Pour organiser rapidement et facilement des retraites spirituelles, le site RITRIT a été mis à disposition par un entrepreneur chrétien, avec le soutien du Collège des Bernardins.

La communauté qui coopère avec RITRIT n’est plus trois mais cinquante.

Lancée en 2019, la startup RITRIT est l’œuvre d’une poignée de jeunes entrepreneurs chrétiens qui sont partis d’un constat simple : pour beaucoup, organiser des retraites dans des lieux de prière est parfois compliqué. « Les personnes qui veulent se retirer et qui n’y sont pas habituées se présentent devant une sorte de mur d’information : le site du monastère est souvent ancien, les horaires de disponibilité du père de l’hôtel sont assez limités, il faut téléphoner entre deux bureaux… . », explique Edouard, membre fondateur de RITRIT.

Une cinquantaine de communautés partenaires

Ce jeune entrepreneur en a conclu que l’avenir des retraites spirituelles passera, entre autres, par le numérique. Ils ont donc lancé leur site internet, le premier en partenariat avec trois monastères. Le concept : en quelques clics, les internautes trouvent les monastères, couvents ou centres spirituels chrétiens qui correspondent à leur disponibilité, leur situation géographique et leurs attentes. Il s’est identifié et le livre est resté sur le site.

RITRIT a vu le jour en 2019 grâce au partenariat entre les Bernardins et une équipe de jeunes entrepreneurs chrétiens.

Trois ans après le lancement du projet, celui-ci s’est agrandi, et l’équipe a dû s’agrandir pour répondre aux convictions du monastère : la communauté qui coopère avec RITRIT n’est plus de trois mais de cinquante, et près d’un millier d’utilisateurs visitent le site. chaque mois pour organiser leurs retraites spirituelles. Edouard et son équipe sont très satisfaits des résultats qui ont dépassé tous leurs objectifs. « Ce que nous voulons maintenant que notre site répertorie de nombreux monastères, c’est qu’il atteigne les 3 000 réservations par mois à partir de septembre. »

À Lire  Voyage au bout de Paris : "Voyage au Panthéon" de Philippe Bélaval

Un projet conjoint avec les Bernardins

Les utilisateurs de RITRIT sont assez jeunes : 56 % ont moins de 39 ans. Le site enregistre de nombreuses demandes de la part des trente et un notamment, mais les retraitants ont un profil très varié, des étudiants qui veulent réviser tranquillement leurs partiels, aux adultes qui veulent faire le point sur leur vie, ou qui veulent simplement faire une pause pour un instant.

Outre le soutien du Diocèse de Paris, le projet bénéficie du soutien financier de mécènes, et de l’aide du Collège des Bernardins auquel ils s’associent pour monter une association à but non lucratif : PRIXM. Le but du Collège des Bernardins de plaider en faveur du soutien au RITRIT : il s’agit de répondre à la mission originelle de l’institution, proposée par le Pape Benoît XVI lors de sa visite là-bas en 2008 : « Chercher Dieu et se laisser trouver par Lui. « Quelle meilleure occasion trouver par Dieu au lieu de se retirer au monastère ? « Au fait, conclut Edouard, Bernardin, avec un projet comme RITRIT, le but est de devenir un incubateur d’Espoir ».