« Je ne veux stigmatiser aucune pratique, mais ce type de travail se fait dans l’intimité, pas dans le cadre d’un divertissement familial », assure Denis Turrel, le maire de Carbonne (Haute-Garonne), commune paisible du sud-ouest de Toulouse.. Depuis quelques années, le lac de Barbis, ancienne carrière reconvertie en plan d’eau pour abriter une école de pêche et des activités de loisirs, est devenu un rendez-vous bien connu des libertins de la région. Le site, caractérisé par des bois au côté intimiste, est même répertorié sur plusieurs sites de rencontres, au grand dam du maire qui réfléchit à des mesures pour mettre fin à cette mauvaise publicité.

Un lieu référencé sur Internet !

« On a retrouvé des préservatifs et même des seringues par terre, pas possible dans un lieu qui accueille des familles et des enfants, s’insurge l’édile de cette ville de 6.000 habitants. Certains résidents nous ont fait part de comportements agressifs et de harcèlement, qu’ils sont poursuivis par des gens qui croient partager une bagatelle! Nous avons essayé d’installer de fausses caméras pour les effrayer, mais cela n’a pas fonctionné. Nous avons également enlevé quelques buissons pour éviter les endroits qui mènent à cette licence. La gendarmerie et la police municipale passent régulièrement mais je n’ai pas les moyens d’y poster des patrouilles en permanence. Denis Turrel a également demandé mi-juillet au préfet de la Haute-Garonne de solliciter davantage de patrouilles de police et de gendarmerie.

Pour casser la référence de son lac sur Internet, le maire envisage de changer son nom. Un projet est également prévu pour étendre le plan d’eau avoisinant afin de créer un lieu moins confidentiel.

À Lire  Criminalité contre les enfants : Un magistrat jugé pour avoir proposé sa fille de 12 ans comme pigiste