Synchrone et asynchrone

Il existe plusieurs types de formations en ligne. D’une part, la formation synchrone, qui combine webinaires, entretiens individuels ou encore classes virtuelles : cette méthode d’apprentissage interactif nécessite la présence simultanée de l’enseignant et de l’étudiant. D’autre part, il existe la formation asynchrone, qui se compose généralement de vidéos, de textes, d’évaluations, de jeux, où l’apprenant suit la formation à son rythme. Le premier apport du format asynchrone n’est pas dans la liberté de contrôle, mais dans la qualité du contenu.

Une expertise souvent plus affutée chez les formateurs 

L’intérêt de la formation en ligne asynchrone réside principalement dans l’expertise des formateurs. Sur une seule demande du formateur, l’organisme pédagogique peut convaincre des experts reconnus de s’exprimer sur le sujet et ainsi partager leur expérience avec le plus grand nombre. C’est particulièrement vrai pour les formations destinées aux professionnels de la santé où, grâce à la formation asynchrone, des professeurs universitaires à la pointe de la recherche peuvent partager leur expertise avec des médecins de partout au pays. Cela contribue à améliorer la qualité des soins.

Chez Walter Learning, une organisation d’éducation en ligne, nous investissons des ressources importantes dans la sélection des formateurs avec lesquels nous travaillons. Nous avons par exemple créé des formations sur la négociation ou la gestion des conflits en collaboration avec Lionel Bellenger, maître de conférences à HEC, consultant auprès de chefs d’entreprise, sportif de haut niveau et expert en transfert de compétences comportementales.

Un modèle économique qui permet d’investir plus massivement dans la conception.

La formation asynchrone s’affranchit des contraintes géographiques et calendaires. En cela, elle propose un modèle économique radicalement différent où les coûts variables sont comprimés, libérant davantage de ressources pour la planification et, fait nouveau, pour la production.

En effet, l’augmentation des investissements dans la production de formation représente l’un des principaux apports de la technologie asynchrone. Par exemple, en un temps très court (7 minutes de vidéo) et sur un sujet bien précis, il est possible de combiner une présentation académique, une situation de vie, puis un témoignage d’un médecin et d’un patient. De plus, la post-production vidéo permet de mettre en évidence des points essentiels, de clarifier la structure d’une présentation ou encore d’animer des schémas. Le contenu, déjà varié et spécialisé, s’enrichit. Une telle densité et variété de formats, dont la valeur pédagogique est grande, est rendue possible par un modèle économique à faibles coûts variables, qui permet des investissements importants.

À Lire  La quantité de glace dans la partie nord du monde augmente...

Intégrer les apprentissages de la recherche dans la conception des formations 

Dans le monde de la formation asynchrone, le spectre de la qualité est large. Les acteurs du secteur, souvent pressés pendant la crise sanitaire, n’ont eu d’autre choix que de transférer leur formation en e-learning en diffusant des vidéos de leurs cours en présentiel. Cette bascule pilotée par des circonstances exceptionnelles ne correspond pas au potentiel de qualité du mode asynchrone.

Certaines organisations investissent des ressources importantes dans la conception, l’enregistrement et la post-production de la formation pour créer un contenu conforme aux recommandations de la recherche sur l’apprentissage. Par exemple, le décomposer en courtes vidéos sur un schéma très simple « 1 vidéo = 1 idée » offre à l’apprenant une grande clarté au fur et à mesure de sa progression, lui permet de répondre à une baisse de capacité de rétention au-delà de 5-7 minutes, et permet à l’apprenant pour revenir à des idées plus complexes plus tard.

L’asynchrone doit relever le double défi de l’interactivité et de l’assiduité

Malgré ses avantages évidents, l’asynchrone apporte deux défis majeurs : l’interactivité et la présence.

Il est indéniable que le contraire de la qualité assurée est l’absence d’interactivité avec le formateur ou entre les étudiants. Pour pallier cette carence, la solution la plus simple est de mixer les formats en proposant une formation mixte, entre synchrone (présentiel ou à distance) et asynchrone, permettant à l’apprenant de progresser à son rythme tout en ayant un temps de groupe pour respirer ou être interactif. .

Le deuxième et nouveau défi concerne la présence d’étudiants à fort taux de décrochage pendant la formation. Si l’hybridation précitée permet de créer de l’engagement, un modèle pour favoriser l’achèvement de la formation et prévenir les décrochages en temps asynchrone reste à inventer. Les leviers sont bien documentés et nombreux, mais aucun modèle n’a encore démontré sa pleine efficacité à cet égard.

Chez Walter Learning, notre héritage en matière de formation continue pour les professionnels de la santé nous a obligés à viser l’excellence dans la qualité de notre contenu dès le début. Ainsi, nous nous associons aux meilleurs professeurs de médecine pour former des médecins, des massothérapeutes, des physiothérapeutes, des infirmières, des dentistes et d’autres professionnels de la santé tout au long de leur carrière. Nous avons porté cette ambition d’excellence au-delà de la santé, en misant sur la qualité des formateurs, la production audiovisuelle et l’expérience d’apprentissage en ligne. Début 2022, BPIFrance et HLD, convaincus du sérieux de notre démarche et de la valeur que nous apportons à nos étudiants, ont décidé d’investir dans notre entreprise.