La disponibilité des prêts immobiliers a fortement diminué ces derniers mois dans une situation caractérisée par la hausse des prix de l’immobilier et l’obligation pour les banques de respecter les règles de prêt. A cela s’ajoute le taux d’usure, qui est une barrière, même pour les solvants. Utiliser les services d’un courtier est la seule façon de maximiser vos chances d’obtenir du financement pour votre projet immobilier.

La mission du courtier en crédit immobilier

Par définition, un courtier hypothécaire est un intermédiaire entre l’emprunteur et l’institution financière. Il représente le premier jusqu’au dernier pour faciliter le processus de prêt. Il a une obligation de moyens et non de résultats, sa rémunération n’est due qu’à la signature du contrat de prêt.

Un courtier en crédit est un prestataire engagé, disponible et réactif qui vise à :

Familier du jargon du secteur, ce spécialiste de la banque et du crédit vous propose un accompagnement sur-mesure à chaque étape de votre projet, qui vous confirme, ainsi que l’établissement prêteur. Bon négociateur, cherchera à trouver les meilleures conditions du marché, ce qui ne se limite pas à obtenir le meilleur taux d’intérêt mais aussi en incluant toutes les aides possibles dans votre dossier (PTZ, prêt conventionné, etc.) et en vous donnant accès aux offres les plus compétitives. assurance emprunteur.

La cession d’assurance prêt immobilier permet de réduire la pression sur les prix, certaines formules sont trois fois plus chères que les contrats du groupe bancaire. Le rôle du courtier est de négocier une police d’assurance pas chère adaptée à votre profil, qui permet de faire baisser votre prêt et d’obtenir un TAEG inférieur à l’habillement.

En faisant jouer la concurrence des banques, celles-ci peuvent négocier la meilleure offre en fonction de votre projet et de votre situation, vous permettant d’obtenir le ratio de prêt le plus efficace.

Pourquoi solliciter un courtier en crédit en 2022 ?

La poursuite des hausses de taux d’intérêt depuis mars dernier, suivie d’une nouvelle hausse en septembre 2022, se conjugue à des normes de crédit restrictives que les banques doivent respecter. Le montant du prêt ne doit pas dépasser 35 % des revenus (avant impôt), quel que soit ce qui reste pour vivre. Un ménage disposant de 5 000 € restant à vivre après avoir remboursé ses différentes dettes (dont une nouvelle demande de prêt) ne peut pas emprunter si le taux d’endettement dépasse le plafond légal de 35 %.

Il faut aussi tenir compte de la limite du délai de paiement, 25 ans d’écart. Sauf pour les primo-accédants (jusqu’à 27 ans pour acheter un logement neuf), les banques n’ont aucun moyen d’échapper à la disposition impérative des règles et la situation est d’autant plus difficile que le taux d’usure est faible.

Les taux autorisés les plus élevés, les taux d’intérêt en 2022 ne correspondent pas à la progression des taux d’intérêt en raison de la méthode de calcul qui utilise un décalage d’environ trois mois. Cette combinaison de différentes marques punit ceux qui veulent emprunter. Résultat, près d’une demande de prêt sur deux échoue à cause d’un TAEG plus que usé et déchiré. Considérant toutes ces problématiques, l’accompagnement d’un courtier aide plus que jamais à mettre en place le bon plan et à frapper à la porte d’une banque prête à faire des affaires.

Dernières publications

Crédit immobilier : vers une réforme de l’usure en 2023 ?

