Mince! Le meilleur restaurant mexicain de Paris se cache dans le concept store le plus parisien de la ville !

En allant chercher des draps lavés au concept store Merci pour près de la moitié du Smic, nous sommes tombés sur la fine fleur de la cuisine mexicaine l’autre jour après-midi ! Incontestablement, le chef Robert Mendoza – qui est passé par Saint Sébastien et Vivant 2 – qui a ouvert un bistrot entre classicisme début novembre avec The Social Studio en phase avec la nouvelle scène culinaire mexicaine (comme Molino El Pujol et Rosetta). et raffinement.

Dans cette salle joliment décorée, on fait d’abord défiler un assortiment de petites assiettes qui mêlent boui-boui latin (nappes en papier, sombrero lumineux, chaises recyclées) et néo-bistrot parisien (sol en béton ciré, verrière sur le jardin, serveurs élégants) . -produits tasa (petits poissons du bateau, maïs violet d’Oaxaca), cuisine de compétition et décors velours : carottes rôties sucrées à la crème crue sauce macha (menthe poivrée, cacahuètes concassées et huile de sésame) délicatement posées dans une unité hypergraphique. premier sacrilège de fourchette. Puis une dorade entière en poche (pour deux), désossée et cuite au chapiteau, dans la même sauce éclatante avec un bouquet d’herbes fraîches, servie avec les fameuses galettes de maïs violet à garnir de frites, puis. presser pousser avec un zeste de citron vert. Quesadilla maison aux champignons de Paris et fromage à raclette, le tout nappé de sauce guajillo (poivre, ail, oignon) avant une mousse mezcal chocolat punchy.

Du solide à glisser : une carte courte qui gagnerait à s’étoffer, avec des souris d’outre-Atlantique (cocktail Michelada à la bière, 8 € quand même !), du vin local (macération alsacienne du collectif Pépin 36 € la bouteille), et quelques bons- dégustation de mezcals, notamment les excellentes bouteilles de spiritueux Neta, pour mettre un peu plus de feu au palais !

À Lire  Les 15 meilleurs restaurants du monde

Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymement par nos journalistes, et ils paient l’addition à chaque fois, comme n’importe quel client !