Publié le 22 avril 2020 à 6 h 01 Mis à jour le 11 octobre 2021 à 16 h 32

La naissance ne sera pas au rendez-vous pour le projet d’Antoine Grignola et Alexandre Miny de Tornaco, tous deux âgés de 25 ans et fraîchement diplômés d’HEC. Les entrepreneurs viennent d’ouvrir les inscriptions pour leur nouveau bootcamp à mi-chemin entre data et business. La pensée? Désencombrez les données et laissez les non-techniciens se tailler une carrière dans l’industrie. Comment ? En proposant des formations « moins techniques » – exit le machine learning – et plus axées sur des scénarios pratiques, l’analyse et la gestion des données. En clair, pour prouver que l’étude des données n’est pas réservée aux élèves ingénieurs ou aux informaticiens.

« Avec un profil général, on peut être excellent », assure Antoine Grignola. Et d’ajouter : « Les écoles de commerce proposent progressivement des formations en data mais il faut encore du temps pour les trouver. Nous venons de combler ce manque de formation qui répondait à un besoin du marché. Les entreprises ont besoin de plus de spécialistes capables de parler de gros volumes de données. Une enquête du Syntec Numérique publiée avant la crise du Covid-19 montrait également que le nombre d’analystes de données devrait doubler en France d’ici trois ans.

Chez DataBird, le recrutement reste facultatif. Les fondateurs eux-mêmes sont chargés de mener des entretiens téléphoniques avec tous les candidats. Priorité sera donnée à : la motivation, la capacité à travailler en équipe et les résultats du test de logique de base, transmis par téléphone.

25 étudiants, 5.900 euros pour deux mois

Sur huit semaines de formation intensive (9h à 19h), 25 élèves pourront entreprendre l’aventure du 8 juin au 31 juillet. Et en tête à tête si la crise du Covid-19 le permet. « Si la situation évolue encore, nous réfléchirons à l’organisation de cours à distance », explique Antoine Grignola. Reste à trouver le lieu : si les entrepreneurs ont « un très bon guide, notamment avec les espaces de co-working », rien n’est encore officiellement signé, un engagement est fermé.

À Lire  Sociétés les mieux gérées | Les trois projets de LCI Éducation

Les prix sont alignés sur les prix du marché, comme l’Ada Tech School ou le Wagon : 5 900 euros pour deux mois. Seul problème, la formation n’est pas encore remboursable par le compte personnel de formation (CPF) ou l’aide individuelle à la formation (AIF) de Pôle emploi, mais les entrepreneurs y travaillent. Ils peuvent bénéficier de l’accompagnement de professionnels de la data issus de grandes entreprises technologiques : Alan, Airbnb, Blablacar, Veepee ou encore Monoprix. Ce sont les mêmes experts qui animeront les cours et qui ont co-créé le programme avec les fondateurs.

L’insertion professionnelle n’est pas oubliée non plus : le bootcamp propose un accompagnement professionnel pour préparer les entretiens d’embauche, des simulations de situations pratiques et des rencontres informelles avec les entreprises.

A terme, l’entrepreneur envisage de proposer quatre à cinq sessions par an et sa formation également aux entreprises. « L’analyse des données est partout et chaque entreprise doit former ses employés », insiste l’entrepreneur qui espère trouver un relais de croissance auprès de ce nouveau public.

Informations pratiques : – Cours du 8 juin au 31 juillet à Paris – Inscrivez-vous ici – 25 étudiants par classe – 5 900 euros pour huit semaines – Chaque semaine, DataBird organise également des webinaires gratuits