Le problème de l’usure est la rage du temps. Les relations tendues entre la Banque de France et les courtiers. Cette dernière remet en cause le mode de calcul traditionnel, qui n’est pas adapté à l’évolution rapide des coûts d’emprunt. En conséquence, des milliers de familles se voient refuser des versements hypothécaires à cause des vêtements. De nombreux experts réclament la réforme de ce système qui, au lieu de sauver les logements, entrave désormais l’accès à la propriété. Taux d’usure : protection contre les comportements abusifs Depuis des mois, des milliers de familles suspendent indéfiniment leurs projets immobiliers car les prêts bancaires leur ont été refusés. Non pas qu’ils ne fondent pas, mais le plafond de verre qui les intéresse bloque leurs besoins. Pour comprendre le phénomène, il faut se rappeler quel est le code vestimentaire et comment il est défini. Le taux d’intérêt est le taux annuel effectif global maximum que les banques commerciales ne peuvent pas dépasser. Ce plafond légal détermine le prix maximum autorisé et inclut tous les frais liés à l’octroi du crédit. Dans le cas d’un crédit immobilier, outre les intérêts, il existe différents frais immatériels : le coût de la demande de garantie (hypothèque, privilège d’un créancier) les primes d’assurance des emprunteurs. D’autres frais peuvent être inclus dans le calcul du TAEG si requis par la banque (inspection locale, frais d’ouverture et de traitement de compte, commission de courtage). Le taux d’attrition est calculé chaque trimestre par la Banque de France sur la base du TAEG moyen constaté le trimestre précédent, et est majoré d’un tiers. Il y a donc un décalage d’environ trois mois entre le choix de l’usure et la prise en compte de l’évolution des taux d’intérêt. L’écart est très important car les taux sont négociés plusieurs mois avant la signature de l’offre de prêt. Cette inertie de l’usure a pour effet de retarder l’accès au crédit immobilier lors de la hausse soudaine et continue des taux d’intérêt et de l’activité. effrayant : l’effet ciseau. Crédit solvable mais refusé ! Les premiers touchés par le couperet sont les familles modestes et les primo-accédants. Demandeurs des taux d’intérêt les plus élevés et des prêts à long terme, ces profils ne peuvent pas emprunter, car le taux d’intérêt est très proche du taux de prêt laissant peu de marge de manœuvre pour inclure d’autres fonds dans le TAEG. Ils ne sont plus les seuls à échouer. En juillet 2022, près de la moitié de toutes les demandes de prêt hypothécaire ont été abandonnées en raison de l’usure. La plupart d’entre eux sont liés à des ménages stables moins endettés que les 35% fixés par les autorités financières à partir de janvier 2021. L’espoir est revenu avec la révision des taux d’intérêt au 1er octobre 2022. Mais encore 48 points pour les prêts de 20 ans et plus ( 3,05 % au lieu de 2,57 %) est rapidement consommée par la hausse des taux d’intérêt. La hausse des taux d’intérêt sera donc bientôt insuffisante face à la dégradation actuelle et future des conditions de paiement des banques et leur effet sur les plans tarifaires. L’aide d’un courtier hypothécaire est plus importante que jamais pour maximiser vos chances d’obtenir du financement pour votre projet immobilier. Seul un expert est capable de négocier avec les banques dans des situations difficiles où certains établissements ont tout simplement fermé le robinet du crédit jusqu’à ce que la situation se normalise. Comment fixer les intérêts ? Il est inhabituel et inacceptable que la façon dont il est censé protéger les consommateurs empêche les familles solvables de réaliser un plan à vie et d’attendre que les taux d’intérêt augmentent pour peut-être obtenir un prêt et finir. très lourd. La découverte touche les commerçants, premiers témoins de la souffrance et de l’incompréhension des rejetés. Beaucoup réclament une réforme des taux d’intérêt, sans qu’aucune solution ne soit recommandée pour trouver un consensus. Certains appellent à un changement dans le processus de lecture, au moins temporairement d’une manière unique comme ch avec des ordres en cas de variation brutale du prix des ressources de la banque (article L.314-8 du Code monétaire et financier) Il fait partie du « non » de la part de la BdF qui a annoncé dans un communiqué le Le 20 septembre, que la décision de laisser inchangée la méthode de calcul est une décision politique en période d’inflation. Certains recommandent de vérifier l’usure tous les mois pour se rapprocher du vrai fond, mais la lourdeur administrative de la restitution rapide des données rend cette option impossible. Les parlementaires prennent également cette question au sérieux. Dans une interview sur BFM TV, Emmanuel Provost, PDG d’Afi Esca Patrimoine, indique que la modification du projet de loi de finances 2023 a été introduite la semaine dernière, prévoyant la suppression de l’assurance emprunteur du calcul de la vétusté. Il vaudrait mieux ne pas prendre d’assurance en TAEG, car ce sont des données qui dépendent du statut de l’emprunteur et non du système. On n’a pas fini d’entendre parler des taux d’intérêt et de leur incapacité à contrôler rationnellement la disponibilité des prêts immobiliers. La France a le niveau d’endettement des ménages le plus bas au monde et est clairement la plus stupide du monde.

