l’essentiel

Avec la fin des vacances et l’ouverture de plus en plus de domaines skiables partiels, les stations de ski des Hautes-Pyrénées ont recours au chômage partiel. En attendant la neige.

« De 1 à 3 jours de chômage partiel »

Cinq pistes ouvertes à Saint-Lary, dix au Grand Tourmalet, treize à Peyragudes, les stations de ski des Hautes-Pyrénées offrent – compte tenu de la douceur persistante des températures et de l’absence de chutes de neige – des ouvertures très partielles de leur domaine skiable skiable. Et des activités hors-ski qui ont montré leur pertinence dans ces vacances. Le vent chaud de ce dimanche 1er janvier a achevé le grignotage de leur névé déjà bien amorcé. Bref, l’activité glisse se réduit au compte-goutte avec la fin des vacances de Noël. Cette première semaine de janvier, les stations fonctionnent principalement avec une clientèle espagnole et des classes de neige. Ainsi en janvier, les week-ends devraient avoir du succès en attirant une clientèle locale. Mais pour cela il faut de bonnes conditions d’enneigement. Ce qui est loin d’être le cas pour le moment. La quasi-totalité des stations des Hautes-Pyrénées déposent ou déposeront des dossiers d’activité partielle auprès de la Direction Régionale de l’Economie, de l’Emploi, du Travail et de la Solidarité (DREETS).

Vers un manque de saisonniers ?

« De l’Ariège aux Pyrénées-Atlantiques, tout le monde est concerné par l’activité partielle », indique Akim Boufaïd, directeur de Saint-Lary et président des Domaines skiables de France pour les Pyrénées. «  A Saint-Lary, tous les saisonniers, environ 180, sont revenus, sauf une vingtaine de primo-saisonniers. Nous essayons de répartir équitablement le travail par secteur d’activité. Tout le monde est concerné par l’activité partielle, qui varie du 1 à 3 jours  ».

À Lire  Sports d'hiver : comment maîtriser son budget pendant les vacances ?

Cauterets : « On maintient nos équipes jusqu’à dimanche »

Gavarnie, qui n’a pas encore ouvert son domaine skiable mais a recruté son personnel – entre 55 et 60 personnes – l’a mis au chômage partiel le 26 décembre. A Hautacam, une vingtaine de saisonniers sur 50 ont commencé à travailler pour cette fête de Noël, affectés à des activités hors ski (luge de montagne, trottinettes, tubbing). Le reste des saisonniers doit rentrer à partir du 9 janvier. En fonction de la durée moyenne de la saison, l’accord d’entreprise prévoit pour les saisonniers au moins huit semaines d’emploi à Hautacam et onze semaines à Gavarnie.