Grâce à RITRIT, trouvez le spi inversé qu'il vous faut

Pour organiser une retraite spirituelle de manière simple et rapide, le site RITRIT a été mis à disposition par des entrepreneurs chrétiens, avec le soutien du Collège des Bernardins.

Les collectivités partenaires de RITRIT ne sont plus trois mais cinquante.

Lancée en 2019, la start-up RITRIT est l’œuvre d’une poignée de jeunes entrepreneurs chrétiens qui partent d’un constat simple : pour beaucoup, organiser une retraite dans un lieu de prière est parfois compliqué. « Les personnes qui veulent partir en retraite et qui n’y sont pas habituées se heurtent à une sorte de mur d’information : les sites de l’abbaye sont souvent anciens, les horaires de disponibilité des pères des hôtels sont assez limités, il faut téléphoner entre deux bureaux… », explique Edouard, membre fondateur de RITRIT.

Une cinquantaine de communautés partenaires

Une cinquantaine de communautés partenaires

Ces jeunes entrepreneurs en ont conclu que l’avenir des rites spirituels passera, entre autres, par le numérique. Ils ont donc lancé leur site internet, d’abord en partenariat avec trois abbayes. Le concept : en quelques clics, l’internaute trouve une abbaye, un monastère ou un centre spirituel chrétien qui correspond à sa disponibilité, sa situation géographique et ses attentes. Il s’identifie, puis réserve son séjour sur place.

La start-up RITRIT a été lancée en 2019 grâce à la collaboration entre les Bernardini et une équipe de jeunes entrepreneurs chrétiens.

Trois ans après le début du projet, il a déjà grandi, et l’équipe a dû s’agrandir pour rencontrer la confiance des abbayes : les communautés en partenariat avec RITRIT ne sont plus trois mais cinquante, et près d’un millier d’utilisateurs visitent le si vous . chaque mois pour organiser leurs retraites spirituelles. Edouard et son équipe sont très satisfaits des résultats qui ont dépassé tous leurs objectifs. « Ce que nous voulons maintenant que notre site répertorie de nombreuses abbayes, c’est atteindre 3 000 réservations par mois à partir de septembre. »

À Lire  Voyage Algérie : Un porteur en colère - Vidéo

Un projet conjoint avec les Bernardins

Les utilisateurs de RITRIT sont assez jeunes : 56% ont moins de 39 ans. Le site enregistre beaucoup de demandes de trentenaires notamment, mais les retraités ont des profils très variés, de l’étudiant qui veut réviser sereinement ses partiels, à l’adulte qui veut faire le point sur sa vie, ou qui a juste envie d’un instant le repos.

Outre le soutien du Diocèse de Paris, le projet bénéficie du soutien financier des employeurs, et de l’aide du Collège des Bernardins auquel ils sont associés dans une start-up associative à but non lucratif : PRIXM. L’objectif du collège Bernardini s’est posé à la faveur du soutien au RITRIT : il s’agit de répondre à la vocation originelle de l’institution, proposée par le pape Benoît XVI lors de sa visite en 2008 : « Chercher Dieu et être trouvé par lui ». meilleure occasion d’être trouvé par Dieu qu’une retraite dans un monastère ? « D’une certaine manière, conclut Edouard, les Bernardini, avec des projets comme RITRIT, doivent être un incubateur d’Espoir. »