À Lire  Rambaud Labrosse : 2 mois offerts sur vos contrats d'assurance GLI

Crédit immobilier : la déduction des intérêts d’emprunt refait surface

Un amendement au projet de loi de finances 2023 prévoirait le rétablissement de la déduction des intérêts hypothécaires dans certaines circonstances. Magnolia.fr vous informe sur cette mesure qui reste floue mais qui pourrait faciliter la disponibilité des crédits immobiliers en 2023 dans un contexte de hausse des prix et d’usure insuffisante. Rendre les emprunteurs plus solvables Révélée par le magazine Capital, l’information mérite d’être restituée car elle intervient à un moment de manque d’accès à l’argent pour acheter. Lors d’une réunion en commission des finances de l’Assemblée nationale du mardi 4 octobre dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2023, plusieurs députés ont présenté divers amendements proposant de donner aux familles et aux ménages le droit de déduire de l’impôt qu’ils perçoivent une partie du prêt intérêt. . Le crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt n’est pas nouveau puisqu’il était disponible pour les hypothèques liées à l’achat d’une grande maison contractée avant le 1er janvier 2011. Le dispositif n’a pas été mis à jour en matière de taux d’occupation élevé. Actuellement, seuls les vendeurs peuvent déduire le montant du prêt de leur déclaration de revenus locatifs. Le taux reprend du service alors que la situation du crédit s’aggrave et se complique, entre le niveau d’usure du T4 2022 et la hausse du nouveau taux en octobre 2022. Conscients des problèmes structurels et conjoncturels auxquels sont confrontés les emprunteurs familiaux, certains dirigeants ont été élus, à défaut. pour résoudre le problème, sortez l’ancien appareil des tiroirs. Ils justifient également leurs articles par l’augmentation du prix des immeubles neufs suite à l’application de la nouvelle norme environnementale RE2020 à partir de janvier 2022. Déductibilité des intérêts des primes o-clients Un seul amendement sera accepté, du député de la Renaissance Mathieu Lefèvre, soutenu par le chef du groupe Aurore Bergé. Elle prévoit de limiter la déduction des intérêts d’emprunt à primo-accédants uniquement, sauf si l’immeuble présente des performances environnementales. Selon le texte de l’amendement, le crédit d’impôt ne peut être accordé que « si la zone d’habitation fournit, au moment de l’achat, ou, le cas échéant, à l’issue des travaux de construction ou de rénovation, le niveau de performance énergétique (.. .) correspond à la classe A » sur le niveau d’évaluation de la performance énergétique (nouveau DPE). Le dispositif établit également plusieurs plafonds et critères d’éligibilité afin de limiter son impact sur les deniers publics : Seuls 30 % des intérêts peuvent être déduits, dans plafond de 3 750 € par an pour une personne seule et de 7 500 € pour un couple au titre de la taxe commune, le cas échéant, le montant serait majoré de 500 € pour une personne dépendante, et de 7 500 € pour une personne handicapée (soit 15 000 € de plus si une personne du couple est handicapée).La déduction des intérêts d’emprunt s’appliquerait sur les sept premières années du prêt et non sur toute sa durée.Elle serait liée aux emprunts émis avant le 1er janvier 2026, toute acquisition de terrain avant svik a 30 septembre 2026 (ou la première annonce de chantier a été faite à la date indiquée dans le calendrier. d’une maison neuve). La mesure est encore loin d’être prise. Certains parlementaires lui reprochent son manque de transparence par rapport au coût de l’argent du gouvernement, tandis que d’autres s’inquiètent de son succès à faciliter l’accès des propriétaires aux maisons qui sont perturbées en raison de nos préoccupations. re et l’inflation. Il risque de créer une aubaine pour les familles aisées sans aider les classes populaires et moyennes.

