Dans quelques mois, la grande maison rénovée de Colombes accueillera 10 jeunes actifs dont la moitié sera en situation de handicap. Ce projet de logement inclusif, lancé par les Fratries et dont l’investissement immobilier est financé par la MACSF, propose une solution de co-habitat innovante pour lutter contre l’isolement qui touche les jeunes et changer le regard des personnes sur le handicap.

La Maison des Fratries invente une nouvelle façon de vivre ensemble. Idéalement situé au centre de Colombes (92), il accueillera en 2023 des jeunes actifs dont la moitié en situation de handicap mental ou de troubles autistiques. Chacun disposera d’une chambre meublée avec sa propre salle de bain et partagera des espaces communs (salle à manger, cuisine, salon TV, etc.), un salon privatisable pour recevoir famille et amis, ainsi qu’un grand jardin. de 1000 m2. Un house manager rémunéré vivra sur place avec sa famille pour accompagner les colocataires dans leur quotidien et jusqu’à leur insertion professionnelle.

Le projet est actuellement en cours : la MACSF a déjà acquis la maison principale, une belle bâtisse de 1895, et les travaux d’ameublement commencent.

« La MACSF est impliquée de longue date dans des projets immobiliers à impact social et environnemental. L’association a donc été pionnière dans le développement d’un nouveau concept de résidence universitaire pour étudiants en santé, et plus récemment de résidences pour personnes âgées autonomes offrant une gamme de services. La démarche des Maisons Fratries nous a donc tout de suite intéressé. A la fois solidaire et inclusive, elle s’inscrit dans les valeurs de MACSF et dans sa stratégie d’investissement socialement responsable », déclare Eric Bertrand, Directeur Immobilier du Groupe MACSF.

Cette maison de Colombes est la troisième commencée par Fratries. Le premier a ouvert à Nantes, dans le quartier américain en avril 2022, le second ouvrira à l’été 2023 dans l’hypercentre rennais.

À Lire  Les vols de voitures ont augmenté en 2021.

« Beaucoup de jeunes handicapés veulent vivre dans un environnement ordinaire. Ils sont souvent contraints de rester chez leurs parents en l’absence de solution d’hébergement adaptée. L’idée est de créer un environnement confortable et convivial où ils pourront s’épanouir en toute autonomie », explique Emmanuel de Carayon, co-fondateur de Fratries avec Aurélien L’Hermitte. Comme les jeunes salariés non handicapés sont également confrontés à l’isolement et aux difficultés à trouver un logement de qualité en centre-ville, le concept de maison fraternelle leur offre une solution moderne pour vivre ensemble à des prix abordables.

Contribution de plusieurs acteurs

A Colombes, comme dans les deux maisons précédentes, le projet a été co-construit avec plusieurs acteurs, à commencer par les jeunes en situation de handicap et leurs tuteurs, les acteurs médico-sociaux du territoire, les mécènes, mais aussi la commune et le conseil du département des Hauts. . -de-Seine.

« Nous sommes très heureux de ce partenariat avec Fratries et ses fondateurs qui portent un projet ambitieux et généreux pour changer notre regard sur le handicap. En tant que collectif, nous souhaitons soutenir des initiatives humanitaires et solidaires, comme nous l’avons fait en partenariat avec la Croix-Rouge française à la rentrée. La MACSF a mis à la disposition des étudiants ukrainiens en situation précaire quinze logements dans ses résidences universitaires en France pour leur permettre de poursuivre leurs études. « , précise Éric Bertrand.

Fratries est une entreprise de co-living qui accueille des jeunes actifs avec et sans handicap mental et troubles du spectre autistique. Elle est détenue à 100% par un fonds de dotation indépendant, une organisation à but non lucratif dont la vocation est de soutenir des projets d’habitat inclusif spin-off. Le premier coliving Fratries a ouvert à Nantes en avril 2022, 2 nouvelles ouvertures sont prévues à Rennes et Colombes en 2023.

Pour plus d’informations : siblings.com