Hausse des prix : la bière sera-t-elle la prochaine victime ?

La bière, considérée comme l’une des boissons préférées des Français, pourrait voir son prix augmenter dans les prochaines semaines.

Chaque année, les Français boivent en moyenne 32 litres de bière. Ce chiffre, qui ne cesse d’augmenter, fait désormais face au chiffre de l’inflation, qui a atteint 4,5 %. Le contexte actuel indiqué par la guerre en Ukraine et l’augmentation des prix qui en découle pourrait donc entraîner très prochainement une augmentation du prix de la bière.

Une production coûteuse

Une production coûteuse

Comme l’explique le média 20minutes, la fabrication de la bière comprend des étapes telles que la fermentation ou le refroidissement, qui nécessitent une importante consommation d’énergie, alors que leur prix explose. L’embouteillage est également de plus en plus cher, en raison des pénuries de verre qui accompagnent des hausses de prix sans précédent.

De plus, l’orge, la céréale la plus utilisée pour la fabrication de la bière, était massivement importée de Russie et d’Ukraine, aujourd’hui en guerre. Les prix de l’orge ont donc fortement augmenté ces derniers mois. Rien que cette semaine, la tonne d’orge a vu son prix augmenter de 36 €.

Heineken, Kronenbourg, 1664,… tous concernés

Heineken, Kronenbourg, 1664,... tous concernés

Ce mercredi, Heineken a fait part de ses inquiétudes concernant la hausse des coûts de production. Si l’entreprise se porte bien, il reconnaît que l’inflation « affecterait probablement ses résultats financiers ». Heineken a publiquement envisagé de faire face à cet environnement économique incertain en augmentant le prix de ses produits.

Le groupe danois Carlsberg, propriétaire de Tuborg, Baltika, Kronenbourg et 1664, a publié les mêmes prévisions, exprimant lui aussi une hausse de ses prix dans le futur.

À Lire  Football : Real Madrid contre l'homme. City : Heineken célèbre l'esprit du football à Abidjan

? Une hausse moyenne de 5% des prix des biens de consommation a donc permis aux géants de l’agroalimentaire de maintenir leurs objectifs https://t.co/gg6z8kyrn9

La production Bio épargnée ?

La production Bio épargnée ?

Laurent, producteur de bière bio et locale « La Boc », basé à Perpignan, explique que bien que ses coûts aient augmenté de quelques pourcents, en tant que producteur bio, il reste relativement épargné par l’inflation. Grâce à un système de bouteille de retour, il échappe également à la hausse des prix du verre.