Prêt immobilier : commencez par une simulation en ligne

Sur le net, vous pouvez trouver différents simulateurs de prêt immobilier en ligne, des outils gratuits et efficaces qui permettent de calculer plusieurs paramètres, à commencer par votre prêt. C’est la première étape importante avant de demander de l’argent et de pousser la porte de la banque. Ou faites appel à un courtier pour négocier rapidement avec le bon prêteur. Suivez votre solvabilité Vous avez un projet immobilier ? Savez-vous combien vous pouvez emprunter ? Avant de commencer à chercher la maison de vos rêves et à rechercher des agences immobilières, il est important de vérifier le montant d’argent que vous pouvez obtenir des banques. Votre budget immobilier peut être estimé en quelques clics grâce à une simulation internet. Ce processus est simple et rapide, et il vous permet d’avoir une idée de l’enveloppe que vous pourrez présenter à votre futur achat immobilier. Pour vérifier votre capacité à emprunter, il vous suffit de remplir le formulaire en ligne, en indiquant si vous empruntez seul ou en couple, vos revenus, les éventuelles primes et autres ressources, votre apport personnel, puis les versements que vous épargnerez après l’opération (prêts en cours , loyer. , etc.). Exemple Vous avez 35 ans et vous avez un prêt personnel avec un salaire de 2 500 € par mois sur 12 mois avec un acompte de 10 000 €. Vous pouvez emprunter jusqu’à 166 308 €, sur la base du meilleur taux d’emprunt de 1,83 % sur 20 ans. Certains simulateurs comme Cafpi vont plus loin en distinguant les capacités d’emprunt et d’emprunt. Ce dernier tient compte des honoraires des auteurs et des frais de garantie et s’élève à 162 199 €. En filtrant un peu, on trouve de l’argent et des simulateurs proposés par les banques où il faut parfois renseigner le département et l’âge. Le montant de l’acquisition tombe alors à 136 894, pour un prêt bancaire de 139 524 € avec un taux d’emprunt de 2,01% et une assurance emprunteur élevée sur le montant emprunté à 0,26%. Va au coin faites confiance au concessionnaire Attention, ne prenez pas pour argent comptant les données des simulateurs en ligne. Non seulement ils varient d’un calculateur à l’autre, mais ce sont de simples estimations qui ne tiennent pas compte des politiques commerciales des banques. Le taux de prêt indiqué est le taux du marché, qui évoluera à la hausse ou à la baisse en fonction de chaque rendez-vous, également de votre profil et de votre type de dossier. Beaucoup d’informations ne sont pas renseignées, et pourtant cela peut ajuster les paramètres, sans compter que cela peut remettre en cause la compétence de votre candidature : par exemple, votre âge, votre état de santé et votre métier, c’est tout. déterminants dans l’évaluation du coût de l’assurance prêt immobilier. Ces frais d’assurance peuvent varier du plus léger au double entre un fumeur et un non-fumeur. Vous avez la possibilité d’améliorer ces données en utilisant un simulateur d’assurance prêt immobilier et de les reporter dans les simulateurs de prêt immobilier. Vous pouvez donc procéder au calcul du TAEG (Taux Annuel Effectif Annuel), indicateur du coût total de votre emprunt car il regroupe l’ensemble des frais liés à l’obtention d’un prêt : l’intérêt indiqué par le taux d’emprunt de l’argent à demander le coût de la garantie (hypothèque, privilège du prêteur de deniers, nantissement) les primes d’assurance des emprunteurs. Une fois tous ceux-ci renseignés, le TAEG s’affiche, aussitôt comparé au taux d’usure en vigueur au moment de la transaction. Rouge, vous êtes en retard et l’argent est rejeté ; vert et votre application peut être facturée. Peut-être parce que le dernier mot revient à la banque. Le dossier respecte dans un premier temps lors de la détermination du taux d’usure et la limite du taux de prêt qui peut être mis de côté, car la banque y voit un pré. prendre de nombreux risques. Les simulations en ligne sont toujours fournies à titre informatif sur la base des données déclaratives fournies et ne sont jamais contractuelles. Pour affiner l’étude, il faut passer à l’étape suivante. E Quelle est la solution? Le courtier hypothécaire, le seul à pouvoir faire une estimation précise de votre argent, basée sur toutes les analyses personnelles nécessaires. Grâce à son expertise, vos demandes seront traitées, avec un budget estimé au maximum, vous permettant de ne regarder que la bonne maison entrant dans le périmètre d’action.