Alors, quel sapin choisir cette année ? Un sapin naturel, coupé, sent bon, mais finira à la poubelle en janvier ? Le moelleux, en bois, qui enlève les vacances ? Il peut être recyclé, mais pollue-t-il le plastique ou peut-être l’arbre écologique ? Il existe des conceptions solides.

Nous nous posons de plus en plus de questions sur nos modes d’utilisation. Et même si les sapins de Noël sont majoritairement fabriqués spécialement pour les fêtes, l’impact environnemental de cette production ne peut être ignoré. L’agriculture, l’irrigation, l’utilisation et l’élimination des sols, le transport, ont une empreinte carbone importante.

Des sapins en pot

D’autant plus qu’après les fêtes, cet arbre finira sur le bord de la route, parmi des tonnes d’arbres festifs, pour être transporté pour être recyclé ou détruit. Là encore, il y a erreur. Plus d’énergie est utilisée, pour le traitement de ces déchets supplémentaires.

Mais maintenant, il existe de nouvelles solutions environnementales, telles que la plantation d’arbres contre paiement. Ils grandissent dans la nature, puis passent quelques semaines avec nous pendant les vacances, puis reviennent dans la nature. Leur croissance participe à l’absorption du gaz carbonique. Lorsque l’arbre atteint sa maturité, environ 7 ans, il est planté définitivement pour participer à la bonification des terres, dans les zones qui en ont besoin. Plusieurs entreprises et crèches près de chez vous proposent déjà cette solution possible.

À Lire  Strasbourg : photos de l'installation du sapin de Noël sur la place Kléber