« Les régimes spéciaux donnent certains avantages, des conditions favorables, qui ne dépendent pas forcément des fonctions exercées » selon Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Intégration. Il était l’invité du « petit-déjeuner politique » sur Sud Radio.

La grève à la RATP sur fond d’inflation et de hausse des salaires, les réformes de l’assurance-chômage et des retraites, la régulation des travailleurs immigrés… Olivier Dussopt a répondu aux questions de Patrick Roger.

RATP : la grève « vient aussi perturber la vie, le quotidien de Français qui travaillent »

Les syndicats de la RATP ont lancé un mouvement de grève pour le jeudi 10 novembre 2022, qui cause de nombreux problèmes de circulation. Presque toutes les lignes sont interrompues lorsqu’elles ne sont pas complètement arrêtées. « La grève est un droit », rappelle Olivier Dussopt, ministre du Travail. « Le droit de grève existe, et nous le respectons évidemment. »

La mobilisation se déroule dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat et de revendications d’augmentations salariales. « C’est une entreprise dans laquelle les salaires ont été augmentés », tient cependant à expliquer Olivier Dussopt. « D’un peu plus de 5% cette année. » Une augmentation qui n’est pas entièrement salariale car elle inclut des primes.

Selon le ministre, « il y a une revalorisation qui est correcte ». Or, la grève « interrompt aussi la vie, le quotidien des Français qui travaillent et qui n’ont pas forcément les mêmes mises à jour ».

Fin des régimes spéciaux de retraite de la RATP ou la SNCF : il faut prendre en compte la pénibilité « en fonction de ce que vous faites au quotidien »

La mobilisation de masse pourrait aussi s’expliquer par la remise en cause des régimes spéciaux de retraite, dans le cadre de la réforme des retraites. « Les grèves préventives n’ont jamais été ma tasse de thé », souligne le ministre du Travail. « Nous sommes en discussion » sur la réforme des retraites, confirme-t-il. Les régimes spéciaux, comme ceux de la RATP ou de la SNCF, « sont un cycle de discussions que nous allons ouvrir ».

« Nous recherchons systématiquement l’équilibre, mais aussi la justice », explique Olivier Dussopt. « Les régimes spéciaux apportent un certain nombre d’avantages, des conditions favorables, qui ne dépendent pas forcément des fonctions exercées. » Or, la réforme des retraites, selon lui, vise à « prendre en compte la pénibilité du travail » voire les « carrières longues ». « Mais cela dépend de ce que vous faites chaque jour. »

À Lire  L'assureur ne peut se prévaloir d'une clause de déchéance de garantie dont l'assuré n'a pas connaissance

Les sénateurs voulaient « sanctionner des salariés qui refusent deux CDI dans l’année »

La réforme de l’assurance-chômage suit son cours, avec l’adoption d’un texte en commission paritaire le 9 novembre 2022. « Ce texte, il est arrêté, il est écrit, il ne bougera pas », précise Olivier Dussopt. Il reste à être définitivement adopté par le Parlement, ce qui ne doit pas être mis en doute en raison de l’accord en commission. A partir de cette adoption « le texte peut entrer en vigueur ».

Parmi les points abordés, figure la perte d’indemnisation en cas de refus de deux CDI en un an. Les CDI doivent être proposés à la suite d’un CDD ou d’un CDD, au même poste et au même endroit. « C’est une demande très forte des sénateurs », explique le ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Intégration. Ce dernier souhaitait pouvoir « sanctionner les salariés qui refusent deux CDI dans l’année ».

L’entreprise doit alors notifier à Pôle emploi, en fin de contrat à durée déterminée, le refus en cause. « Aujourd’hui, Pôle emploi ne sait pas si vous avez refusé le CDI. » Cependant, pour avoir le détail de la mesure, il faudra patienter. « Un décret est prévu pour clarifier les choses », explique Olivier Dussopt.

En France, il y a « des travailleurs étrangers en situation irrégulière, et qui travaillent », confirme Olivier Dussopt

Le gouvernement a également proposé de faciliter la régularisation de certains immigrés qui travaillent déjà sur le sol français. Une réforme qui, sans surprise, a reçu de vives critiques de la droite et, surtout, de l’extrême droite. La droite, notamment, dénonce un « nouveau souffle » pour l’immigration. Mais tel n’est pas l’avis d’Olivier Dussopt : « la droite a tort quand elle le dit ». « Et la droite manque deux sujets. »

Tout d’abord, explique le ministre du Travail, il y a « de sérieuses difficultés à recruter dans un certain nombre de secteurs ». Or, en France, il y a « des travailleurs étrangers en situation irrégulière, et qui travaillent ». Le gouvernement assume donc vouloir « faciliter la régulation de ceux qui travaillent ». Un tout petit nombre, « quelques milliers de personnes », souligne Olivier Dussopt.

« Il n’y a pas de risque d’appel d’air : ce sont des gens qui sont déjà en France. » Car d’autre part, le gouvernement se veut « plus ferme » sur les décisions concernant les étrangers en situation irrégulière, et notamment les expulsions.

Retrouvez « The Political Guest » tous les jours à 8h15. sur la Radio Grand Matin Sud avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter « The Political Guest »

Toutes les fréquences radio du Sud sont là !