Disponible le 9 novembre, God of War Ragnarök est un jeu très dense. Nous vous aidons à vous repérer.

L’attente est terminée pour God of War Ragnarök, disponible à partir du 9 novembre sur PlayStation 5 et PlayStation 4. Cette suite d’un chef-d’œuvre de 2018 est très, très riche, et peut-être avez-vous peur d’être étourdi par sa densité.

Dans ce guide, vous trouverez huit conseils qui vous aideront à bien démarrer cette épopée de plusieurs dizaines d’heures. Elles s’ajoutent aux six choses à savoir, liées aux éléments clés de l’aventure précédente.

Huit astuces pour bien débuter dans God of War Ragnarök

Inverser les touches Rond et Croix de la manette

Par défaut, God of War Ragnarök impose une configuration de manette qui peut sembler étrange : le bouton Cercle sert à interagir quand le bouton Croix sert à esquiver les attaques. Cette disposition est tellement atypique que Santa Monica Studio permet d’inverser rapidement les deux commandes pour une ergonomie plus proche de ce que l’on connait habituellement (dans la plupart des jeux vidéo, le bouton Croix sert à l’interaction). Bref, si cela vous dérange, n’hésitez pas à l’inverser.

Notez que vous pouvez configurer le touchpad pour répondre aux commandes (exemple : glisser vers le haut pour activer Spartan Rage). Un moyen d’obtenir des raccourcis efficaces.

Bien suivre les dialogues de God of War Ragnarök

God of War Ragnarök est un jeu très narratif. Par conséquent, les personnages parlent beaucoup, peu importe ce qui se passe à l’écran. On ne peut que vous encourager à jouer avec les dialogues en français (dommage pour la voix rauque de Christopher Judge) et à activer le paramètre « Voice Boost » pour ne rien perdre de ce qui se dit. Dans God of War Ragnarök, l’immersion passe beaucoup par les dialogues et il serait dommage d’en rater certains.

Utiliser les deux armes

Dans God of War de 2018, Kratos commence l’aventure avec une hache qu’il peut lancer à volonté. Puis, à un moment clé, il renforce son arsenal avec sa signature Blades of Chaos – son arme de prédilection. Dans God of War Ragnarök, on commence directement avec ces deux armes et c’est un point à ne pas négliger. Vous pouvez facilement passer de l’un à l’autre et ils ont chacun leurs avantages : la hache peut causer des dégâts de type glace tandis que les lames sont capables de s’enflammer. En fonction des ennemis, il faut privilégier l’un plutôt que l’autre. Autrement dit, n’hésitez pas à varier les plaisirs.

À Lire  Obtenez votre permis de conduire gratuitement pour les moins de 25 ans...

En bonus, les armes servent à résoudre certaines énigmes. La hache peut par exemple arrêter un jet d’eau ou geler un mécanisme, les lames peuvent enflammer des ronces.

Apprendre à parer

Lors des affrontements, le gameplay de God of War Ragnarök concentre la défense sur votre capacité à parer (Kratos étant trop lourd pour enchaîner efficacement les esquives). Le principe est simple : attendre le dernier moment pour lever son bouclier et pouvoir riposter efficacement. Le risque est élevé, mais la récompense l’est tout autant. Face aux boss, la parade est une arme à maîtriser pour se faciliter la tâche. Et vous pouvez vous entraîner avec les ennemis de base.

Bien reconnaître les attaques ennemies

Ce point est lié à celui ci-dessus : toutes les attaques ne peuvent pas être parées, sinon ce serait beaucoup trop facile. Il faut donc apprendre à les reconnaître, grâce aux cercles colorés qui apparaissent sur les ennemis lorsqu’ils préparent leurs tirs.

Les ennemis ont également une attaque de base, qui peut être parée ou facilement absorbée par le bouclier (en maintenant la touche L1 enfoncée). Il n’est symbolisé par aucun cercle.

Ne pas oublier son compagnon

Nous sommes constamment accompagnés dans God of War Ragnarök, et votre allié n’est pas là pour faire de la figuration. Au combat, il apporte une aide non négligeable. Vous pouvez contrôler certaines de ses actions (tirer des flèches), ce qui permet d’étourdir plus rapidement les ennemis. Il y a même la possibilité de créer des synergies avec un système de runes équipable. Car, oui, on peut customiser l’équipement des alliés pour les rendre encore plus redoutables. Sur ce point, l’interface de God of War Ragnarök est assez imbuvable, ce qui n’encourage pas la navigation.

Les alliés sont également utilisés dans les puzzles :

Faire les quêtes annexes de God of War Ragnarök

Conseiller de faire les quêtes secondaires semble être une évidence. C’est d’autant plus vrai avec God of War Ragnarök. Non content de proposer des séquences inoubliables, le contenu secondaire du jeu permet de récupérer des équipements et/ou des ressources pour le faire évoluer. Un conseil : mettez vite la main sur l’armure appelée « Pectorale parfaite de Nidavellir », qui permet de récupérer un peu de santé lorsque vous attrapez un ennemi étourdi (en appuyant sur le stick droit). Vous la trouverez à Svartalfheim, le royaume des nains.

Dépenser les points d’expérience

En errant, Kratos gagne des points d’expérience, mais ne monte pas de niveau comme dans un RPG traditionnel (le niveau est régi par la puissance de l’équipement). Par conséquent, nous pourrions oublier de les utiliser. Dans God of War Ragnarök, l’expérience sert à acheter des compétences, mais aussi à améliorer les attaques spéciales des armes. Et n’oubliez pas de dépenser celui accumulé par vos compagnons. Vous a-t-on dit que l’interface était imbuvable ?