022 22:43

Mis à jour le 25/07/2022 23:15

F. Prabonnaud, L. Bensimon, L. Sabas –

La crise à l’hôpital public continue avec de plus en plus de soignants jetant l’éponge. En revanche, un médecin du secteur privé a choisi d’aider ses confrères de l’hôpital de la Timone à Marseille.

Quand beaucoup quittent l’hôpital public, un médecin a choisi d’y retourner. « On m’a proposé plusieurs choses dans le privé ou en tant que libéral en juillet. Je n’avais toujours pas choisi, donc je n’avais rien prévu, et quand mes coéquipiers m’ont fait part de leurs difficultés, je suis venu les aider », raconte le GP Amine Ayari. Il connaît bien l’hôpital de la Timone à Marseille (Bouches-du-Rhône) car il y a été interne il y a deux ans, pendant le Covid.

Avec l’équipe, Amine Ayari gère 19 lits pour les patients sortant des urgences. « S’ils ne pouvaient pas entrer dans cette unité, ils attendaient des civières aux urgences », raconte le chef de service. Le médecin généraliste de 29 ans est aussi très actif sur les réseaux sociaux. Il est actuellement payé 30 euros de l’heure en public. En privé, « c’était deux ou trois de plus », dit-il. Sans remplaçant, l’unité d’urgence de courte durée devra à nouveau fermer pendant plusieurs semaines.

Anne-Charlotte Hinet, Charles-Henri Carlier

Recevez l’essentiel de notre actualité avec notre newsletter

France Télévisions utilise votre adresse email pour vous envoyer des newsletters.

En Isère, des stages pour apprendre à gérer l’agressivité à l’hôpital

Société : manifestation de stagiaires, recrutement massif de La Poste et cueillette de champignons… L’actualité du vendredi 14 octobre en France

À Lire  Coronavirus : certains symptômes sont plus visibles, "c'est plus rusé qu'il y a omicron"

Vu d’Europe

Bronchiolite : la Santé publique en France craint une pression sur les services pédiatriques