40% des étudiants ne prennent pas assez soin de leur santé et ce n’est pas une priorité ! Nous vous en dirons plus.

40% des étudiants ne priorisent pas leur santé. Quelles sont les raisons? MCE TV vous dit tout !

Étudiants: la santé passe après

La santé n’est pas une priorité. C’est ce qu’a révélé une étude du syndicat étudiant Fage, ce mardi 16 août. En effet, 40 % des étudiants ont été soignés depuis mars 2020.

Ces derniers semblent avoir plus de mal à maintenir leur santé. Que ce soit mental ou physique. « Ce qui arrive souvent, c’est le médecin. L’ophtalmologiste et le dentiste. », a déclaré le président de Rêves jeunes, Quentin Bourgeon. Pour rappel, cette association accompagne les étudiants dans leur pratique médicale et offre à ceux qui suivent les fruits de l’esprit.

Mais quelles sont les raisons qui poussent les jeunes à abandonner leur santé ? La réponse est simple : c’est l’incertitude qui les pousse parfois à prendre des décisions difficiles.

« C’est une question de priorité. La santé vient après le salaire, le transport ou la nourriture. ajoute Quentin Bourgeon. Plus de 43 % des étudiants qui ont choisi de ne pas être pris en charge l’ont fait en raison de problèmes financiers.

Selon le syndicat Fage, les coûts des soins de santé pour les jeunes ont augmenté de 32,21 % cette année. Ils ont atteint un total de 411 euros par an.

Une augmentation qui peut être liée au « mélange de nombreux métiers », comme l’explique Anne-Laure Syriaix, vice-présidente du syndicat étudiant. Cela peut aussi s’expliquer par « installer le solde à 0 % de paiement. Et comment sortir du problème de santé. »

À Lire  Cautions, loyers impayés... Propriétaires et locataires ne sont pas toujours d'accord ! | Boutiques vendues par SeLoger

Un véritable frein

« Entre 2017 et 2019, il y a eu une baisse de 20 % du nombre d’étudiants assurés maladie, a ajouté Samya Mokhtar, vice-présidente de l’Unef. C’est le syndicat des étudiants qui a expliqué cette baisse par la réforme qui a soumis les étudiants à le régime général de la sécurité sociale, ce qui signifie qu’ils ne sont plus obligés de souscrire une assurance étudiante.

Mais le coût de la négociation est également dissuasif. Oui, c’est très cher pour les étudiants avec un budget limité.

Le manque de médecins et d’informations est également un gros problème. « Beaucoup d’étudiants pensent qu’ils sont couverts par l’assurance maladie de leurs parents. Bien que ce ne soit pas le cas. souvenez-vous de Quentin Bourgeon.

« On pense que c’est normal de se sentir malheureux quand on étudie. C’est une phrase forcée », a-t-il dénoncé. Le tabou sur la santé mentale bloque aussi certains jeunes et les empêche de faire appel à un spécialiste.

Certains adolescents semblent avoir de la difficulté à faire confiance au médecin de famille. « Ils ont peur des fuites d’informations. il expliqua.

Ne pas prendre soin de sa santé est un véritable obstacle à la réussite. Les syndicats étudiants réclament le développement des services de santé à l’université.

Quentin Bourgeon présente l’idée d' »information santé » qui permet aux jeunes de recevoir les soins nécessaires. Il a également conseillé aux étudiants de se tourner vers des représentants sur leur campus pour trouver des solutions.

« Maîtriser sa santé, c’est avoir de bonnes pratiques. Pour éviter les conséquences à long terme. a conclu Quentin Bourgeon.