C’est principalement dans les écoles que l’on constate l’impact de la mobilisation nationale contre la réforme des retraites, en Guadeloupe. L’intersyndicale a appelé à la grève le 7 février, localement, pour réclamer plus que ce projet gouvernemental.

La Guadeloupe fait également partie d’un grand mouvement national de contestation contre la réforme des retraites menée par le président de la République, Emmanuel Macron et le gouvernement d’Elisabeth Borne. Le Premier ministre a confirmé que l’allongement de l’âge de la retraite de 62 à 64 ans n’est plus négociable. mobilisation massive, ce mardi 31 janvier 2023, pour le deuxième jour de grève après le 19 janvier dernier. C’est le cas en France, mais aussi dans les DOM-TOM.

En Guadeloupe, c’est encore une fois dans l’Education nationale que la grève a été la plus importante. Certaines écoles ont été bloquées à l’aube. Des entraves ont en effet été enregistrées au niveau de l’accès aux universités de Bois Rada à Sainte-Rose, Sylviane Telchid à Capesterre-Belle-Eau, Aurélie Lambourde aux Abymes, Gunette-Morel au Moule, Félix Eboué à Petit-Bourg, Eugène Yssap à Sainte-Anne, Charles de Gaulle du Moule, ainsi que lycée Sainte-Anne, hôtellerie et métiers du tourisme au Gosier, Jardin d’Essai aux Abymes, Droits de l’Homme à Petit-Bourg, Gerville Réache à Basse-Terre, , pour n’en nommer que quelques uns.

A noter une particularité : à la SMA Charles Coeffin, à Baie-Mahault, le blocage est une initiative d’étudiants, eux-mêmes mobilisés contre la réforme des retraites. Idem à Pointe-à-Pitre, où les collégiens et lycéens de Massabielle sont descendus dans la rue. Des piquets ont également été tenus par des jeunes scolarisés au lycée agricole de Baie-Mahault.

À Lire  Rivages du Monde renforce son équipe commerciale B2B

Toujours dans l’enseignement, l’UNSA et le syndicat CFDT ont tenu, ce mardi, la matinée d’information sur les contours de la retraite dans la vie des fonctionnaires, les préparations à la retraite et les enjeux de la réforme, notamment du Cadre général. Fonds de sécurité sociale.

Comme pour les autres secteurs professionnels, la mobilisation est sporadique ; les grévistes se font connaître dans leurs entreprises respectives. Aucun grand rassemblement n’a été annoncé dans l’archipel.

Le syndicat a admis que 40% des lycées étaient bloqués mardi, Quant au taux de participation à la grève, le rectorat parle de 9,13% d’enseignants du primaire mobilisés et de 22,47% au second degré. 10,62% des autres personnels académiques (cadres, administratifs, sociaux et de santé) sont solidaires du mouvement, selon le rectorat.

L’intersyndicale CGTG, FAEN-SNCL, FO, FSU, SPEG, SUD-PTT-GWA, SUD-SOLIDAIRES, SUNICAG, UGTG, UIR-CFDT, UNSA ont tenu aujourd’hui une « importante conférence de presse » où le point commun portera sur la situation sociale en Guadeloupe. C’est aussi l’occasion pour les syndicats d’appeler à la mobilisation le mardi 7 février 2023.