Evasion de la prison de Périgueux : le détenu écarte les barreaux de sa cellule et escalade une façade

Un détenu d’une vingtaine d’années s’est bien débrouillé à la prison de Périgueux. Ce mercredi soir, entre 16h30 et 17h, les gardiens de la prison ont découvert qu’un détenu était désormais hors limites. Les images de vidéosurveillance ont montré que le vol avait eu lieu avant cette date. A notre connaissance, le détenu a été libéré vers 4 heures du matin. C’est plus de dix heures avant de savoir où il s’est enfui.

Les barreaux de la cellule écartés, des tiges en métal escaladées

Les barreaux de la cellule écartés, des tiges en métal escaladées

Afin de pouvoir sortir de la prison, ce jeune prisonnier a commencé à pousser les barreaux de la pièce où il vivait avec un autre homme. Les barres endommagées ont été restituées après sa sortie de prison.

Enfermé au deuxième étage de la prison, à quelques pièces d’où Moldova s’est évadé en février 2021, il a réussi à gagner la cour de la prison. Pour franchir l’un des grands murs de pierre de la prison, le prisonnier a utilisé des barres de fer qui ont été insérées lors de l’opération. Pour autant que nous puissions en juger, son trajet a duré environ une demi-heure. Les caméras l’ont vu sortir de la fenêtre de sa chambre peu après 3h30 du matin.

Pourquoi les surveillants ont-ils levé le lièvre si tard ?

Pourquoi les surveillants ont-ils levé le lièvre si tard ?

Chaque matin, personne ne s’enfuyait sans le remarquer. Habituellement, plusieurs tournées sont effectuées pendant la nuit et les appels sont effectués tôt le matin par les superviseurs. Comme nous l’avons découvert, des boules de tissu étaient cachées sous la toile pour tromper les gardiens. À midi, un membre de sa famille a rassemblé deux plateaux de nourriture à l’extérieur de la pièce, disant qu’il était responsable de les lui apporter. La détection ne se produit que plusieurs heures plus tard.

À Lire  Trouvez le bon concessionnaire pour votre situation

Le fugitif n’a pas été arrêté

Le fugitif n'a pas été arrêté

Depuis l’exode de l’an dernier, des barres d’acier doivent être placées dans les fenêtres des cellules pour renforcer la résistance des barres vieillissantes. Le travail n’a pas encore été fait. Cette prison a été construite avant 1900.

Ce prisonnier est un homme de 20 ans qui a été condamné cinq fois pour des délits liés au trafic, à la drogue, à la violence et à l’outrage. Il a été mis derrière les barreaux en mars dernier. Il n’a pas été condamné en Dordogne et n’est pas originaire du département. La police judiciaire de Périgueux est chargée de l’enquête. Une enquête interne à la prison a été ouverte.

Ce jeudi soir, le prisonnier est toujours en garde à vue. Selon le procureur de Périgueux, cette évasion est la deuxième de l’histoire de cet établissement puisqu’il s’agissait d’un centre de détention. Contactée, l’Administration pénitentiaire de Bordeaux n’a pas donné suite à nos sollicitations.