http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/01-janv/03-09/UNAFEC-Gode-Mwamba.jpg

Pour le président de l’Interfédéral de l’Unafec Kinshasa, ce ne sont que des avis qui n’expriment pas de divergences fondamentales, car personne ne conteste Ladislas Lungange comme président du parti.

Godefroid Muamba rassure l’opinion nationale et les militants du parti chers à feu Baba Kyungu. « Il n’y a pas de crise au sein de l’UNAFEC », dit-il. C’est ce qu’a déclaré le président de l’Interfédéral de l’Unafec Kinshasa lors d’une conférence de presse tenue hier lundi 10 janvier dans la capitale.

Selon Godé Muamba, ce ne sont que des opinions qui n’expriment pas de différences fondamentales car personne ne conteste la personne de Ladislas Lungange comme président du parti.

« A ce jour il n’y a aucun membre du parti, ni au niveau du Conseil Exécutif, ni au niveau des combattants, qui ait remis en cause notre décision du Conseil Exécutif, le Comité Politique National qui fait de Lungange le président a.i. du ‘UNAFEC. » Ce n’est pas tout. Le même jour, une autre décision importante a été prise, selon Godé Muamba, celle de laisser en fonction tous les responsables qui dirigent le parti jusqu’à la convention. C’est-à-dire que les membres du Bureau exécutif, les membres du Comité politique national, les présidents interfédéraux et les présidents fédéraux restent en fonction jusqu’à la tenue du Congrès. Et éventuellement consolider les structures du parti », a-t-il déclaré.

Il explique que « certains souhaitent que la Convention soit convoquée immédiatement et que des structures solides du parti soient mises en place au plus vite. D’autres estiment que l’actuel président national, bien qu’a.i., devrait rester en fonction le plus longtemps possible ». supprimer le terme ai pour que Ladislas Lungange reste président.

Après le décès du Président Kyungu, raconte Godé Muamba, « nous nous sommes réunis au niveau du Directoire National, avec le Comité Politique National (équivalent du Parlement), et nous avons pris acte de l’impossibilité définitive du Président National en raison de son décès. Nous avions lu les textes du parti qui disent que le président est remplacé à sa mort par son vice-président. Et puisque Lungagne a été notre premier vice-président, c’est ainsi qu’il est devenu ipso facto président du parti. « 

aucune exclusion de la fête de famille kyungu

Il est vrai que pendant que nous exerçons le leadership du Parti en tant que membres du conseil exécutif, il peut être nécessaire que nous puissions prendre telle ou telle décision pour une fédération. Et pour cela, le conseil d’administration doit se réunir pour pouvoir décider. Et le président national se limitera à traduire la décision du Conseil.

À Lire  Le juge qui a "jeté sa fille dans la bouffe" sur des sites libertins est sous le feu des critiques

Cependant, la décision no. 001 PN Unafec/2021 portant nomination d’un superviseur des activités politiques au niveau de la province du Tanganyika n’a pas été prise au niveau du comité exécutif. D’où l’agitation au sein du parti. C’est ainsi que certains chefs de parti demandent au président Lungange de convoquer le comité exécutif pour discuter de la question. Et que s’il y a un besoin absolu d’un superviseur, ensemble avec le SG qui avait contesté cette décision, ainsi que tous les autres membres qui n’ont pas été consultés lorsque cette décision a été prise, sous la direction du Président Lungange, peuvent à ce moment-là réexaminer -discuter et voir l’opportunité de le garder ou de pouvoir le retirer.

Parfois, Godefroid rassure tout le monde sur le fait que la famille du président Kyungu n’a jamais été exclue du parti, ni de ses activités. « Il est à noter qu’au niveau du comité exécutif nous avons non seulement la présidente de Lungange, Juvénal Kitungwa, mais aussi la deuxième vice-présidente en charge de toutes les organisations féminines, Mme Mireille Masangu bibi Muloko Kyungu. Ainsi, la famille du président Kyungu est suffisamment représentée au niveau du conseil et personne ne peut les exclure des activités du parti. »

« Nous avons également M. Lolo Kyungu, secrétaire général adjoint chargé des communications. Mais dans les discussions que nous avons au niveau du comité exécutif du parti, il a été décidé que Lolo Kyungu devrait être rétrogradé au rang de vice-président parmi les quatre ou cinq vice-présidents assistant le président. Donc Lolo Kyungu est à fond dans la fête », explique Godefroid Muamba.

« S’il y a eu des malentendus, nous demandons au Président Lungange de convoquer au plus vite la Junte exécutive nationale afin que le débat sur tel ou tel point s’exprime ici et là, et que ce débat puisse avoir lieu au sein de la Junte nationale. que je puisse faire valoir le point de vue que tous les membres du parti devront suivre. »