Rien ne va plus à l’hôpital, et quand ça touche les enfants, c’est encore plus insupportable. 4 000 soignants viennent de dénoncer, dans une lettre ouverte au président de la République, la saturation des urgences pédiatriques dans les hôpitaux, notamment en raison d’une épidémie de bronchiolites précoces et intenses. Une situation si grave que les jeunes enfants sont actuellement déplacés vers des zones éloignées de leur domicile pour trouver du matériel médical disponible. Autant de motifs d’inquiétude pour les parents, surtout lorsque les plus petits présentent des symptômes d’infection.

Quand s’inquiéter?

A partir de quand faut-il s’inquiéter d’une fièvre chez un jeune enfant ? Un nez qui coule ou une congestion nasale justifie-t-il une consultation ou un appel d’urgence ? Quels signes faut-il observer pour identifier une détérioration de la situation et qui contacter alors ? Ai-je tort de m’inquiéter ? Des questions qui tournent sans cesse dans la tête des adultes qui s’occupent d’un jeune enfant. Parents plus ou moins inquiets par nature, grands-parents appelés à la rescousse pas forcément plus clair…

Pour s’entraider, les pédiatres de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) réaffirment dans un communiqué du 23 octobre 2022 leur solidarité avec leurs collègues de l’hôpital et avec les familles, et incitent les parents à mieux s’informer. Sur leur site internet, ils ont élaboré des conseils simples et clairs pour identifier les situations justifiant un passage aux urgences ou une consultation en ville, et proposent des infographies et des fiches sur le suivi de la bronchiolite et de la fièvre. Objectif : Calmer et désencombrer les consultations de ville et les urgences hospitalières pour les réserver aux petits patients qui en ont bien besoin.

À Lire  Sexologue : Comprenez quand vous devriez lui parler

Si votre enfant a moins de trois mois, est un ancien bébé prématuré ou souffre d’une maladie chronique, voici les signes qui doivent vous inciter à consulter, selon l’AFPA :

Notre Temps lance sa nouvelle newsletter dédiée à votre santé et votre bien-être. Tous les 15 jours, retrouvez toutes les informations, les conseils d’experts santé dans la newsroom pour garder la forme.

Mieux les protéger

Cette année, l’épidémie de bronchiolite est plus précoce, plus brutale et plus intense que d’habitude, alors que l’épidémie de grippe a déjà commencé et que le Covid-19 est toujours présent à un niveau élevé. Autant de raisons qui doivent nous pousser à redoubler de vigilance pour aider les enfants, et plus particulièrement les plus fragiles (prématurés, nouveau-nés, enfants atteints de pathologies chroniques), à échapper aux virus.

Évitez au maximum les endroits bondés, obligez les visiteurs à bien se laver les mains et à porter des masques autour des jeunes enfants, refusez strictement les visiteurs enrhumés ou malades, investissez si nécessaire dans un purificateur d’air, et dans tous les cas, veillez à aérer le séjour chambre régulièrement et minutieusement… autant de réflexes à adopter scrupuleusement, insistent les pédiatres.