Le brasseur néerlandais Heineken a enregistré un bénéfice net de 2,2 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année, en baisse de 28,9% sur un an après l’exercice 2021 caractérisé par la cession de ses parts dans United Breweries.

Le groupe, qui garde ses objectifs annuels « inchangés », a enregistré une hausse de 27,5% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, portée notamment par une hausse des ventes en Asie, avec toutefois une baisse de la demande ailleurs dans le monde. a déclaré la brasserie dans un communiqué mercredi.

Au troisième trimestre, Heineken a vendu pour 9,4 milliards d’euros de boissons, un chiffre qui ne cesse d’augmenter, gonflé notamment par une hausse de prix décidée par la brasserie pour faire face à l’inflation.

« Nous poursuivons nos efforts pour établir des prix responsables qui compensent l’inflation », a déclaré le PDG du groupe Dolf van den Brink dans le communiqué.

« Nous voyons de plus en plus de raisons d’être prudents sur les perspectives macro, notamment certains signes de ralentissement de la demande des consommateurs », a-t-il poursuivi, ajoutant toutefois que les objectifs du groupe restaient « inchangés pour l’avenir ». « toute une année ».

En 2021, le bénéfice net des neuf premiers mois avait atteint 3,08 milliards d’euros, tiré par la vente de la participation de Heineken dans United Breweries pour 1,3 milliard d’euros.

À Lire  Les meilleurs restaurants du 11ème arrondissement de Paris à moins de 50 euros